Les grandes affaires judiciaires du cinéma

affaiejudicinémaL’industrie du cinéma cache une mine de situations dramatiques ou comiques menant tout droit aux tribunaux. On y trouve pêle-mêle des escroqueries retentissantes, des plagiats, de la piraterie… sans parler des liaisons dangereuses avec le grand banditisme, des affaires de mœurs, de censures ou de blasphèmes.

Voici pour la première fois un panorama historique et thématique de ces «coulisses» méconnues du cinéma. On y croise Claude Zidi et James Cameron, convaincus de plagiat ; Carole Laure, Maria Schneider et Marie-José Nat protégeant leur vie privée ; Claude Autant-Lara, Yves Boisset ou John Cassavetes défendant leur indépendance. L’auteur dévoile la noirceur des amateurs de lolitas, l’activité des mafiosos américains influents à Hollywood ou producteurs de films pornographiques. Des affaires retentissantes sont détaillées, comme celle de Traci Lords, hardeuse mineure. A toutes les époques du cinéma, plusieurs acteurs furent accusés de viol, comme Fatty Arbuckle et Errol Flynn ou encore Johnny Hallyday. Tous les trois ont été acquittés, mais d’autres furent convaincus de harcèlement. Ce livre ouvre aussi les dossiers dramatiques du snuff movie (mythe ou réalité des films présentant des mises à mort réelles) et de la disparition tragique du producteur Bernard Natan, victime de l’antisémitisme et de la rumeur.

Tout un pan trop souvent méconnu du cinéma est ici révélé.

Journaliste et critique, ancien rédacteur en chef de La Revue du cinéma, Jacques Zimmer est l’auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma, la publicité, la bande dessinée ou les grandes affaires criminelles… Il a notamment publié, chez Nouveau Monde éditions, Piccoli grandeur nature (2008) et Histoires du cinéma X (2011).

Extrait de l’introduction

LE PROCÈS DU CINÉMA ? – Accoler les mots «justice» et «cinéma» renvoie immanquablement aux films de procès devenus un genre à part entière florissant tout particulièrement aux États-Unis.

Ou bien recouvre le thème encore plus universel de la culpabilité avouée ou non, vraie ou fausse, collective ou individuelle, sous laquelle on pourrait ranger bien des sujets traités à l’écran.

Mais s’il sera dans cet ouvrage beaucoup question de tribunaux, de sentences, de coupables et d’innocents, ils concerneront des personnes et non des personnages. Le cinéma ne s’emparera pas du thème de la justice, il comparaîtra devant elle.

L’avocat ou le juge ne seront pas interprétés par Jean Gabin, Charles Vanel, Speneer Tracy ou Charles Laughton (lesquels furent l’un et l’autre), mais seront d’authentiques professionnels du barreau ou de la magistrature.

Et alors ? Quoi de plus «mis en scène» qu’un procès d’assises où, dans un décor immuable, des personnages du répertoire en costumes de scène interprètent une tragédie en vase clos ?

Quoi de plus comédien qu’un avocat devant la cour posant sa voix, réglant ses attitudes et déployant tous ses registres pour convaincre ?

Comediante, tragediante, cet artiste que ses clients surnomment fort justement «le menteur» ?

Il est vrai que la plupart des «affaires» qui formeront la matière de cet essai ne seront guère spectaculaires qui échapperont à l’apparat des grands procès au profit de juridictions discrètes où la compétence est plus efficace que l’envolée lyrique.

Où personne (ou presque) n’y risque sa tête ni même sa liberté.

Mais quel univers ! Les stars y sont dans le box pour des motifs vaguant de la futilité d’un divorce au drame d’un fait divers sanglant en passant par des causes relevant du harcèlement sexuel, de la grivèlerie, de la piraterie ou de l’escroquerie… mais aussi des relations mafieuses, du respect de la vie privée, des atteintes à la liberté d’expression, voire du blasphème.

Pour reprendre la célèbre citation de la femme du régisseur dans La Nuit américaine : «Qu’est-ce que c’est que ce métier où tout le monde couche avec tout le monde ? Où tout le monde se tutoie, où tout le monde ment ?»

C’est, pourrait-on lui répondre, un univers complexe et survolté où se côtoient affaire de mœurs, conflits commerciaux ou pratiques frauduleuses.

Sans doute pas plus que dans le monde de la finance ou de la politique, mais avec des retentissements médiatiques bien supérieurs, eu égard à la célébrité des protagonistes.

On y vérifiera cette fois encore que «le monde est une scène et la scène est un monde»…

  • Date de parution : 23/01/2014
  • Éditeur : Nouveau Monde
  • Genre : Cinéma, Télévision

Vous aimerez aussi...