Le Forçat de Dieu – L’Affaire Cécile Combettes

forcatdedieuToulouse, avril 1847 : le corps martyrisé d’une enfant de quinze ans à peine, Cécile Combettes, est trouvé gisant dans une étrange position, contre le mur du couvent des Frères des écoles chrétiennes de Toulouse. Les soupçons se portent tout de suite sur les frères, et le coupable présumé, Louis Bonafous – frère Léotade en religion -, est accusé sans aucune preuve. Battu dans sa prison, réduit au silence au cours d’un procès qui ne fut qu’une parodie de justice, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité le 4 avril 1848. Celui qui se nomme lui-même le  » prisonnier de Jésus-Christ  » meurt en martyr deux ans et demi plus tard, au bagne de Toulon. Il y eut en fait deux victimes, Cécile et Léotade, dans cette affaire où l’iniquité scandaleuse de l’instruction et du procès, servie par l’aveuglement des experts et les passions anticléricales de l’époque, choque autant aujourd’hui que l’horreur du crime jamais depuis l’affaire Calas, dans cette même ville de Toulouse, le comportement de la justice n’avait à ce point révolté les consciences. Spécialiste des affaires criminelles, l’auteur apporte de nouvelles hypothèses et des éclairages surprenants sur cette ténébreuse affaire criminelle…

Diplômé de Sciences-Po Toulouse, ainsi qu’en criminologie et en criminalistique, Jean-Pierre Fabre a commandé la compagnie de gendarmerie de Lyon-Bron. Par la suite, il a été responsable de la formation des officiers de police judiciaire au centre de documentation et de pédagogie de la gendarmerie.


Vous aimerez aussi...