Chroniques du Paris apache (1902-1905) – Mémoire de casque d’or ; La médaille de mort

chroniques aâchesDans le Paris populaire des débuts du XXe siècle, de Belleville à Ménilmontant, sévissent les apaches, bandes de jeunes gens ” sauvages “, ” barbares “, selon la presse, surveillés par la police mais s’affranchissant des règles par le vol, le coup de couteau, le revolver, l’organisation de la prostitution et le racket. Voici deux récits qui, de manière complémentaire, rendent compte au plus juste de cette vie du ” milieu “. L’un est interne, les Mémoires de Casque d’Or, recueillis par la revue Fin de Siècle en 1902, au moment où Amélie Élie, égérie des apaches, prostituée célèbre, amante de deux chefs rivaux, Manda de la Courtille et Leca de Charonne, est déjà devenue une figure de folklore. L’autre est policier, La Médaille de mort, qui fait le récit détaillé en 1905 de la mort d’un gardien de la paix, assassiné par un souteneur à la sortie d’un café de Belleville. Le meurtrier, arrêté, jugé, échappera de peu à la guillotine. Ces textes illustrent le mode de vie apache. L’un donne naissance à la mythologie du Paris canaille, décrivant les habitudes, les pratiques, les figures, les rituels et la langue d’un milieu fascinant ; l’autre souligne une demande grandissante de sécurité au sein de la population apeurée par la multiplication des affaires, des attaques, et leur médiatisation effervescente par les journaux. Comme si la ville et ses habitants éprouvaient tout à la fois le désir de se faire peur et le besoin de se rassurer.

Extrait de l’introduction : Le droit et le revers du Paris 1900

Le policier et l’apache. Peu de couples, avec toutes les formes qu’a pu prendre le second membre au cours du temps (blouson noir, sauvageon, jeune de banlieue…), auront eu un tel poids dans l’imaginaire contemporain. La profusion de discours, images, affects est telle que l’on a souvent l’impression de ne les saisir que de loin, de manière évanescente. Les profils sociologiques permettent de dresser des contours plus fermes, mais cela vaut surtout pour les policiers, les seconds demeurant insaisissables. Surtout, les paroles, le vécu des uns et des autres restent souvent absents, ce qui est particulièrement vrai pour les années 1900, période fondatrice dans cette opposition.

C’est tout l’intérêt de ces deux récits quasi autobiographiques : approcher au plus près de la voix d’une apache et d’un policier de la Belle Époque. Le premier récit est connu : il s’agit des Mémoires de Casque d’Or, réalisé à partir du témoignage d’une jeune prostituée du milieu «apache», âgée de vingt-trois ans, Amélie Élie. Sa rédaction fait suite à une affaire qui fit grand bruit à l’époque, la lutte tragique entre deux bandes rivales, dont les chefs, Manda de la Courtille et Leca de Charonne, se disputaient la jeune femme. L’affrontement s’est achevé dans une bagarre générale à coups de couteaux, rue des Haies, dans la nuit du 5 au 6 janvier 1902. Elle entraîna l’arrestation de Leca et effraya l’opinion publique. Ces mémoires, publiés en dix-huit livraisons du 5 juin au 3 août 1902 dans la célèbre revue littéraire Fin de Siècle, ont rencontré un réel succès et assuré la consécration de Casque d’Or, «reine des apaches». Ils n’ont pourtant jamais été publiés intégralement en volume.

Le second récit est écrit par le gardien de la paix Eugène Corsy, dont on ne sait pas grand-chose (les dossiers du personnel de la police municipale n’ont pas été conservés), si ce n’est, au détour d’une main courante, qu’il est né à Neuilly-sur-Seine et qu’il a trente-neuf ans au moment de la rédaction. Il raconte la mort d’un de ses jeunes collègues, Joseph Besse, tué par un souteneur un soir de juillet 1905. Le fait se déroula lors de sa première prise de service, à la suite d’une altercation entre de jeunes ouvriers devant un bar de Belleville, et donna lieu à une vaste campagne anti-apache. Rédigé à la main pendant près de un an, illustré par de nombreuses coupures de presse et dessins personnels, le texte semble n’avoir jamais trouvé son destinataire. Exhumé d’un grenier en 1993, il a été envoyé au service des archives de la préfecture de police. De là, il fut rangé dans le dossier «victime du devoir» de l’agent Besse, jusqu’à ce que nous le découvrions, par hasard, au cours de nos recherches.

Chacun de ces récits a son originalité et son intérêt propres. Ensemble, ils se dotent d’une tonalité singulière, autorisant, autour du thème alors anxiogène des apaches, un dialogue impossible entre deux groupes que tout oppose, et en même temps que tout rapproche.

  • La revue de presse Thomas Wieder – Le Monde du 14 novembre 2008

Enfant, étiez-vous plutôt cow-boy ou Indien ? Gendarme ou voleur ? Quelle que soit la réponse, ce livre, composé de deux témoignages, vous est destiné. S’il y a en vous de la graine de voyou, vous vous retrouverez dans celui d’Amélie Élie. Si vous êtes du genre père-la-morale, n’ayez crainte : celui d’Eugène Corsy vous comblera.

Auteur : Eugène Corsy | Amélie Hélie

Genre : Histoire

Éditeur : Mercure de France, Paris, France

Collection : Le temps retrouvé


Vous aimerez aussi...