« Force publique – Une sociologie de l’institution policière » de Cédric Moreau de Bellaing

Corruption, abus de pouvoir, usage excessif de la force : les déviances policières défraient régulièrement la chronique. Comment sont-elles traitées par les services disciplinaires de la police nationale ? Eux-mêmes policiers, les enquêteurs qui composent la « police des polices » font-ils preuve de complaisance vis-à-vis de leurs collègues ? Comment comprendre, sinon, que les violences soient si peu sanctionnées au regard d’autres types de dévoiements de la fonction policière ? Cet ouvrage explore ces questions et, plus généralement, celle des contours de la discipline policière à partir de deux terrains : une école de gardiens de la paix et un service dédié à l’investigation de plaintes déposées contre des fonctionnaires de la force publique.

Dans la première, où l’on apprend aux élèves gardiens de la paix les principes pratiques de leur future activité, comme dans le second, dont les enquêtes disciplinaires constituent un rappel à ces principes pratiques, s’explicite le rapport que les policiers entretiennent à l’autorité et au droit. Ce livre permet ainsi de comprendre pourquoi l’usage illégitime de la violence n’est pas constitué en problème par ces instances de la police nationale, tandis que d’autres types de déviances policières, moins spectaculaires mais conçues comme des atteintes potentiellement graves à la pérennité de l’institution, se voient davantage sanctionnées.

Ce faisant, ce livre éclaire ce à quoi tiennent les policiers et propose un retour sur l’articulation entre police, discipline et droit.

Cédric Moreau de Bellaing est maître de conférences en sociologie du droit à l’École Normale Supérieure. Après avoir travaillé sur l’institution policière, il travaille maintenant avec Dominique Linhardt sur la thématique Ni guerre, ni paix qu’ils ont interrogée trois années durant dans un séminaire de recherche ENS/EHESS. Il co-coordonne aujourd’hui avec Dominique Linhardt le programme de recherche financé par l’ANR intitulé Ni guerre, ni paix ? Les nouages de la violence et du droit dans la formation et la transformation des ordres politiques. Il porte aussi le projet PSL Violences guerrières et violences criminelles. Une approche sociologique et historique du partage entre guerre et crime en Europe et en France (XIXe-XXIe). Il a en outré participé au projet Pragmatisme et sociologie pragmatique, coorganisé avec Mathias Girel dans le cadre du Labex Transfers. Il est par ailleurs membre du conseil scientifique de la ville de Paris, élu au Conseil académique de PSL et et membre du comité pédagogique du master Pratiques de l’Interdisciplinarité (ENS/EHESS). Il assure aussi des tâches éditoriales en tant que membre du comité de rédaction de Politix. Il dirige des mémoires de L3, de M1 et de M2 à l’ENS et à l’antenne parisienne de la Columbia University. Ses enseignements sont consacrés à la sociologie du droit (CM et TD d’introduction à la sociologie du droit, M1 analyse de droit comparé – ENS/Université Paris Ouest) et à l’étude des rapports entre violence et légitimité (Violence, légitimité, politique, ENS/EHESS). Il coorganise enfin un atelier d’enquête avec Yannick Barthe, Cyril Lemieux et Dominique Linhardt (SHS en controverses, ENS/EHESS) et un séminaire de recherche, avec Dominique Linhardt et Alexandre Rios-Bordes, autour du projet ANR (Ni guerre, ni paix, ENS/EHESS). http://lier.ehess.fr/index.php?966


Vous aimerez aussi...