Arrestation et mort de Max Jacob (1876-1944)

max jacobParution du livre le 5 mars 2004 – Le poète Max Jacob, juif breton né à Quimper en 1876, converti, est arrêté à Saint-Benoit-sur-Loire, où il réside, le 24 février 1944, par la Gestapo.

Incarcéré quatre jours dans d’affreuses conditions à Orléans, le vieil homme est mis dans un convoi à destination d’Auschwitz, via le camp d’internement de Drancy. C’est la guerre nazie. Alors que Jean Cocteau, prévenu d’urgence, vient d’obtenir sa libération, Max Jacob meurt, le 5 mars, à Drancy, d’une pneumonie.

Voici les faits, les acteurs, les témoignages (dans leur faisceau de divergences), et les rouages de la mort idéologique.

Voici établi le constat définitif qui détruit les faux-fuyants, les mensonges, les erreurs, les légendes. Voici les documents, inédits ou peu connus. Le tragique de l’horreur ordinaire n’avait pas à être souligné l’émotion est tout entière dans les mots, dans les heures et dans les gestes.

La revue de presse Jérôme Garcin – Le Nouvel Observateur

 

Présentation de l’ouvrage :

Né en 1876, Max Jacob était juif, breton, poète et peintre. Converti au catholicisme, l’auteur du « Cornet à dés », et ami de Picasso, avait renoncé à la bohème de Montparnasse, aux plaisirs de la facétie et aux vanités du monde pour vivre dans l’ombre portée de la basilique de Saint-Benoît-sur-Loire, où il servait à l’aube la messe des oiseaux… A partir de 1942, l’homme qui priait sous la haute nef romane porta l’étoile jaune. C’est là que, le 24 février 1944, la Gestapo vint l’arrêter. Transféré au camp de Drancy, l’antichambre d’Auschwitz, il écrivit une ultime lettre au curé de Saint-Benoît : «Je remercie Dieu du martyre qui commence.»… En rassemblant dans ce petit livre poignant les documents qui racontent les dernières heures du martyr, Lina Lachgar, une poétesse d’origine algérienne, semble avoir tenu par la main celui qui écrivait : « Passé de mon passé toi seul es funéraire / La mort est un printemps qui n’est pas éphémère. »

lachgarNée à Alger, Lina Lachgar vit à Paris depuis 1962. Auteur d’une quinzaine de recueils de poèmes, souvent illustrés par de grands artistes, tels Jean Cocteau ou Alicia Penalba, Lina Lachgar a également écrit plusieurs essais et deux récits : Sept rêves avec Marcel Proust suivi de A Cup of Tea chez Celeste Albaret (La Différence, 1998) et Les Pantoufles de Max Jacob (La Différence, 2001). Derniers ouvrages parus : Arrestation et mort de Max Jacob (La Différence, 2004) et Quelques jours à Twilightstrasse (La Différence, 2005).

Auteur : Lina Lachgar

Genre : Biographies, mémoires, correspondances…

Éditeur : la Différence, Paris, France

Collection : Littérature

 

Une vidéo d’appui sur le site des amis de Max Jacob :

Max Jacob, une histoire de vie


Vous aimerez aussi...