» Mes respects, Chef  » : petites histoires d’uniformes des personnels pénitentiaires.

uniforme« Le port de l’uniforme réglementaire est de rigueur pendant le service. Une tenue propre et correcte contribue à donner du prestige aux agents, elle augmente leur autorité. Une tenue négligée produit un résultat contraire. C’est un point sur lequel on ne saurait trop insister ; les détenus, qui observent et voient tout, ont moins de respect pour l’agent qui néglige sa tenue. C’est une question de dignité personnelle que chacun doit comprendre. »

Extrait du « Memento du surveillant d’établissement pénitentiaire pour adultes « , Melun, 1947.

« L’uniforme, c’est la discipline. L’État nous attribue ce rôle et ce devoir. La casquette faisait partie de l’uniforme, comme pour la police et la gendarmerie. Le fait d’avoir supprimé le port de la casquette en 1984 a été ressenti comme une diminution de l’autorité. Avant, lorsqu’un gradé passait, le personnel de surveillance saluait :  » Mes respects, Chef « , avec le  » coup de raquette « . Un agent entrait chez le directeur, il saluait, retirait sa casquette pour la mettre sous son bras pendant tout l’entretien. La casquette, elle avait un rôle social. Tout cela a disparu maintenant. Dans la hiérarchie, on se serre la main. »

Fresnes, gradé formateur, âgé de 53 ans en 1997.

« Dans un milieu où la perte de repères contribue dans une large mesure à l’émergence et à la pérennisation de comportements déviants, le port de l’uniforme symbolise d’abord une référence à des normes sociales communément admises et auxquelles la personne incarcérée doit apprendre à ne pas déroger. Il est également l’expression de la nécessaire solidarité qui lie les personnels de surveillance entre eux ; il les identifie comme des agents en charge d’une mission régalienne de l’État qui, au travers des fonctions de garde et de réinsertion des personnes qui leur sont confiées par l’autorité judiciaire, poursuivent un objectif commun de sécurité publique. En conséquence, chaque fonctionnaire pénitentiaire en tenue doit s’attacher à porter son uniforme avec rigueur et dignité. »

Circulaire du 20 février 1998.

(Crédit photographique : Surveillant-chef vers 1970 – Collection CHRCP)


Vous aimerez aussi...