305 – Portrait du jour : Isabelle Wlodarczyk, l’auteure qui fleurit la littérature jeunesse

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 305ème Portrait du jour – Criminocorpus  le carnet reçoit avec infiniment de plaisir Isabelle Wlodarczyk.

Nous avons demandé “au plus beau sourire de Nîmes”, la romancière Anne Combe de réaliser l’interview d’Isabelle Wlodarczyk.

Crédit photo Margaux Horel – Anne Combe vit à Nîmes, dans le Gard. Elle a travaillé pendant près de dix ans dans le secteur de la communication d’entreprise avant de se consacrer à l’écriture et à sa vie de famille. Auteure d’albums jeunesse, elle signe avec succès son premier roman, Comédie pour un mort. Elle organise, chaque mois, les rencontres littéraires Paroles d’Auteurs à Nîmes pour valoriser des écrivains de sa région…230 – Portrait du jour : “Le plus beau sourire de Nîmes”, la romancière Anne Combe, auteure d’un premier roman  “Comédie pour un mort

« Quand Isabelle Wlodarczyk vous conte une histoire, c’est toute votre âme d’enfant qui sourit et se qui met à vibrer. Cette auteure jeunesse, installée dans le sud de la France près de Montpellier, a été plusieurs fois primée pour ses romans, albums, documentaires… et on comprend vite pourquoi ! C’est au cœur de l’Histoire, dans la vie de ces peintres devenus camoufleurs lors de la première guerre mondiale (roman graphique/spectacle Couleur Barbelé, édition Babouche à oreille ) ou encore dans celle de Ruby Bridges, la première enfant noire scolarisée dans une classe de blancs au temps de la ségrégation américaine (album Ruby, édité par la maison d’édition nîmoise Lirabelle), qu’elle va tremper sa plume. Pour le reste, c’est certainement son talent de conteuse, sa poésie, et ce style incomparable « puisé dans le dictionnaire La Furetière » qui vous touchent au plus profond de votre âme. A l’instant où j’écris ces lignes, j’ai sous mes yeux l’album jeunesse Ruby, magnifiquement illustré par Sonia Maria Luce Possentini , un « monument de l’illustration en Italie et dans le monde, qui a raflé le prix Andersen (équivalent du prix Nobel pour les illustrateurs) », et je le regarde avec la sensation de détenir un véritable trésor. Je l’ai lu et relu plusieurs fois consécutives, avec à chaque fois, le même émerveillement ! C’est donc dans l’enthousiasme et la passion que je me suis lancée dans le portrait de celle qui fait fleurir la littérature jeunesse. Alors forcément on a envie d’en savoir plus sur l’auteure de ces superbes lignes ».  Anne Combe    

Bienvenue Isabelle sur le très prisé et discret carnet criminocorpus. Ph. P

_____________________________________________________________________

Portrait d’Isabelle Wlodarckyk.

– Isabelle, quand on te lit, il se passe vraiment quelque chose… Notamment l’impression d’avoir assisté à un miracle littéraire et d’être en face d’une grande écrivaine. Comment est née l’écrivaine ? Qu’est-ce qui influence ton écriture ?

Merci de cette introduction, à laquelle je ne sais trop comment répondre. Je ne me sens pas vraiment écrivaine, je me reconnais davantage dans l’expression « autrice jeunesse », précisément, parce que c’est une plongée dans l’enfance et un pas hors de l’ego.

J’ai commencé à écrire des poèmes quand j’étais petite. J’ai continué à l’adolescence, avec passion, par des nouvelles et des textes poétiques. Mais ce n’est que sur le tard que j’en ai fait mon métier. J’aime la poésie, par dessus-tout : les sonorités des mots, leurs saveurs, leurs aspects tintinnabulants. J’aime les mettre en bouche, les dévorer. Mon écriture se laisse influencer par les mots gourmands que je trouve, par exemple, sous la plume de Chamoiseau. Avec le temps, je lis moins de romans, même si je me suis intensément nourrie de littérature russe, quand j’étais adolescente. Puis, j’ai découvert la langue du 17ème et j’en suis encore aujourd’hui émerveillée. J’aime puiser dans le dictionnaire La Furetière, choisir des mots au hasard et composer des histoires.

