La formation des policiers en France – Impact et résonance des politiques de sécurité sur les professionnalités policières en France de 1960 à aujourd’hui par Jean-Michel Schlosser

Jean-Michel Schlosser

Résumé – thèse a pour objet la formation des policiers en France de 1960 à nos jours.A partir d’un terrain peu voire pas exploité, celui des différents dispositifs de formation dans la police nationale, est retracée l’évolution des politiques de formation tant initiale que continue par une approche sociohistorique exhaustive. Cette recherche recense largement les formations qui s’adressent aux corps actifs de policiers : commissaires, officiers, gradés et gardiens de la paix.La police nationale, constituée d’une mosaïque de corps et de métiers, a instauré un système de formation qui a connu de nombreuses évolutions au gré des réformes tant structurelles qu’organisationnelles mais également à la faveur des changements politiques.Cette étude a permis d’étudier d’une part, comment s’opèrent, s’articulent les relais, les nouages entre les politiques publiques de sécurité et la formation dans l’institution policière mais également de considérer dans quelle mesure la formation a un impact sur la mise en œuvre de ces politiques.D’autre part, au cours de ces travaux, il s’est agi de jauger la pertinence mais également de souligner les répercussions des formations sur les pratiques professionnelles. Ces recherches s’inscrivant au plus près de l’exercice du métier permettent à l’aune des différents types de formation de tirer quelques observations sur la professionnalisation et sur la socialisation, ces deux notions inhérentes à toute sociologie des professions.La formation est ici présentée comme une entité à part entière. A ce titre, l’étude menée a permis de dégager les grandes tendances en matière d’enjeux que la formation peut représenter et du rôle qu’on entend lui assigner.

Thèse de doctorat en Sociologie, démographie

Sous la direction de Françoise Laot.

Soutenue le 28-05-2018 à Reims , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l’homme et de la société (Reims, Marne) , en partenariat avec (CEREP) – Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (laboratoire) .

Le président du jury était Fabienne Maillard.

Le jury était composé de Françoise LaotLaurence ProteauCédric Moreau de Bellaing.

Les rapporteurs étaient Jacques de Maillard.


Vous aimerez aussi...