ŒIL EN EVEIL – REVUE CULTURELLE Film : The Gentlemen ou le destin d’un caïd à la sauce anglaise

Le titre du film est trompeur, précisons le tout de suite. Dans le nouvel opus du réalisateur britannique Guy Ritchie, un film d’action à l’humour noir, nous sommes bien loin du profil d’un gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc. C’est une saga d’un baron de la drogue de Londres, Mickey Pearson, qui a eu une idée de génie : louer les châteaux des aristocrates désargentés pour y cacher en toute impunité les plantations de marihuana. C’est ainsi qu’il devient un riche businessman à la tète d’un vaste empire de la drogue. Il fait désormais partie de la haute société britannique, il est marié à une femme qu’il aime et personne ne s’aventure à le contrarier, lui et ses hommes de main.

Même si le film n’a pas l’élégance exquise de notre Arsène national, la haute criminalité anglaise y affiche un petit côté élégant et dandy où les gangsters, s’affrontent autour d’une tasse de thé.

Mais lorsque Pearson décide de vendre son lucratif business de production de marijuana pour profiter paisiblement de sa fortune, il déclenche une vraie guerre explosive dans le milieu des gangsters londoniens. Il s’en suit un bien réjouissant et drôle récit des aventures de toute une brochette de truands, gangsters asiatiques, oligarques russes et autres escrocs milléniales, à qui le réalisateur règle leur compte d’une manière délicieusement politiquement incorrecte. Tout ce petit monde plonge dans les chantages, les trahisons, les complots, les corruptions et les enlèvements, les pistes narratives et les lieux d’action se multiplient et le langage, souvent cru, bien éloigné du flegme britannique, ajoute du piment à cette course poursuite bien plaisante.

De surcroit tout ceci est parfaitement enlevé par un trio de comédiens de choc : Matthew MC Conaughey, un Mickey Pearson, hors concours, Colin Farrell, un éducateur de rue et entraineur de boxe à ses heures, un dur à cuire, et enfin, last but not the least, Hugh Grant, dans le rôle de Fletcher, un journaliste fouineur et sournois, mais de parfaite éducation, qui travaille principalement pour le roi des tabloïdes, et devient accessoirement un apprenti maître chanteur. Je dois avouer que, en ma qualité d’une indécrottable aficionada de Hugh Grant, son retour sous les projecteurs comble mon âme de groupie, d’autant que, l’âge aidant, enfin libéré de ses contraintes de beau gosse, il nous fait encore mieux savourer sa délectable autodérision et confirme son talent.

Alors ne boudez pas votre plaisir : ce polar british, une comédie vintage et dandy est fort bien réussi.

*****

Krystyna Kowalska : En collaboration avec Philippe Poisson, Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus.

Pour en savoir plus sur Krystyna :

 https://criminocorpus.hypotheses.org/59672

Les archives de la rubrique Oeil en éveil