Parachutées en terre ennemie : Les femmes du Special Operations Executive (SOE)

Elles avaient entre  20 ou 30 ans, elles étaient belles et elles aimaient la vie ! Envisager la privation de liberté leur était insupportable.

Elles choisirent de devenir des femmes de l’ombre !

femmesdu SOE1942 : Winston Churchill autorise le recrutement de femmes, plus adaptées à certaines missions délicates que lance le Special Operations Executive (SOE), une organisation secrète destinée à soutenir la résistance européenne à l’ennemi nazi. Difficile pourtant de trouver l’oiseau rare disponible… On les veut vives, intelligentes, courageuses, audacieuses, et séduisantes si possible ! C’est ainsi que les trente-neuf candidates de la section F (comme France) viennent d’horizons multiples à l’image même de leurs motivations. Leur formation sera brève, mais militaire – maniement des armes, sabotage, endurance à la torture, etc. Leur histoire pleine de rebondissements et, pour treize d’entre elles, terriblement dramatique est étrangement méconnue en France. Pour retracer leur aventure, Monika Siedentopf a eu accès aux archives, dont certaines déclassifiées depuis peu, et a recueilli les témoignages d’anciens résistants. Son récit souvent bouleversant témoigne de la bravoure de ces jeunes femmes. Mais il tourne au drame lorsque l’historienne révèle l’existence d’une taupe au sein de la section F qui, pour leur malheur, ne fut découverte que bien après la guerre…

 

Éditeur: Librairie Académique Perrin (13 février 2008)
de Monika Siendentopf  (Auteur),Olivier Wieviorka (Préface), Amélie de Maupeou (Traduction)

 

Quelques femmes du Special Operations Executive (SOE)

 Eliane_PlewmanEliane Plewman (6 December 1917 – 13 September 1944) was a British member of Special Operations Executive (SOE) an agent and member of the French Resistance working in the « MONK circuit » in occupied France during World War II. She was involved in a number of highly successful sabotage missions but was arrested and tortured by the Gestapo later being murdered by the SS at Dachau Concentration Camp.

Sonya OlschanezkySonia Olschanesky (1923-1944) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, recrutée en France comme courrier du réseau JUGGLER du service secret britannique Special Operations Executive, Section F. Après l’arrestation de son chef Jean Worms en juillet 1943, elle reprend pendant six mois la direction du réseau, mais finit par être arrêtée, déportée et exécutée par les Allemands.

Madeleine Damerment (1917-1944) fut une résistante française pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle travailla d’abord dans le réseau d’évasion PAT, puis fut parachutée comme courrier du réseau BRICKLAYER de la section F du Special Operations Executive, mais elle fut arrêtée à l’atterrissage, déportée et exécutée par les Allemands.

Yvonne CORMEAU « Annette » – Elle naît à Shangaï en 1909, d’un père belge et d’une mère écossaise, Yvonne, cormeauMOS0704_468x566née  Biesterfeld, reçoit une éducation bilingue franco et anglophone. On sait peu de sa jeunesse mais on la retrouve en 1937 habitant Londres. Elle vient d’épouser un comptable, Emile Cormeau.

Son mari est en France en 1940 dans une Rifle Brigade. Blessé, il est rapatrié et démobilisé. Il mourra dans l’effondrement de sa maison touchée par une bombe allemande, pendant le Blitz. Yvonne, sera miraculeusement sauvée. Le souffle de l’explosion retourne la baignoire sous laquelle elle se retrouve coincée mais protégée.

Devenue veuve, elle intègre les WAAF en 1941.

Ses connaissances linguistiques l’incitent, début 1943,  à s’inscrire au SOE, où elle devient radiotélégraphiste.

En 1943, parachutée dans la région de Bordeaux, elle sera l’opératrice radio pour le réseau Wheelwright, (comme l’avait été avant elle Denise BLOC H).

Elle enverra des centaines de messages et participera à la réception de plus de 140 parachutages.

Elle sera démobilisée en 1945 avec le grade de Flight Officer de la WAAF. Elle meurt en 1995.

Vera Leigh (1903-1944) est un agent secret britannique du Special Operations Executive, qui a aidé la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1944, elle est capturée par les Allemands et exécutée.

lisebaissacLise de Baissac (1905-2004) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent mauricien du service secret britannique Special Operations Executive. Elle fut l’un des 14 agents Franco-Mauriciens engagés par le SOE, en raison notamment de leur connaissance des deux langues, l’anglais et le français.

L’engagement de Lise de Baissac dans la résistance, ainsi que celui de son frère, a été source d’inspiration pour construire le scénario du film français Les Femmes de l’ombre (2008), de Jean-Paul Salomé, même si, comme le précise ce dernier, « le film n’est en aucun cas leur biographie »

med_file5698Andrée Borrel (1919-1944), fut un agent du SOE, pendant la Seconde Guerre mondiale. Sous le nom de guerre de « Denise », elle fut parachutée en France en septembre 1942 pour intégrer le réseau Prosper – PHYSICIAN, en tant que courrier aux côtés de son chef Francis Suttill. À l’effondrement du réseau en juin 1943, elle fut arrêtée, déportée et exécutée par les Allemands.

ob_14582f_baseden-main-223x300Yvonne Rudellat (1897-1945) est un agent français du service secret britannique Special Operations Executive, pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle fut la première femme à être envoyée en France, en juillet 1942.

Yvonne Baseden naît à Paris XVe le 20 janvier 1922. Après sa naissance, ses parents nomadisent par toute l’Europe (France, Belgique, Hollande, Italie, Espagne). Bilingue anglais-français, Yvonne a de bonnes notions d’autres langues. En 1937, la famille s’installe à Londres. En 1938, Yvonne quitte l’école pour la cueillette des pommes dans le Bedfordshire. En 1939, elle trouve un job de sténo-dactylo à Southampton.

