Les emprisonnements des maoïstes et la détention politique en France (1970-1971) (Jean-Claude Vimont)

Affiche de la Gauche Prolétarienne appelant à manifester le 27 mai 1970 (collection J.-C. Vimont)

Affiche de la Gauche Prolétarienne appelant à manifester le 27 mai 1970 (collection J.-C. Vimont)

Le 8 février 1971, à l’occasion d’une conférence de presse tenue dans l’église Saint-Bernard de Montparnasse, les avocats Henri Leclerc et Michel Kiejman annonçaient que la grève de la faim entamée dans les prisons par des militants d’extrême gauche cessait, car ils avaient obtenu des promesses d’amélioration de leur sort. Les avocats passaient ensuite la parole à trois intellectuels Michel Foucault, Pierre Vidal-Naquet et Jean-Marie Domenach qui lisaient le communiqué fondateur du Groupe d’information sur les prisons (GIP). La réunion avait été organisée par le Secours rouge, là-même où plusieurs personnes avaient également entamé une grève de la faim de solidarité avec les emprisonnés. Le soir, il fut décidé de maintenir un appel à manifester le lendemain, malgré des divergences au sein de la structure de solidarité, place Clichy. Les concessions gouvernementales étaient-elles suffisantes ? Les promesses de René Pleven allaient-elles être tenues ? Cette manifestation fut scandée de heurts violents avec les forces de police et des arrestations nombreuses eurent lieu. Richard Deshayes, militant du groupe Vive la Révolution (VLR) et fondateur du Front de libération des jeunes (FLJ) perdit un œil et fut défiguré. Treize autres manifestants furent grièvement blessés par les brigades spéciales de la Préfecture de police, des policiers juchés sur des motos et armés de longs « bidules ». Des arrestations furent effectuées parmi lesquelles celle d’un jeune lycéen de Chaptal Gilles Guiot, rapidement condamné en flagrant délit à de la prison ferme. Un large mouvement de grève éclata dans les lycées de la capitale avec un imposant sit-in sur le boulevard Saint-Michel qui aboutit à la libération du lycéen…

 

Lire la suite de cet article de Jean-Claude Vimont sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...