Le Colonel Gally-Passebosc : un destin calédonien

colonelgallyIl fallait faire revivre François Gally-Passebosc pour lui rendre une dimension, un prestige, et toute sa place dans l’histoire de la Nouvelle-Calédonie. Face à cet homme droit, sensible, intransigeant, devait apparaître le colonel Charrière. Celui-ci, commandant de l’administration pénitentiaire, était une personnalité perverse, fragilisée par les longues années passées dans les bagnes de Guyane, cupide, épris d’un pouvoir comparable à celui d’un empereur romain puisqu’il avait droit de vie et de mort sur des milliers d’hommes. La révolte canaque de 1878 sera fortement liée à cette situation de rivalité de pouvoir intérieur.

Confrontés à ce contre-pouvoir, les Canaques ne pouvaient que se révolter, c’est bien cette rivalité de pouvoir qui devait conduire au massacre de plusieurs centaines de colons, à la révolte et à l’assassinat probable du colonel Gally.

  • Extrait du livre : 

L’enfance dans l’Est – Il fait beau à Nancy, il fait chaud. Les fleurs mettent des taches de couleur dans les parcs et dans la rue Stanislas. La grille éclate de tous ses feux et capte le soleil en bandes verticales. Ce 15 juin 1836, François est né à onze heures du matin.

Son père est alors en garnison dans cette ville, en tant que capitaine au 65e régiment de ligne. Il est chevalier de la Légion d’honneur.

Les deux témoins de cette naissance sont également militaires. L’un est chef de bataillon au 65e régiment de ligne, officier de la Légion d’honneur et chevalier de Saint-Louis, le second est capitaine d’habillement au même régiment.

Dès sa naissance, François, Eugène, Oscar, entre d’emblée dans la prestance militaire et dans un avenir déjà tracé.

Sa mère, âgée de 25 ans, jeune épouse d’un homme déjà mûr – Pierre Gally-Passebosc a quarante ans – accouchera dans une maison du numéro 20 de la rue Stanislas. Elle est de santé fragile et ne pourra supporter l’hiver rigoureux de ce pays froid de l’Est où la neige et le vent tourbillonnent comme un cyclone glacial.

Elle meurt en février 1837. François a huit mois. C’est un bel enfant, grand, le front large, les yeux bruns, vifs et doux, les cheveux châtains. Il est indiscipliné mais il est intelligent et affiche la curiosité de ceux qui apprennent vite. En classe, il a déjà une présence, il est plus grand que la plupart de ses camarades et il se distingue dans le domaine des apprentissages.

Cette vivacité, son intelligence, ses possibilités, vont contrecarrer de façon positive sa tendance à l’insouciance, à considérer la vie comme un grand théâtre dont il est un acteur privilégié.

Ainsi, les officiers supérieurs, ses instructeurs, seront-ils parfois fascinés par ce jeune personnage.

Jacqueline-ex-186x186Première femme médecin calédonienne, Jacqueline Exbroyat a sillonné la Brousse avant de devenir, dans les années soixante, médecin chef du centre médico-scolaire de Nouméa. Elle s’est également beaucoup investie dans l’éducation pour la santé en liaison avec la Commission du Pacifique Sud (CPS).

 Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont :

« Albert Lavigne, négociant en vins, poète et communard », Ed. La Bruyère, 2002.

« une Île si longue », Ed. Amalthée, 2006.

« Le colonel Gally-Passebosc : un destin calédonien », Ed. Amalthée, 2007.« Le Caillou sauvage », présenté à la Maison de la Nouvelle-Calédonie en janvier 2010.

En 1984 et 2006, elle participe aux expositions « Journée océanienne » au muséum de l’Histoire naturelle de Perpignan et « Lire du pays et le voir » au musée de la bibliophilie – Georges Brassens.

Jacqueline Exbroyat est décédée le 23 mai 2013 à Nouméa, à l’âge de 82 ans. Elle était née en 1931 en Nouvelle-Calédonie.

Auteur : Jacqueline Exbroyat

Genre : Biographies, mémoires, correspondances…

Éditeur : Amalthée, Nantes, France


Vous aimerez aussi...