Peuple et police, je t’aime, moi non plus (2/4) Comment la police devient-elle républicaine ?

Les gardiens de Paris devant l’ambassade d’Espagne au 24-26 Boulevard de Courcelles, Paris, le 14 octobre 1909 • Crédits : M. Rol /ullstein bild – Getty

 

A la suite de la police napoléonienne et celle des Empires, comment la police s’institutionnalise-t-elle ? Cette police républicaine s’inspire des idéaux de la Révolution de 1789, mais elle aura peut-être plus de difficultés à les appliquer sur le terrain…

Pour connaître la définition d’un mot, il suffit de regarder dans un dictionnaire. Prenons le Trésor de la langue française, du CNRS et de l’Université de Lorraine. Pour le mot « police », il est dit : « Organisation politique et administrative (d’une société, d’un État) ». S’y trouve aussi une précision étymologique. Dans « police », il y a polis, la cité grecque antique, dans le sens « administration veillant au bon ordre ». 

Sinon, nous pouvons consulter Le Dictionnaire des idées reçues ou Catalogue des opinions chics, un ouvrage inachevé de Gustave Flaubert. Écrit au XIX e siècle, il est publié à titre posthume en 1913 par Louis Conard. Flaubert cite Jules Noriac, pour le mot « imbécile » : « L’épicerie est respectable. C’est une branche du commerce. L’armée est plus respectable encore, parce qu’elle est une institution dont le but est l’ordre. L’épicerie est utile, l’armée est nécessaire ». Flaubert donne aussi la définition de gendarmes : « Rempart de la société ». Quant aux mouchards, ils sont « tous de la police ». Regardant maintenant pour le mot « police » : « police : A toujours tort ». 

Gustave Flaubert est mort en 1880, dix ans après la proclamation de la Troisième République. Lui qui a connu « la police à papa », celle de « la bande à Vidocq » a vu se mettre en place la police que nous connaissons aujourd’hui : comment la police est-elle devenue républicaine ?

Nous recevons pour en parler ce matin Anne Steiner, maître de conférence en sociologie à l’université de Paris Ouest Nanterre. Elle est notamment l’auteure de Le temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la “Belle époque”, paru aux éditions L’échappée, en 2015; ainsi que René Lévy, chercheur au CNRS rattaché au CESDIP (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales). Il est notamment l’auteur, avec Jean-Marx Berlière, de l’Histoire des polices en France, de l’ancien régime à nos jours, paru chez Nouveau Monde Éditions, en 2013.

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de France culture

______________________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Biographie de Xavier Mauduit

Xavier Mauduit (2018)

Agrégé d’histoire, Xavier Mauduit soutient dans cette discipline en 2012 une thèse de doctorat intitulée Le Ministère du faste : la Maison du prince-président et la Maison de l’empereur Napoléon III (1848-1870) dirigée par Christophe Charle, et qui obtient le prix Mérimée l’année suivante.  Il a également été professeur en lycée à Bernay et Villeneuve-Saint-Georges. 

Parallèlement, il est coauteur d’émissions et chroniqueur sur France Inter. 

Depuis 2015, il participe à l’émission 28 minutes, sur Arte, et propose du lundi au jeudi une chronique d’histoire en lien avec l’actualité.

À partir d’août 2019, il présente quotidiennement, Le Cours de l’Histoire, sur France Culture. 

Xavier Mauduit est notamment l’auteur de : Le Ministère du Faste, la Maison de l’empereur Napoléon III (publication de sa thèse de doctorat) chez Fayard et  Flamboyant Second Empire ! Et la France entra dans la modernité… avec Corinne Ergasse chez Armand Colin (2016). Son dernier ouvrage s’intitule De Mathusalem à Mao Zedong. Quelle histoire ! publié aux éditions Tallandier (2018). 


Vous aimerez aussi...