307 – Portrait du jour : Magali Collet, la romancière autrice de “La cave aux poupées”

Crédit photo : Emile Sutra-Fourcade

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 307ème Portrait du jour – Criminocorpus  le carnet reçoit avec infiniment de plaisir la romancière  Magali Collet , pour la sortie de son roman La cave aux poupées aux Taurnada Editions dans la collection Le tourbillon des mots

Née en 1972 à Colombes, Magali Collet est une passionnée des mots. Elle écrit des poèmes, des nouvelles et des chroniques depuis de nombreuses années. Sa sensibilité à la cause des femmes, celles qui souffrent de ne pouvoir échapper à leur condition, apparaît en filigrane dans tous ses textes. Avec son premier roman,  “La cave aux poupées” «, elle plonge ses lecteurs dans les fosses ténébreuses des âmes, pleines de violences, d’angoisses, mais aussi d’un profond désir de rédemption.

Bienvenue Magali sur le très sérieux et prisé carnet Criminocorpus. Ph. P

___________________________________________________________________________________________________________________________

Crédit photo : Emile Sutra-Fourcade

Auto-Interview : Magali par Magali

Qui es-tu ?

Je suis née en 1972 dans les Hauts-de-Seine. Après des études de musique (piano et violoncelle) et une licence de musicologie à la Sorbonne, je suis devenue professeur d’éducation musicale et de chant choral en région parisienne d’abord, puis en Picardie, où je réside depuis près de 20 ans maintenant. Je suis également accompagnatrice de classes de chant (pianiste).

Comment es-tu entrée en écriture ?

J’ai toujours aimé écrire : des contes et des poèmes quand j’étais enfant, puis des textes de chansons. Il y a 10 ans, je me suis intéressée à la poésie et ai commencé à écrire des poèmes en formes fixes ou libres. Je les ai posés sur un site de poésie, la passion des poèmes (www.lapassiondespoèmes.com). Je fais partie de l’équipe de gestion de ce site depuis 2013. J’en ai expérimenté toutes les rubriques, qu’il s’agisse de poèmes ou de nouvelles.

Quelle est la genèse de La cave aux poupées ?

J’ai toujours aimé les thrillers, les faits divers, les histoires sombres qui sortaient de l’ordinaire. À l’origine, La cave aux poupées était destiné à être une nouvelle. Il m’est très vite apparu que j’avais des choses à raconter et que ce serait bien plus long que prévu !

Quel genre d’auteure es-tu ?

Je suis une éternelle angoissée et une grande bordélique. J’ai toujours deux ou trois projets en cours et j’ai du mal à faire un choix. J’avance donc au rythme de mes doutes et de mes hésitations.

Quels sont tes projets ?

Ecrire, écrire encore, écrire toujours… et voir grandir La cave aux poupées.

Quels sont tes derniers coups de cœur littéraires ?

Je lis beaucoup et certaines de mes lectures m’ont profondément marquée : Je pourrais citer « L’île sous la mer » d’Isabel Allende, « Le grand Voyage » de Jorge Semprun, « La peau sauvée » de Yollen Lossen, « Le chuchoteur » de Donato Carrisi et plus récemment, « Né d’aucune femme » de Franck Bouysse, « Blessures invisibles » d’Isabelle Villain ou « Tout le bleu du ciel » de Mélissa Da Costa.

As-tu d’autres passions, une facette cachée ?

La musique occupe une grande partie de mon temps libre. J’aime jouer, accompagner, chanter aussi.

Si tu étais un poème, tu serais…

Sans hésiter : Recueillement de Charles Baudelaire

Si tu étais une musique, tu serais…

Une mélodie de Fauré : le secret ou les berceaux.

Crédit photo : Emile Sutra-Fourcade

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS …

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.


Vous aimerez aussi...