Dans la prison que France est devenue – Mémoires de résistance

BERNARD1943. Dans la cellule 359, au troisième étage de la prison de Fresnes où il a été jeté par la Gestapo, un homme attend. Il se nomme Jean Bernard. Ses perspectives se limitent alors à l’exécution ou à la déportation. Et il ne peut se confier à aucun de ses compagnons d’incarcération, sachant trop bien que, parmi eux, se dissimulent des  » moutons  » chargés d’obtenir des confidences compromettantes. Pour trouver en lui-même les voies d’une autre résistance, il se réfugie alors dans sa mémoire à travers la richesse de ses souvenirs et surtout la poésie. Une forme d’évasion que les bourreaux ne peuvent contrôler. Après une brillante carrière de médecin, le professeur Jean Bernard, une des grandes figures de ce siècle, a présidé le Comité consultatif national d’éthique. Ce témoignage émouvant, d’une force et d’une originalité rares, évoque son action pendant l’Occupation et les grandes heures de la libération de Paris.

« Le professeur Jean Bernard était l’une des grandes figures de notre pays. Élève brillant, il rêve de devenir écrivain ou médecin. Mais, redoutant d’être un écrivain moyen, il choisit la seconde option : « La médecine me parut allier l’humanisme et mon goût pour les sciences, » écrit-il dans son récit autobiographique, C’est de l’homme qu’il s’agit. En revanche, il ne cache pas que c’est le hasard qui l’oriente vers les maladies du sang. Nous sommes en 1929 et l’hématologie est, de son propre aveu, « une discipline ésotérique ». Il y consacrera pourtant sa vie de chercheur et de médecin pour contribuer à la compréhension et à la guérison des leucémies. Il a la volonté de porter secours à ceux qui souffrent.

Cet engagement total dépasse le domaine médical. Lorsque la guerre éclate, le jeune médecin est l’un des tout premiers à rejoindre la Résistance, en septembre 1940. En 1942, il dirige un réseau dans le Sud-est de la France. Bien qu’arrêté par les Allemands, il reprendra dès sa libération sa « double vie de médecin et de conspirateur »…  » ( Ghislaine Alajouanine)


Vous aimerez aussi...