Punir les opposants. PCF et procès politiques (1947-1962) – Argumentaire de Vanessa Codaccioni

punirles opposantsArrestation du dirigeant Jacques Duclos à la suite des manifestations contre le général américain « Ridgway la peste », accusations de complot, répression militaire des « soldats du refus », affaire Audin, tuerie de Charonne. À l’heure de la guerre froide, des conflits indochinois et algérien, les militants communistes affrontent la mécanique répressive d’un État lancé dans la chasse aux « criminels politiques ».

Nourri d’archives inédites et de nombreux témoignages, le livre de Vanessa Codaccioni nous entraîne dans les coulisses politiques des poursuites judiciaires orchestrées contre les opposants. Elle montre comment les agents de l’État répriment leurs « populations cibles », mais aussi comment en retour, au sein du PCF, la répression est utilisée à des fins politiques et militantes.

Mais comment devient-on le « héros » d’un groupe ou, a` l’inverse, un « traître à la patrie » ? Qui faut-il être et quel crime faut-il avoir commis pour se retrouver au cœur d’une affaire d’atteinte à la sûreté de l’État ? En quoi le procès politique est-il l’une des manifestations les plus visibles de l’affrontement entre le pouvoir central et les ennemis du régime ?

En portant l’analyse au cœur de ces relations conflictuelles, ce livre de sociologie historique renouvelle largement notre connaissance de la IVe République et des débuts de la Ve, et éclaire les rapports entre l’État et ses opposants en périodes de crise.

Argumentaire « Punir les opposants‏ » de Vanessa Codaccioni pour Criminocorpus – Hypotheses

L’ouvrage Punir les opposants, qui est la version légèrement remaniée de ma thèse de doctorat (soutenue en novembre 2011 à l’Université Paris 1), porte sur les procès d’atteinte à la sûreté de l’État qui touchent des membres du Parti communiste français pendant la guerre froide et la guerre d’Algérie.

Ayant pour problématique générale la politisation de la répression, il a plus précisément pour objectif de saisir les conditions d’émergence de « procès politiques ». Plusieurs grandes questions dominent ainsi ce travail : comment naissent les procès politiques, et dans quel contexte ? Quels sont les acteurs qui peuvent créer de grandes affaires et par quelles pratiques ? Certains crimes sont-ils plus susceptibles que d’autres de conduire à une politisation des procédures judiciaires ? Et, in fine, qu’est-ce qu’un procès politique ?

A ce propos, j’ai pris le parti de ne pas les définir a priori, mais de souligner que ces termes – « procès politiques » – ont un sens particulier, et qu’ils visent à donner une interprétation aux procédures judiciaires autre que celle imposée par les agents répressifs. Parler de « procès politique » c’est imposer une grille de lecture des affaires dominée par les thèmes de l’erreur judiciaire, du délit d’opinion ou du coup monté. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette expression « procès politiques » est principalement utilisée par les accusés et leurs défenseurs tandis qu’à l’inverse, les gouvernants et les juges ne l’utilisent jamais voire nient l’existence de ce type de procès. De ce fait, j’ai considéré qu’il fallait plutôt s’attacher aux usages sociaux de la justice et des procès, aux pratiques qui leur sont attachés et donc, plus généralement, à la manière dont certains procès sont suffisamment politisés pour être considérés comme des « procès politiques ».

Pour saisir cette politisation des procès, j’ai également choisi de ne pas me focaliser sur un seul acteur impliqué dans un événement répressif, c’est-à-dire soit les membres d’un parti exclu de la participation au pouvoir, soit les agents de l’État, mais au contraire de les penser ensemble et de les analyser relationnellement. Cette analyse interactionniste de la répression a deux avantages. D’un côté elle permet de mettre à distance le discours victimaire communiste qui tend à focaliser sur l’illégalité et l’illégitimité de la répression subie et à occulter la radicalité militante des membres du PCF. Mais de l’autre, elle donne aussi la possibilité de prendre des distances avec le discours d’État sur la dangerosité du PCF, un discours qui insiste quant à lui sur la légitimité de l’action répressive, l’impartialité des décisions de justice et l’absence d’immixtion du politique dans le judiciaire. Or, l’analyse de la répression anticommuniste fait apparaître une volonté continue de criminalisation des opposants à toutes les étapes de la construction des affaires : lors de la phase policière, lors de la phase d’instruction mais aussi au moment des verdicts où des pressions politiques peuvent s’exercer contre les magistrats.

Quant aux périodes choisies, elles visent à analyser deux configurations de procès assez différenciées. Certes, il s’agit de deux moments de forte conflictualité politique et sociale où s’observe des mouvements anticoloniaux largement réprimés. Mais ces deux périodes ne donne pas à voir les mêmes modalités de construction de procès politiques : tandis que guerre froide donne lieu à de très nombreux procès politiques communistes, leur nombre chute radicalement pendant le conflit algérien. C’est cette disparité des configurations judiciaires et, partant, les différentes possibilités de construction de grandes affaires qu’interroge ainsi Punir les opposants.

Biographie

vanessaVanessa Codaccioni est maîtresse de conférences au département de science politique de l’Université Paris8 et membre du laboratoire Cultures et Sociétés Urbaines (CRESPPA-CSU).

Contributrice à l’entreprise biographique du Maitron pour laquelle elle rédige des notices sur les avocats militants, elle a notamment publié sur un article sur l’affaire Djamila Boupacha (Nouvelles Questions Féministes, 2010), sur le rôle des avocats du PCF dans le contexte répressif de la guerre froide (Le Mouvement social, 2012) et sur les effets de la répression sur les militants communistes français (Sociétés contemporaines, 2012 ; Cultures&Conflits, 2013).

Ses recherches actuelles, qui portent sur les juridictions et la justice d’exception, et, plus précisément, sur la Cour de sûreté de l’État (Droit et Société, 2015), vont donner lieu à la publication d’un second ouvrage intitulé Justice d’exception. L’État face aux crimes politiques et terroristes à paraître en novembre 2015 chez CNRS éditions.

Merci infiniment Vanessa pour cet argumentaire
Philippe Poisson – Criminocorpus – Hypotheses


Vous aimerez aussi...