1980 : L’assassinat inexpliqué de Joseph Fontanet, ministre sous Pompidou

 

PODCAST – A la une de L’heure du crime, un des nombreux mystères de la 5ème République. L’assassinat d’un ancien ministre de Georges Pompidou, Joseph Fontanet. Il y a 40 ans, dans la nuit du 31 janvier 1980, cet homme politique sans histoire a été la victime probable d’un crime gratuit. Nous revenons sur cette mort mystérieuse avec le journaliste Dominique Labarrière qui a mené l’enquête.

A la Une de l’heure du crime, un mystère jamais élucidé depuis 40 ans. Dans la nuit du 31 janvier 1980Joseph Fontanet, une figure de la démocratie-Chrétienne de la 5ème République, est abattu à Paris d’une balle de 11,43, l’arme favorite de la pègre. Joseph Fontanet descendait de sa voiture, qu’il venait de garer devant son domicile du boulevard Emile Augier dans le 16ème arrondissement. Pas de témoins directs du drame, pas de piste crédible pour la police. On sait simplement que cet ancien ministre sous la présidence de Georges Pompidou, qui s’était retiré de la vie politique depuis plusieurs années, venait de raccompagner l’un de ses collaborateurs avant de se garer devant chez lui. Seule certitude, le tireur était à bord d’une voiture qui a aussitôt pris la fuite sans pouvoir être intercepté par la police.

Les enquêteurs écarteront très rapidement la revendication d’un obscur groupuscule « les brigades autonomes révolutionnaires » qui avait fourni des précisions qui ne cadraient pas avec les constatations matérielles sur la scène de crime.

Alors vengeance privée ou contrat mafieux ? Mais pour quel mobile ? Ou encore maldonne, c’est-à-dire « erreur sur la personne » ? Peut-être aussi la simple malchance, d’avoir fait la rencontre cette nuit-là d’un tireur fou qui voulait faire un crime gratuit ?
Aucune autre hypothèse n’a jamais pu expliquer qui pouvait en vouloir à cet homme à l’intégrité unanimement reconnue à son époque.  

Notre invité

Dominique Labarrière auteur du livre « Quand la politique tue » paru aux éditions La Table Ronde en 2014.

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/1980-l-assassinat-inexplique-de-joseph-fontanet-ministre-sous-pompidou-7800117580

 

Né le 9 février 1921 à Frontenex (Savoie)

Décédé le 2 février 1980 à Paris

Député de la Savoie de 1956 à 1958

Fils d’un industriel d’Albertville, Joseph Fontanet est l’aîné d’une famille de huit enfants. Après ses études secondaires à l’institution des Chartreux à Lyon, il suit les cours des facultés de droit de Lyon et de Paris. Docteur en droit, il est également, à dix-huit ans, le plus jeune diplômé de l’Ecole des hautes études commerciales. Il milite dans les rangs de la Jeunesse étudiante chrétienne.

Réfractaire au Service du travail obligatoire durant l’Occupation, il rejoint le maquis de Savoie puis rallie les Forces françaises libres en Afrique du Nord après avoir été retenu prisonnier quatre mois en Espagne. Il s’engage dans une unité de chars de l’armée du général de Lattre, participe au débarquement à Fréjus le 25 août 1944 et à la campagne d’Allemagne, de janvier à mai 1945. Ses brillantes actions militaires lui valent d’être décoré de la Croix de guerre avec deux citations.

Dès la fin de la guerre, qu’il termine avec le grade de sous-lieutenant, Joseph Fontanet, catholique fervent, adhère tout naturellement au MRP Il est candidat sur la liste conduite par Jules Hyvrard en Savoie, aux élections à la seconde Constituante et aux législatives de 1946. Marié en 1947 à Hélène Pouliquen qui travaille au groupe parlementaire du MRP, il est élu, secrétaire général adjoint du mouvement en 1948.

Directeur de cabinet de Jules Catoire, secrétaire d’Etat à la Santé publique, il conduit, sans succès, la liste MRP aux élections législatives du 17 juin 1951 où il obtient 12 820 voix sur 102 986 suffrages exprimés. En octobre 1951, il est conseiller général du canton de Moûtiers, mandat qu’il conserve jusqu’en 1976. Le 12 juillet 1952, il est élu, au titre du groupe MRP de l’Assemblée nationale, conseiller de l’Union française, et devient secrétaire de cette assemblée en décembre 1953.

Joseph Fontanet conduit la liste du « Renouveau savoyard », présentée par le MRP, aux élections législatives du 2 janvier 1956. Elu député avec 21 159 voix sur 114 571 suffrages exprimés, il est nommé membre des Commissions des moyens de communication et du tourisme (1956-1957), de la presse (1956), de l’éducation nationale (1957) et de la Commission chargée d’enquêter sur les opérations électorales de La Réunion (1958).

Au cours de la dernière législature de la IVe République, Joseph Fontanet dépose trois propositions de loi ou de résolution relatives aux inondations dans les départements alpins et à l’organisation d’un système de bons d’essence à tarif réduit pour les touristes étrangers. Il vote la confiance à Guy Mollet (31 janvier 1956) qu’il soutient dans sa politique en Algérie et s’abstient lors du vote de confiance à Maurice Bourgès-Maunoury (12 juin 1957). Il se prononce en faveur de la ratification des traités instituant la Communauté économique européenne et l’Euratom (9 juillet) et pour les projets relatifs aux institutions de l’Algérie (novembre 1957, janvier 1958). Favorable à l’investiture de Pierre Pflimlin et à l’instauration de l’état d’urgence (13 et 16 mai), il vote la confiance au général de Gaulle, les pleins pouvoirs et la révision constitutionnelle (1″ et 2 juin).

Sous la Ve République, Joseph Fontanet est réélu député dans la 3e circonscription de la Savoie en novembre 1958, mandat qui lui sera renouvelé lors des élections de 1962, 1967, 1968 et 1973. Il exerce des fonctions ministérielles durant la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)

http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/3047

 

 

Joseph Fontanet, homme politique sans histoire, victime probable d’un crime de hasard …


Vous aimerez aussi...