Le 4 septembre 1940, Yvonne (18 ans) s’engage dans la Women’s Auxiliary Air Force comme employée de bureau. Passée officier, elle est mutée au service de renseignement de la RAF qui l’emploie aux interrogatoires d’aviateurs et de sous-mariniers allemands. Dans l’exercice de cette fonction, elle est signalée au SOE. Le 24 mai 1943, la Section Officer (capitaine) Baseden est affectée au SOE. Comme beaucoup de femmes, elle y reçoit une formation de sans-filiste.

Dans la nuit du 18 au 19 mars 1944, accompagnée de Gonzague de Saint-Geniès « Lucien », chef du réseau, elle est parachutée à Herré (Landes), à 40 km à l’ouest de Condom (Gers). La mission, nom de code SCHOLAR, est de redresser le circuit DIRECTOR du SOE et de fédérer les maquis du Jura.

Les deux agents parviennent séparément à Dole. « Lucien » conseille Charles Allouin qui assure l’intérim de la direction du réseau, avec des contacts dans plusieurs départements, mais surtout, dans le Jura, autour de Dole, de petits groupes de résistants ou de maquisards, dix à vingt hommes, qu’il s’agit d’armer sous la houlette de Radio-Patrie, couverture locale du SOE. Après la guerre, Yvonne écrira : «  Nous avons travaillé ensemble, la plupart du temps, parce que c’était plus pratique en ce qui concerne les transmissions. Toutes les questions concernant les opérations étaient discutées avec moi… La seule affaire que j’entends mal et que LUCIEN manipulait seul était le côté financier du travail… En me tenant informée de toutes les décisions, il espérait qu’au cas où n’importe quoi lui arriverait, je serais capable de continuer seule sur le terrain.  »

Le 26 juin 1944, l’état-major du circuit SCHOLAR est réuni dans une fromagerie de Dole, la Maison Graff (dite Maison des Orphelins), pour fêter un parachutage massif d’armement. Les convives s’attardent. Il y a des barrages en travers du chemin de leur prochain rendez-vous. Un jeune maquisard capturé, non loin de là, portant la valise-radio d’Odette, par un véhicule de Feldgendarmes, donne l’adresse du refuge, pensant que ses chefs l’ont déjà quitté comme prévu. Devant le bâtiment, les Feldgendarmes trouvent plusieurs bicyclettes neuves. À l’intérieur, l’épouse du gardien et une tablée de nombreux couverts. Plusieurs soldats sont alors postés dans l’immense maison. À la nuit tombante, le garde du grenier entend un bruit. Il tire dans le plafond. Une tache de sang apparaît. Il appelle ses camarades. Une grenade est lancée dans le double toit. Blessé, Saint-Geniès s’empoisonne. Yvonne et presque tous les autres sont battus et menottés deux à deux, moribonds compris. Seul Fréderic Mayor (gardien de la fromagerie) caché dans la cave échappe au coup de filet.

Jeanne Bernier est conduite à la Feldgendarmerie de Dole. Les enquêteurs ne savent pas qui elle est. Aucun de ses compagnons ne la trahit. Elle joue la belle idiote. Un soudard lui écrase les pieds à coups de brodequins. Fin juin, transférée à Dijon et gardée au secret, elle est soumise à un simulacre d’exécution. Le 25 août 1944, elle est déportée à la prison de Sarrebruck. Le 4 septembre 1944, toujours anonyme, elle est envoyée au camp de Ravensbrück : « Les Allemands ne savaient pas que j’étais un agent. J’avais juste été raflée avec un tas d’autres et je n’avais sur moi ni documents ni rien du tout. Le fait qu’il n’y ait eu aucun document m’a sauvé la vie. »

Fin février 1945, épuisée, elle est admise au Revier (infirmerie). Quatre agentes du SOE identifiées en tant que telles lors de leur arrestation sont exécutées au camp pendant cette période: Violette Szabo, Denise Bloch, Lilian Rolfe et Cecily Lefort. Le 25 avril 1945, Jeanne Bernier est remise à la Croix-Rouge suédoise, dans le cadre des accords Himmler-Bernadotte qui sauvent la vie de centaines de détenues. (Publié le 14 juillet 2010 par rodney42)

odettesansonOdette Sansom (1912-1995) fut un agent franco-britannique du Special Operations Executive, pendant la Seconde Guerre mondiale. Sous le nom de guerre « Lise », elle fut courrier du réseau SPINDLE dirigé par Peter Churchill actif dans le midi de la France. Arrêtée par les Allemands et déportée à Ravensbrück, elle survécut.

ob_a40dcd_violette-szaboViolette Reine Elizabeth Bushell Szabo, GC, MBE, (26th June, 1921 – c. 5th February, 1945) was a World War II Allied secret agent. Madame Szabo volunteered to undertake a particularly dangerous mission in France. She was parachuted into France in April, 1944, and undertook the task with enthusiasm. In her execution of the delicate researches entailed she showed great presence of mind and astuteness. She was twice arrested by the German security authorities but each time managed to get away. Eventually, however, with other members of her group, she was surrounded by the Gestapo in a house in the south west of France. Resistance appeared hopeless but Madame Szabo, seizing a Sten-gun and as much ammunition as she could carry, barricaded herself in part of the house and, exchanging shot for shot with the enemy, killed or wounded several of them. By constant movement, she avoided being cornered and fought until she dropped exhausted. She was arrested and had to undergo solitary confinement. She was then continuously and atrociously tortured but never by word or deed gave away any of her acquaintances or told the enemy anything of any value. She was ultimately executed. Madame Szabo gave a magnificent example of courage and steadfastness.


Vous aimerez aussi...