– Tu as écrit une centaine d’albums et de romans jeunesse, sur des thématiques riches et variées. Qu’est-ce qui guide tes choix littéraires ?

Je me laisse guider par le moment : un thème que je trouve riche, qui n’a jamais été abordé en littérature jeunesse, un mot qui me donne envie d’écrire un texte… J’aime partir dans des univers radicalement différents et y exercer ma plume. Certains thèmes reviennent plus souvent que les autres : la question de la différence qui se décline avec celle de la Ségrégation. Mais j’aime aussi plonger dans l’imaginaire et me laisser porter par la fiction. J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire une série de contes japonais totalement inventés. Parfois, je me lance dans des romans sans savoir où ils me mèneront. Plus récemment, j’ai adapté un conte russe et j’ai eu le plaisir de retrouver une langue qui m’est chère. En parallèle, je travaille sur un roman sur la Guerre d’Espagne pour les grands ados et les adultes. Entre les deux, j’ai découvert un mot que je ne connaissais pas et raconté l’histoire d’un « arbre de nuit », un texte pour les tout petits. Je bouillonne d’idées en permanence et j’aime explorer des horizons très variés. Parfois, j’ignore moi-même ce sur quoi j’écris. Je me poste devant mon écran et je laisse ma plume me guider. C’est d’ailleurs ce que je préfère. Mes plus beaux textes sont nés de cet inconnu essentiel.

– Comment travailles-tu un album ou un roman pour qu’il colle à un événement ou à un personnage historique ?

C’est un travail minutieux qui peut prendre plusieurs mois, voire plusieurs années. Depuis trois ans, je travaille autour de la Guerre d’Espagne. Je raconte l’histoire de Paquita qui a 92 ans aujourd’hui. Cette femme a une excellente mémoire, mais elle avait oublié où elle avait séjourné lors de la Retirada, dans quel camp elle avait été envoyée. Il a fallu contacter des archivistes, me déplacer dans l’Ain, dans le Doubs et patiemment retrouver son nom sur les listes des réfugiés. C’est un travail dont je suis très fière: ce livre-là sera sans doute le plus marquant de tous ceux que j’ai pus écrire, parce que j’y ai développé une vraie exigence historique, dans les moindres détails et que c’était à moi de retrouver les éléments manquants, de reconstituer la mémoire de Paquita. Mais aussi parce que j’ai une admiration immense pour cette femme d’une force incroyable et d’une beauté absolue. Il y a des femmes qui sont mères au-delà de leurs enfants, elle en fait partie.

Habituellement, je m’entoure d’archivistes, de spécialistes auxquels je pose des questions et je lis aussi des monographies. C’est un travail très particulier d’écrire sur l’Histoire. On est moins libres dans la narration, c’est une écriture à contraintes dans laquelle on apprend beaucoup.

– Quel est ton album jeunesse préféré ? Pourquoi.

Dans ceux que j’ai lus, je suis amoureuse de la prose de Carl Norac et de celle de Marcus Malte . J’aime la poésie et la concision de leurs textes. Par exemple, Chat machin est une expérience de jonglage (le jongleur était un poète au moyen-âge, ça vient peut-être de là ?). Je l’ai lu des centaines de fois à mes gosses. J’adore le rythme, le choix des mots, le fait que le texte ne soit pas bavard.

Dans ceux que j’ai écrits, je suis fière des textes économes, des textes qui laissent la place au silence, de ceux qui respirent et savent se faire discrets. « Cœur de hibou  » (Rue du monde) en est un. L’histoire d’un louveteau recueilli par un hibou, une histoire d’amour illustrée avec grand talent par Anne-Lise Boutin . Pour les tout petits, je suis vraiment heureuse de l’album « Un sapin » (Lirabelle), composé de quelques mots seulement. L’idée pour moi, c’est de projeter l’enfant dans l’imaginaire, de laisser des espaces où il se sentira libre d’aller. Le texte propulse mais il ne musèle pas.

– Avec le saxophoniste Pierre Diaz , ton compagnon dans la vie, vous avez monté la maison d’ édition Babouche à oreille qui édite des albums musicaux. Pourquoi ce choix ?

