310 – Portrait du jour : Mélanie Fantuzzo, “les mots, les belles phrases, les grandes et petites histoires”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 310ème Portrait du jour – Criminocorpus  le carnet reçoit avec infiniment de plaisir la romancière Mélanie Fantuzzo pour la sortie de son dernier polar, Ice Crime publié aux éditions les Passionnés de Bouquins.

Née à Annemasse en 1982, 310ème , Mélanie Fantuzzo après des études de lettres modernes à l’Université de Savoie de Chambéry, obtient le diplôme de professeur des écoles en 2007.

En 2009, elle devient directrice de l’école de La Muraz, petit village situé au pied du Salève, en Haute-Savoie.

L’amour des livres et le plaisir de la lecture l’ont mené petit à petit sur le chemin de l’écriture.

Faux Frères, son premier roman, est publié en février 2016 aux éditions les Passionnés de Bouquins.

A bout de course, son second ouvrage, sort en janvier 2018, chez le même éditeur.

Guillaume de Uffredi, fondateur de la maison d’édition Les Passionnés de bouquins

Dans ces romans policiers, dont l’intrigue se déroule en Haute-Savoie, nous retrouvons le commissaire Jacques Leroux, tantôt sur les rives du lac d’Annecy, tantôt à Chamonix en plein cœur de l’ultra trail du Mont-Blanc, pour des enquêtes délicates menées avec brio.

Pour son 310ème portrait du jour, c’est notre ami l’éditeur Guillaume de Uffredi qui a procédé à l’interview de Mélanie Fantuzzo

Bienvenue Mélanie sur le blog des “aficionados du crime”. Ph. P

______________________________________________________________________________________________________________________

Pouvez-vous décrire les étapes de votre parcours d’auteur : ce qui a déclenché cette vocation, votre formation, votre première publication ?

Je suis actuellement professeure des écoles et directrice de l’école primaire dans laquelle j’enseigne. Grande lectrice depuis l’enfance, j’ai toujours aimé les mots, les belles phrases, les grandes et petites histoires. Poussée à écrire par mon compagnon, témoin de ma boulimie de lecture et de ma passion pour la littérature, j’ai longtemps réfuté cette idée, lire et écrire étant pour moi deux choses totalement différentes. Malgré tout, l’idée a fait son chemin à bas bruit. Un jour, une phrase est venue me chatouiller l’esprit. Cette phrase, je l’ai écrite, et ce fut la première phrase de mon premier roman. J’ai écrit les trente premières pages d’une traite, sans penser qu’il y en aurait un jour suffisamment pour former une histoire complète, et à mille lieux d’imaginer que cette histoire serait publiée… Ce fut Faux Frères , un roman policier situé entre Arles et Annecy.

Pouvez-vous nous parler de votre dernier ouvrage : Ice Crime ?

Il s’agit de la troisième enquête du commissaire Leroux, personnage central de mes précédents ouvrages, qui dans Ice Crime officie à l’hôtel de police d’Annecy. L’histoire débute lorsqu’un corps est rendu par le glacier de Tête Rousse. En recherchant l’identité de ce mystérieux homme des glaces, les hommes du PGHM s’aperçoivent que la mort de ce dernier ne semble pas naturelle. L’enquête est confiée à Jacques Leroux et son équipe, qui mèneront leurs investigations entre la vallée de l’Arve et la vallée de Chamonix. Une plongée dans le passé s’avèrera nécessaire pour reconstituer le fil des événements et le passé de cet homme disparu cinquante ans plus tôt.

Pourquoi ce choix littéraire du polar ? Parce que j’aime le jeu des fausses pistes. C’est un bon moyen de tenir le lecteur en haleine, de lui donner envie de lire le livre jusqu’au bout, pour connaître le ou les coupables, et la manière dont les fils de l’écheveau patiemment tissés vont se démêler. D’après mes lecteurs, mes livres se lisent vite et la fin n’est pas toujours celle attendue. Voilà ce qui me plait : les surprendre ! Mes polars ne sont pas gorgés d’hémoglobine ou de détails sordides. J’écris des romans dans le style de ceux que j’aime lire, c’est à dire des polars ancrés dans le quotidien, dans lesquels les liens entre les personnages et le déroulement de l’enquête priment.

Votre plus beau souvenir d’auteur ?

La réception de mon premier ouvrage : quelle émotion de tenir dans mes mains un livre que j’avais écrit ! Et dernièrement, un lecteur, sur un salon, qui m’a dit : « Votre livre m’a donné le goût de la lecture ». Quel plus beau compliment pour un auteur ?

Un mot sur votre éditeur : les éditions les Passionnés de Bouquins 

Il s’agit d’une maison d’édition basée dans les environs de Lyon, qui publie de nombreux auteurs de la région Auvergne Rhône-Alpes. Leurs collections à ancrage régional, témoignages, romans, polars, livres pour enfants, s’enrichissent régulièrement de nouveaux ouvrages et de nouveaux auteurs, séduits par une maison chaleureuse, engagée et de proximité.

Des projets futurs ?

Le commissaire Leroux a encore d’autres enquêtes à mener, et j’ai hâte de commencer l’écriture du quatrième opus, dès que mon métier de professeure des écoles m’en laissera le temps !

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

 

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.