Compte-rendu du livre de Markus Brühlmeier, Verena Rothenbühler, Im Tobel der Busse, Komturei und Strafanstalt Tobel 1226-2014 par Christophe Vuilleumier

Markus Brühlmeier, Verena Rothenbühler, Im Tobel der Busse, Komturei und Strafanstalt Tobel 1226-2014, préf. d‘André Salathé et Walter Strasser, Thurgauer Beiträge zur Geschichte 152/1, Frauenfeld, Verlag des Historischen Vereins des Kantons Thurgau, 2015, 222 pages, 62 illustr.

L’histoire des établissements pénitentiaires en Suisse intéresse les chercheurs depuis quelques années. Robert Roth, Pratiques pénitentiaires… (1981), et Claudia Curti, Die Strafanstalt des Kantons Zürich… (1988), avaient sans doute ouvert la voie à cette thématique avec leur livre respectif sur les prisons genevoise et zurichoise. Et depuis lors, quelques ouvrages sont venus enrichir cette histoire méconnue. Des travaux qui portent en l’occurrence sur des établissements spécifiques comme le livre en deux tomes d’Henri Anselmier Les prisons vaudoises (1993), ceux de Christophe Vuilleumier sur Champ-Dollon (2007) ou le Bois-Mermet (2014), et, plus récemment, l’étude de Geneviève Heller sur La Maison d’éducation de Vennes… (2012), ou encore des analyses de portée générale comme celle du statisticien Daniel Fink Strafrecht Freiheitsentzung… (2015). L’ouvrage de Markus Brühlmeier et Verena Rothenbühler sur Tobel, une ancienne commanderie de Saint-Jean, s’inscrit dans cette dynamique.

Si la première partie de l’ouvrage décrit l’histoire de la commanderie de Tobel créé en 1228 par Diethelm de Toggenbourg, le deuxième volet de ce livre, écrit par Verena Rothenbühler, porte sur la seconde vie de l’établissement, les années de fonctionnement de la prison (1811-1973). L’auteur replace son travail dans la perspective des débats portant sur l’enfermement, évoquant plusieurs événements récents ayant défrayé la chronique helvétique. Extrêmement fouillés – 530 notes de bas de page renvoient aux sources provenant des Archives d’État – les chapitres soutenus par une iconographie riche précisent l’utilisation de la prison au cours du XIXème siècle, son usage en tant que maison d’arrêt, et la réforme pénitentiaire de 1836. Neuf tableaux, issus d’un échantillonnage relevé dans les sources, détaillent les entrées, les âges, les sexes, les professions, et les statuts des prisonniers au cours du XIXème siècle jusqu’en 1964. L’auteur évoque bien évidemment les impacts du Code pénal suisse, entré en vigueur le premier janvier 1942, ainsi que les évolutions que la prison allait connaître avec la ratification par le canton de Thurgovie du Concordat sur l’exécution des peines et des mesures de la Suisse orientale, en 1965.

Il faut surtout noter le long développement – septante pages – consacré à la vie à l’intérieur de la prison. L’entrée, l’emploi du temps, les ateliers de travail et notamment la filature, le pécule, la surveillance, la nourriture, la dimension religieuse, la remise en liberté, la mort, le personnel, les détenus et les sanctions disciplinaires sont ainsi décrits. Il convient de relever l’éclairage que Verena Rothenbühler apporte sur le débat de 1886 à propos des punitions corporelles (Prügelstrafe) et les prises de positions divergentes sur la question d’Alois Engeler et de Friedrich Heinrich Häberlin. L’auteur connaît d’ailleurs fort bien son sujet puisqu’elle a par ailleurs rédigé la notice concernent Heinrich Häberlin dans le Historischen Lexikon der Schweiz.

On peut toutefois regretter l’absence d’un index qui aurait pourtant été fort utile, ainsi que le manque de précisions sur l’usage de l’établissement et sur les détenus qui y étaient enfermés au cours des périodes de guerre. La position du territoire thurgovien, au bord du Bodensee, face à Friedrichshafen, ne devait-elle pas avoir de conséquences sur la nature des détenus tant en 1917 qu’en 1942 ? Ce d’autant plus qu’avec l’introduction du nouveau Code pénal en 1942, des modifications allaient intervenir dans les prisons suisses comme pour l’établissement thurgovien de Kalchrain, fondé lui aussi au cours du Moyen-âge, deux ans après Tobel, qui allait voir son statut de maison de travaux forcés transformé.

Cet ouvrage constitue ainsi une double contribution, en premier lieu sur un établissement d’ordre militaire religieux, puis sur un établissement carcéral. Un livre qui participe non seulement à la reconnaissance historique du site, dédié à présent à des manifestations culturelles, mais également à la somme de nos connaissances sur les différents usages dans les prisons helvétiques des deux derniers siècles.

Dr Christophe Vuilleumier

Pdt Société d’Histoire de la Suisse Romande

Comité de l’Association Suisse d’Histoire et de Sciences militaires

Schweizerische Gesellschaft für Geschichte [Abteilung II]

 


Vous aimerez aussi...