Avec Pierre nous partageons le même amour du silence: Pierre place le son au-dessus de la virtuosité des notes et est capable de faire surgir des émotions magnifiques dans un seul son, par son seul souffle. Il aime cette même épure qui m’anime dans les mots. Il joue avec l’écriture spontanée, ce qui plus que l’improvisation est une manière de se libérer des cadres, de chercher le son, de se concentrer sur le souffle, sur un essentiel qui est dans l’instant. C’est ce que je préfère également en écrivant. Pierre a cette magie de faire pleurer en une note, en un son, reconnaissable entre mille. Pour moi, c’est un miracle artistique : il y a des moments de cette grâce dans son album « Huit » qu’il partage avec le pianiste Pascal Lengagne . Des moments où l’humanité s’impose dans la musique, où une forme de vérité ou de justesse prime.

Babouche à oreille est le fruit de cette histoire d’amour. Nous avons créé la maison presque instinctivement pour partager nos créations, même si nous aimons créer tous les deux des projets poétiques que nous gardons pour l’instant pour nous. Notre maison d’édition est née spontanément de ce désir d’associer les mots à la musique. Nous nous amusons beaucoup ensemble et nous espérons transmettre ce bonheur et faire danser les textes.

– Quelle est ta vision de la littérature jeunesse (sa place et son avenir) ?

La littérature jeunesse occupe plusieurs place à mes yeux dans le champ littéraire: elle éveille les enfants aux mots, les accompagne dans le plaisir de lire, vient prolonger leur imaginaire, si riche spontanément. Je n’aime pas les livres médicaments, – à ce titre les livres qui décryptent les émotions me paraissent d’une pauvreté fondamentale -, mais j’aime aussi l’engagement en littérature jeunesse, le fait de donner du sens et d’accompagner les enfants et les adolescents dans cette quête de savoir et de compréhension. Je crains que les priorités commerciales ne lissent cette belle diversité en favorisant la reparution de classiques plutôt qu’en privilégiant la création, par exemple. La littérature jeunesse proposée sur les aires d’autoroute ou dans les supermarchés est désespérante à ce titre ! Mais je suis confiante aussi : le paysage éditorial est prolixe et la petite édition assure ce rôle de proposer des nouveautés, de sortir des sentiers battus. La littérature jeunesse, souvent moquée et dépréciée par ses confrères « vieillesse », est riche d’écriture, d’invention, de concepts. C’est un vrai laboratoire en littérature.

– Tu as été l’invitée de la rencontre littéraire Paroles d’Auteures que j’ai organisée avec Pauline Hirschauer  le 4 février dernier à Nîmes. à cette occasion, tu nous a présenté ton roman Couleur Barbelé et le spectacle musical qui l’accompagne (Bourse création littérature jeunesse et art 2019). Pour nous, ce fut un moment de grâce, particulièrement riche en émotions, notamment lors de la découverte d’images d’archives datant de la Première guerre mondiale, sur la musique de Pierre Diaz et un très beau texte, né d’un atelier d’écriture au collège Lo Trentanel de Gignac, dans deux classes de troisièmes.

Peux-tu nous en dire davantage sur ce roman et ce spectacle ? Quel souvenir gardes-tu de cette soirée ?

Couleur barbelé est un curieux roman né d’un atelier d’écriture. Je l’ai dirigé sur une bonne moitié d’année scolaire avec deux classes et des enseignants exceptionnels. Dans ce collège, j’expérimente depuis des années des pratiques d’écriture, pour lesquelles je reçois un immense soutien. Je peux travailler avec une poignée d’élèves ou avec une classe entière, mêler des classes. C’est très libre. Cet atelier s’est inscrit dans les célébrations du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Il fait suite à d’autres ateliers et à un travail minutieux sur les archives sur lequel j’ai pu prendre appui. Couleur barbelé raconte la vie d’un poilu montpelliérain, un peintre qui s’est retrouvé employé au camouflage. Ce thème n’avait pas été traité en littérature jeunesse et j’ai trouvé que c’était une porte d’entrée pertinente pour aborder la guerre. J’ai choisi d’orienter les élèves vers une écriture ciselée et poétique et de retenir les passages les plus aboutis de chacun d’entre eux. C’est une œuvre collective. Les illustrations ont été réalisées par Hajnalka Cserhati, avec qui j’avais déjà travaillé sur deux albums : Marika (Lirabelle) et Des blanches et des noires (Oskar). J’aime beaucoup la sensibilité qui se dégage de ses illustrations. Cette fois, encore.

