96 heures : un commissaire en garde à vue

1507-1En Octobre 2011, des policiers lyonnais et grenoblois, dont le commissaire de police Christophe Gavat, alors chef de la P.J. de Grenoble, sont placés en garde à vue pendant quatre jours et mis en examen pour « association de malfaiteurs », « trafic de stupéfiants », « détournement de scellés » et « vol en réunion » ; dans le cadre de « L’affaire Neyret ». L’Inspection générale des services (IGS) suspecte les policiers d’avoir détourné de la drogue, sur ordre de leur supérieur le commissaire divisionnaire Michel Neyret, numéro deux de la Police Judiciaire de Lyon, afin de rétribuer des indicateurs.

Pendant ces 96 heures, il fait le bilan de ses 25 ans de carrière.

Un monologue intérieur, sur le boulot de flic où se mêlent anecdotes et réflexions sur le quotidien : il faut côtoyer sans cesse la mort, celle des victimes, celle du collègue qui se suicide et celle du voyou qu’on a dû descendre. Il raconte la vie de famille réduite à peau de chagrin, la règle de l’oubli immédiat et nécessaire, les rencontres étonnantes, le mépris de certains, l’admiration d’autres. Il explique les violences subies en permanence, les missions ingrates, les tentations, la ligne jaune à ne pas franchir, les injustices quand le flic devient bouc émissaire, la complexité du système judiciaire, les vices de procédure, les enquêtes, le rôle des informateurs, les planques, les filatures, les rapports.

Christophe Gavat, 46 ans, issu d’une famille lyonnaise, est entré dans la police en 1988 au grade d’inspecteur (lieutenant). Il a réussi le concours interne de commissaire de police en 2002. Au cours de sa carrière, il a exercé en Seine-Saint-Denis, à Paris, à Lyon, Cannes, Perpignan et Grenoble. A la suite de « l’affaire Neyret », il a quitté la Police Judiciaire et a obtenu d’être muté en Guyane Française, où il occupe le poste de  directeur départemental adjoint de la police aux frontières à Cayenne.


Vous aimerez aussi...