Histoire de la justice – France, XVIe-XXIe siècle

garnot-justice

Présentation de l’éditeur :

L’évolution de la justice, de l’Ancien Régime à nos jours, est le plus souvent présentée comme un processus de rationalisation, homogène et global, qui s’imposerait progressivement aux Français: l’Etat aurait monopolisé à son profit la violence, élargi son domaine d’intervention, reculé sans cesse les limites entre le privé et le public, et discipliné la population par des mécanismes d’obéissance.
Cette vision, quant au fond inexacte, fait de l’État l’acteur principal. Or les modes de fonctionnement de la justice, depuis le XVIe siècle, s’expliquent d’abord par les demandes des justiciables. En outre, malgré l’apparent bouleversement de la Révolution, les continuités l’emportent sur les ruptures. S’il est une rupture essentielle, elle s’est produite à la fin du Moyen Age, avec l’affirmation de la justice de l’État, l’adoption de la procédure inquisitoire dans la justice pénale et du système des preuves dites  » rationnelles « .
Ces nouveautés créent la justice moderne; tout en évoluant, elles dominent jusqu’à l’époque contemporaine. Voilà qui offre à l’historien la possibilité de rendre compte de la  » judiciarisation « , c’est-à-dire d’écrire une histoire à la fois de l’institution, des normes mais aussi des pratiques. En d’autres termes, une histoire sociale de la justice, de l’Ancien Régime à nos jours.

Sommaire

1. DEVIANCES ET DEVIANT

Les déviances : une définition

Délinquants, plaideurs et victimes

2. GENS ET LIEUX DE JUSTICE

Un maillage judiciaire complexe ?

La banalisation du personnel judiciaire ?

3. LA JUSTICE EN ACTION

Des traitements complémentaires

Réconcilier ou sanctionner ?
4. LA JUSTICE EN QUESTION

Des critiques récurrentes

Des obstacles surmontés ?

L’auteur : Benoît Garnot est professeur d’histoire moderne à l’université de Bourgogne, où il codirige l’axe « Droit et justice, juristes et justiciables » (UMR 5605). Il a publié une vingtaine d’ouvrages et en a dirigé une dizaine d’autres. Il est membre du comité scientifique de Criminocorpus.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search