Christophe Diebold, officier pénitentiaire : “Rendre hommage à toutes les générations de gardiens et de surveillants, qui ont contribué, à travers les époques à exécuter les décisions de justice”.

christophedieboldPassionné de l’histoire des uniformes des personnels de l’administration pénitentiaire française, j’ai entrepris depuis une dizaine d’années d’effectuer des recherches afin de ne pas perdre toute une partie de notre histoire. Je me nomme Diebold Christophe, et je sers cette administration depuis 1994 que j’ai intégré en qualité de surveillant.  

Il m’a semblé temps, de créer un site sur lequel tout un chacun pourra surfer et s’imprégner de notre passé, en rendant hommage en quelque-sorte, à toutes les générations de gardiens et de surveillants, qui ont contribué, à travers les époques à exécuter les décisions de justice.

Ce site est évolutif, et a vocation à bénéficier de vos remarques, de votre expérience afin de se rapprocher au plus près de la réalité. Si vous avez des pièces d’uniformes, des insignes, des photographies de famille nous permettant d’apporter pour nous tous un éclairage plus précis de notre histoire, je vous invite à prendre contact via la messagerie avec moi.

https://criminocorpus.hypotheses.org/wp-admin/post.php?post=12167&action=edit

uniformes pénitentiairesCe nouveau parcours thématique proposé par le CRHCP fait écho à la publication par l’Enap d’un ouvrage illustré et complet sur l’histoire des uniformes de l’administration pénitentiaire depuis son origine : “Histoire des uniformes de l’administration pénitentiaire“*.

L’uniforme pénitentiaire a plusieurs fonctions qui expliquent les efforts faits pour uniformiser la tenue de personnels de surveillance jusqu’à nos jours. L’uniforme joue en effet un rôle essentiel dans le processus d’identification professionnelle des personnels à un corps uni et idéalisé, placé sous le triple signe de l’égalité, de l’identité et de la personnalisation. Plus qu’une tenue de travail, il uniformise, permet une intégration et une reconnaissance par les pairs de celui qui le porte, permet aussi son contrôle par la hiérarchie. Surtout, il a longtemps permis de distinguer le surveillant du détenu lui-même porteur d’une tenue pénale**.

S’il facilite l’exercice de sa mission en aidant le surveillant à tenir sa place en l’invitant à avoir une attitude digne de l’uniforme qu’il porte, l’uniforme est aussi la marque de sa position par rapport à la société civile. Cette dernière exerce d’ailleurs une influence déterminante sur l’évolution de la tenue. L’uniforme demeure l’un des principaux vecteurs de l’image de marque de la profession et de l’institution pénitentiaire et contribue aussi à matérialiser aux yeux de la société civile, la mission confiée à celui qui le porte.

Dans ce parcours, il a paru intéressant de retracer, à partir des textes et du contexte historique, les évolutions de l’uniforme pénitentiaire à travers 4 périodes marquées par des modifications importantes de la tenue en lien, selon l’époque, avec les évolutions du statut des personnels, les revendications des personnels ou de leurs représentants, les grands changements dans le recrutement ou le souci de l’image du personnel auprès de l’opinion publique ou encore du confort de l’agent dans l’exercice de sa profession.

Pour en savoir plus, Consulter la bibliographie

* Cet ouvrage, conduit par Christophe Diebold, capitaine pénitentiaire, a été réalisé avec le concours , d’Odette Baix, de Jack Garçon, d’Isabelle Guérineau, et le soutien de la Direction de l’Enap en 2013.

**Voir Jean-Charles FROMENT, «La République des surveillants de prison : ambiguïtés et paradoxes d’une politique pénitentiaire en France (1958-1998)», Paris : LGDJ, 1998 et Julien MOULARD, « La tenue et ses effets : étude du statut de l’uniforme à l’Administration pénitentiaire » , mémoire de sous-directeur stagiaire, ENAP, 1996.


Vous aimerez aussi...