Différentes voitures utilisées à la fin du XIXe siècle pour assurer les transferts des détenus.

panier à salade en 1907En 1898, Géo BONNERON dans Les Prisons de Paris, nous fournit un descriptif minutieux des véhicules utilisés pour les transferts.

Les paniers à salade : La nuit, de une heure à deux heures et demie, les voitures de permanence viennent déverser les individus qu’elles ont pris dans les postes de police, et qui ont été arrêtés dans la soirée. Ces voitures vulgairement appelées « paniers à salade » sont d’un gris sombre. Les parisiens les voient tous les jours aller de poste en poste ramasser les voyageurs pour le Dépôt.

Les omnibus de la Préfecture de police :

De huit à dix heures du matin, arrivent par les omnibus les individus pris dans les autres prisons de la Seine, et que pour une raison quelconque, on amène au Dépôt, à la Souricière. Les omnibus de la Préfecture de Police sont peints en jaune clair et sont plus propres que les horribles paniers à salade.

De trois heures et demie à six heures les voitures de la Préfecture amènent de Saint-Lazare les femmes libérées qui doivent encore, avant leur mise en liberté, passer une visite sanitaire au Dispensaire. Les femmes jugées guéries par le médecin de Saint-Lazare ne sont en effet, élargies qu’après avoir été examinées en dernier ressort au Dispensaire de la Préfecture de Police.

De quinze à dix sept heures, on envoie à Saint-Lazare, par les voitures de la Préfecture, les prostituées valides ou malades punies administrativement.

Les omnibus marron du Palais : A huit heures et demie, le Dépôt évacue sur les autres prisons les individus qu’il n’a pas à garder. Les prisons de Mazas et Saint-Lazare récupèrent le plus grand nombre.

L’omnibus spécial : A six heures du matin, un omnibus spécial, commun et plus confortable, vient chercher pour les conduire à l’établissement de Nanterre, les hospitalisés (une vingtaine par jour).

Les voitures du Ministère de l’Intérieur, Administration Pénitentiaire : Suivant les besoins, elles viennent presque tous les jours, prendre pour les conduire aux gares les individus à destination des frontières ou des maisons centrales. Les omnibus du Ministère sont peints en marron, ils sont attelés de quatre chevaux et ne manquent pas d’un certain air. « On sent tout de suite qu’ils ne sont pas destinés au fretin banal des vagabonds et des prostituées ».1

Illustration : Après la rafle, le « panier à salade », en 1907,où l’on enfournait les filles galantes et les suspects.

1 G. BONNERON, Les Prisons de Paris, Firmin-Didot, 1898.

Philippe POISSON, 19 décembre 2005

Poisson (Philippe) | Criminocorpus


Vous aimerez aussi...