Lacenaire : poète assassin

lacenaireBien évidemment, quand on parle de littérature, on ne pense pas à Pierre François Lacenaire. Pourtant, cet homme, manifestement fragile psychologiquement et n’hésitant pas à avoir recours à la violence, en a intrigué plus d’un. Ainsi, nous pouvons trouver ses Mémoires et autres récits, des biographies ainsi qu’un film : Lacenaire avec Daniel Auteuil dans le rôle principal.

Toute sa vie, Lacenaire réclamera vengeance. Contre qui ? Contre quoi ? Ses raisons sont étranges. Sa famille n’a certes pas été aimante, mais la haine qu’il nourrit à l’encontre de ses parents est démesurée. Au bout du compte, on se dit qu’il était simplement fâché avec la vie et ses aléas. Lui qui voulait devenir un homme de lettres finit par devenir un voleur et un meurtrier parce qu’écrire ne paye pas et qu’il faut bien manger.

En revanche, il peut paraître étonnant d’apprendre que sous d’autres aspects, c’était un homme honnête. En effet, il ne cachera aucun de ses crimes et en révélera d’autres inconnus par la justice durant son procès qui le conduira à la guillotine. Dans Lacenaire : poète assassin, Rémi Bijaoui décortique les Mémoires et autres récits et s’appuie sur des faits véridiques – et non tels que nous les raconte Lacenaire – pour nous révéler qui il était vraiment : un poète brillant et un assassin terrifiant.

C’est une biographie passionnante que nous offre les éditions Imago. Bien entendu, tout comme ce qu’il a écrit, elle ne placera pas Lacenaire aux côtés de ses contemporains et ne laissera guère de traces dans les mémoires. N’est-il pas effarant de gâcher son talent pour la vengeance ? Quoi que l’on pense de cet homme, il fait parti de ces auteurs injustement méconnus bien qu’il ait contribué lui-même à cette perte.

Oublié de l’Histoire, Lacenaire a été ” ressuscité ” cent ans après sa mort (1835) par Marcel Carné dans son célèbre film Les Enfants du paradis. Stendhal, Théophile Gautier, Hugo et bien d’autres l’ont évoqué. Ses Mémoires, rédigés à la hâte en prison et publiés après son exécution, ont connu un succès de librairie phénoménal. C’est que Lacenaire fait partie de la catégorie des criminels révolutionnaires qui, de tout temps, ont fasciné l’opinion, prenant place entre Cartouche et Mandrin, et préfigurant Baader et sa bande.

Dandy, poète, philosophe, en même temps qu’escroc et assassin, Lacenaire ne pouvait que séduire et scandaliser la société française de 1830 – intellectuels compris – qui vit en lui un ” monstre ” romantique. Il est vrai que par ses origines bourgeoises, l’étendue de sa culture, son humour ravageur et son sens de la provocation – Je tue un homme comme je bois un verre de vin -, Lacenaire ne pouvait laisser indifférent le public parisien qui se pressait aux portes de la prison de La Force pour le voir.

De fait, la personnalité de l’assassin estompe l’abomination des méfaits qui l’ont conduit à l’échafaud, et continue de hanter l’imaginaire collectif.

Rémy Bijaoui est avocat et consacre ses recherches à l’histoire de la justice. Il a publié aux Éditions Imago, Prisonniers et Prisons de la Terreur (1996) et Le Procès Judas (1999).

Lacenaire : poète assassin

Auteur : Rémi Bijaoui

Genre : Biographies, mémoires, correspondances…

Éditeur : Imago, Paris, France


Vous aimerez aussi...