Pierre a composé une musique bouleversante autour du texte et nous avons décidé de faire vivre le livre sous la forme d’un spectacle – c’est d’ailleurs la particularité de Babouche à oreille : la volonté de faire du livre un spectacle vivant. Le tout donne un ouvrage riche en poésie, entremêlé des sensibilités de chacun. La lecture de mardi était un beau moment, libre, devant un public attentif et chaleureux. Merci de votre accueil.

Enfin, pour finir, un petit jeu, façon portrait chinois :

– Si tu étais un poème, tu serais…

– Si tu étais une musique, tu serais…

– Si tu étais une peinture, tu serais…

Si j’étais un poème, je serais sans doute une ballade de Marot, parce que j’aime sa simplicité et sa volonté de cueillir la vie comme elle vient, avec joie.

Si j’étais une musique, je serais le morceau « 20 minutes d’amour » que Pierre a composé et qui m’accompagne dans l’écriture, comme dans la vie. Un voyage en Orient au cœur de ce qui nous anime.

Si j’étais une peinture, je serais les Raboteurs de parquet de  Caillebotte parce que je me souviens du jour où j’ai pu admirer la toile de mes yeux et de l’infinité de métaphores que la peinture a animées en moi. Peut-être aussi parce que l’écriture est un travail du bois, fait de copeaux et de patines.

Biographie

« J’ai passé une grande partie de ma vie à hanter les couloirs de l’université, en philosophie, en lettres et en russe. J’ai obtenu l’agrégation et enseigné le français, le théâtre et l’amour des mots à des adolescents qui n’aimaient pas l’école. Comme j’avais peur de grandir et afin de rester éternellement petite, je me suis mise à écrire des histoires pour tous ceux qui ont une âme d’enfant. Depuis, je crée des livres pour les enfants et les adolescents.  J’essaie de faire revivre des mots disparus, de donner à penser, de promener les enfants dans l’Histoire.  Je m’amuse à travers tous les genres, tous les supports.

Mes romans sont nourris de vieux mots disparus que je puise dans le dictionnaire « Furetière ». J’écris des albums illustrés, exercice périlleux de funambule où j’aime me risquer à aller  pour prêter ma plume à des illustrateurs passionnés ou à un musicien talentueux. 

Enfin j’écris des textes historiques sous toutes les formes pour interroger le passé et le faire revivre dans le présent.

Écrire pour les enfants, c’est finalement une affaire sérieuse : une plongée dans la fiction qui n’a pas peur  de l’invraisemblance, des questions existentielles. C’est plus qu’un métier. C’est un partage essentiel ».

Pour aller plus loin

https://isabellewlodarczyk.wixsite.com/page

https://www.baboucheaoreille.com

Ruby (éditions Lirabelle)

Le soleil se lève sur la Nouvelle-Orléans (…) Des policiers frappent à la porte. Il est l’heure d’y aller. Dans ses souliers cirés, Ruby trottine. À petits pas vers une nouvelle vie…

Ruby entre à l’école des grands. Elle est la première petite fille noire à y mettre les pieds… Dans les États du Sud, les Blancs et les Noirs ne se mélangent pas.

L’album retrace l’histoire bouleversante de Ruby Bridges, la première enfant noire scolarisée dans une école de Blancs au temps de la ségrégation américaine. Il est accompagné d’un CD sur lequel sont interprétées les chansons écrites par les élèves de 2 écoles de Lodève au cours d’ateliers d’écriture encadrés par Isabelle Wlodarczyk et composées par le saxophoniste Pierre Diaz, en partenariat avec l’association Jazz à Junas.

 Mention musique de Pierre Diaz , soumise à droit et appartient à Jazz à Junas.

•Couleur barbelé (éditions Babouche à oreille)

Jules-Victor Fabre grandit à Montpellier et rêve de devenir peintre. En août, alors que sonne le tocsin, sa vie bascule et le jeune homme se retrouve au front, employé au camouflage. Le sort s’acharne et Jules-Victor est accusé à tort de désertion.

Ce roman est le fruit d’un travail mené aux archives de Montpellier autour de la vie des poilus de l’Hérault. L’ouvrage aborde la Première Guerre mondiale sous un angle original : il témoigne du rôle des peintres dans le conflit.

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.

______________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS …

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS