Insurrections paysannes – De la terre à la rue. Usages de la violence au XXe siècle (Édouard Lynch)

Jusqu’en 1931, la population rurale était majoritaire en France. La seconde révolution agricole a ensuite soumis les agriculteurs à une constante pression modernisatrice, dans une société de plus en plus ouverte sur l’Europe et sur le monde, de plus en plus centrée sur l’activité des villes et des industries. Face à cette inexorable marginalisation, la profession a su élaborer des modes de protestation spécifiques, essentiellement axés sur les mobilisations collectives et le recours à l’action directe.

C’est la construction de ce modèle original de la manifestation paysanne qu’Édouard Lynch analyse ici, depuis la révolte de 1907 jusqu’aux nouveaux enjeux de l’agriculture, en passant par la tentation fascisante des années 1930, l’activisme des jeunes modernisateurs des années 1960, et mai 68.

Défilés, assauts contre des bâtiments officiels, barrages de routes, destruction de denrées : à chaque fois, il s’agit tout autant d’occuper l’espace public et médiatique que d’user de violence contre les biens, dans le cadre d’une relation ambivalente avec l’État, les forces politiques et l’opinion.

Des buts, des stratégies, des techniques dont les modalités résonnent au plus près des mouvements sociaux d’aujourd’hui.

Édouard Lynch, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2 et membre du Laboratoire d’études rurales, est spécialiste de l’histoire de la paysannerie française au XXe siècle. Il a notamment publié Nous étions des paysans (La Martinière, 2010) et Dans les fermes de notre enfance (Chêne, 2007).

https://www.editions-vendemiaire.com/


Vous aimerez aussi...