Vera Atkins, une femme de l’ombre : la Résistance anglaise en France

femmedel'ombreVera Atkins (1908-2000) fut, durant la Seconde Guerre mondiale, un agent du service secret britannique Special Operations Executive (SOE), ayant fonction d’assistante de Maurice Buckmaster, le responsable de la section F. À ce poste basé à Londres, elle participe à la direction des opérations que mène le SOE en France contre l’Allemagne.

L’écrivain Ian Fleming, qui connaissait Vera Atkins et Maurice Buckmaster, les aurait pris partiellement comme modèles pour « Miss Moneypenny » et « M » dans ses romans d’espionnage James Bond.

À travers la biographie de Vera Atkins (1908-2000), une femme d’exception chargée de recruter et d’encadrer des agents anglais pour la résistance en France, voici un aspect de la Seconde Guerre mondiale, peu connu dans notre pays, voire occulté pour des raisons idéologiques et politiques.

En 1940, sous l’égide de Churchill, les Anglais créent un organisme des services secrets, le SOE (Special Operation Executive). Vera Atkins devient le «cerveau» de la section F, qui parachutera sur la France occupée plus de 400 agents dont une centaine disparaîtront.

Fin 1945, sous l’uniforme britannique, Vera entreprend une quête solitaire à travers l’Allemagne en ruine pour connaître le sort des victimes et notamment des femmes agents. La piste éprouvante passe par l’interrogatoire d’anciens tortionnaires nazis et aboutit aux horreurs des camps de concentration. Vera découvre aussi l’étendue des erreurs fatales – et des trahisons – du SOE.

Le récit, nourri d’interviews de survivants et de proches de Vera Atkins, donne une image contrastée et complexe du climat de l’époque, et renforce le mystère dont s’est entourée jusqu’à sa mort «la personne la plus puissante du SOE». En fouillant dans le passé de Vera Atkins et en la suivant dans sa quête en Allemagne, Sarah Helm nous propose un livre qui se lit comme une passionnante enquête policière.

Journaliste britannique indépendante, Sarah Helm a été correspondante pour le Sunday Times et l’Independent, spécialiste notamment des questions européennes et du Moyen-Orient.

med_file5713Extrait du prologue – “Je n’ai rencontré Vera Atkins qu’une seule fois, en mai 1998, quelques semaines avant son quatre-vingt-dixième anniversaire, lorsque je lui ai rendu visite à Winchelsea, petite ville de la côte est du Sussex aux maisons d’un blanc immaculé sur une hauteur. Elle vivait là, dans un cottage baptisé Chapel Platt. J’ai pressé le bouton de ce qui ressemblait à un interphone sophistiqué et me suis retrouvée à fixer une icône souriante sur un autocollant portant ces mots : Donnez-moi le temps de vous regarder. Quelques instants plus tard, une femme est apparue à la porte et m’a soigneusement examinée comme si je n’étais pas tout à fait ce que la vidéo de l’interphone lui avait laissé présager. Légèrement voûtée et s’appuyant pesamment sur une canne, elle m’a fait signe d’entrer.

Vera Atkins avait étonnamment bien conservé sa beauté et était encore presque jolie. Grande malgré sa voussure, la démarche assurée malgré un boitillement, elle m’a précédée dans la vaste entrée où un portrait d’elle la montrait âgée, les deux mains sous le menton, doigts joints, pour se donner un air pensif. «Brian Stonehouse a fait ce tableau, dit-elle. C’était l’un de nos agents. Il a survécu à quatre camps de concentration.»

Elle m’a dit d’aller dans le salon à l’étage et qu’elle monterait dans le «bidule», un ascenseur pour handicapé qui semblait avoir été installé dans un ancien monte-plats. Elle s’est assise dans ce qui ressemblait à une boîte sans couvercle et, lorsque j’ai tourné sur le palier de repos, j’ai vu sa tête sans corps apparaître à travers le plancher au-dessus de moi. Distraite par ce spectacle, j’ai failli ne pas remarquer la mer que l’on apercevait de la fenêtre du palier. La nuit, m’expliqua Vera, elle voyait les feux du phare de Dungeness. Elle avait le visage poudré, les lèvres légèrement maquillées, et un foulard à fleurs plié sur les épaules ; la composition était parfaite, troublée seulement par les très gros diamants montés sur trois bagues qui étincelaient dès qu’elle prenait une cigarette d’un coffret en argent – ce qu’elle faisait souvent.

Je n’ai jamais vu quelqu’un fumer comme elle. Le choix de la cigarette était très lent et réfléchi ; elle la tenait ensuite quelques instants, puis la plaçait au creux du V formé par l’index et le majeur avant de l’insérer soigneusement entre ses lèvres qui semblaient se pencher pour la saisir. À peine avait-elle la fumée en bouche qu’elle l’exhalait, de sorte qu’elle paraissait continûment enveloppée d’un nuage. Lorsqu’elle se fut fait un jugement sur moi, elle cessa de m’observer et regarda devant elle ou au-dessus de ma tête, par la fenêtre, par-delà les toits de Winchelsea.”

Auteur : Sarah Helm

Traducteur : Jean-François Sené

Date de saisie : 26/10/2010

Genre : Biographies Historiques

Éditeur : Seuil, Paris, France

Collection : Biographies-Témoignages

Liens utiles sur le blog :

The Heroines of SOE : Britain’s Secret Women in France

Elles avaient entre 20 et 30 ans, elles étaient belles et elles aimaient la vie ! Envisager la privation de liberté leur était insupportable

 


Vous aimerez aussi...