Le patrimoine mobilier et les archives de la prison Bonne Nouvelle à Rouen par Jean-Pierre Machain

Capture d’écran 2015-10-13 à 20.44.27Capture d’écran 2015-10-13 à 20.44.42Capture d’écran 2015-10-13 à 20.45.19

Présentation : Cette rubrique s’enrichira au fil des trois années de mise en oeuvre de la recherche « Patrimoine Carcéral Normand » (PCN). Elle est conçue par Jean-Pierre Machain, en collaboration avec les équipes de Criminocorpus investies dans le projet. Jean-Pierre Machain, surveillant brigadier pénitentiaire dans la maison d’arrêt et de correction de Rouen depuis 1999, est conservateur des archives de l’établissement et responsable de la bibliothèque. Il a conçu un blog (Bonne-nouvelle.Rouen) où il offre de précieux et rares documents, parfaitement légendés après d’amples recherches. Il a publié dans Etudes Normandes, 2013, n°1, « Bonne-Nouvelle. Du prieuré à la prison rouennaise« .
Une sélection de pièces rares ou méconnues prendra place dans cette rubrique, car elles sont des traces des pratiques professionnelles des surveillants mais aussi parce qu’elles laissent entrevoir la vie quotidienne en détention. Cette démarche patrimoniale est établie en étroite relation avec le Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) de l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire à Agen où un musée professionnel, L’espace pédagogique Pierre Cannat,  regroupe les plus belles pièces issues du défunt Musée national des prisons de Fontainebleau et celles collectées lors des  » missions de sauvetage » initiées par les conservateurs d’Agen. Ils incitent d’ailleurs à la création de musées locaux, faute de tout pouvoir recueillir. Presque toutes les photographies (sauf mention de sources extérieures) ont été réalisées par Jean-Pierre Machain à partir des collections de la maison d’arrêt de Rouen. Merci de demander une autorisation à Criminocorpus ou à Jean-Pierre Machain pour toute reproduction ou usage.

(Jean-Claude Vimont, coordonnateur de PCN, Université de Rouen, Laboratoire Grhis).

Les premiers temps de la prison

En 1836, une circulaire prescrivit la construction d’une prison départementale cellulaire pour accueillir les détenus dans de meilleures conditions que dans la vétuste prison de Bicêtre, l’ancien dépôt de mendicité. Presque vingt ans plus tard, Louis François Desmarest , architecte en chef du département de la Seine-Inférieure, présente en séance du Conseil Général le 19 février 1855 un projet définitif. Il n’était plus question de prison cellulaire, car la circulaire Persigny de 1853 avait laissé aux départements la liberté de choix des modèles architecturaux.
Pour l’installation d’une nouvelle prison, le choix s’est porté sur le quartier St Sever, sur la rive gauche, suffisamment éloigné pour épargner aux habitants du centre cette vision de misère. Après quelques expropriations, les travaux de construction commencent en 1855.

11209535_106668919676445_380044541689006876_n

Affiche annonçant la construction de la nouvelle maison d’arrêt, 1855. Photographie réalisée par les Archives Départementales de Seine-Maritime.

11665499_107750972901573_4776606140214291785_n

Cadastre des terrains de la future maison d’arrêt Bonne Nouvelle, 1855 / Photographie réalisée par les Archives Départementales de Seine-Maritime.

1531631_107924012884269_2483268346236228689_n

Journal de Rouen / Moniteur du 20 septembre 1855 / Construction de la Maison d’arrêt/ Photographie réalisée par les Archives Départementales de Seine-Maritime.

Une innovation hygiénique

Les prisons de Rouen ont bénéficié des soins de médecins de grande valeur, Arthus Barthélémy Vingtrinier, puis François Merry Delabost. Le premier avait dénoncé les punitions infligées aux mineurs dans le quartier correctionnel administré par Guillaume Lecointe au sein du quartier correctionnel de Bicêtre. Ce dernier inventa les douches au sein de la nouvelle prison, et même des douches cellulaires pour se conformer à la loi de 1875 sur l’emprisonnement individuel des prévenus et des condamnés à de courtes peines. (Voir l’article d’Hervé Dajon, issu de son mémoire de Master, La douche, une invention d’un médecin des prisons, le docteur Merry Delabost, Revue Criminocorpus). Dès 1872, François Merry Delabost , confronté au problème du bain en baignoire trop long et trop cher, proposa la création des bains-douches en prison en grand nombre, système bon marché et sans investissement trop onéreux. Il avait imaginé de substituer l’eau du bain en une pluie d’eau chaude. C’est donc au sein même de la maison d’arrêt de Rouen que la première douche vit le jour. Les détenus étaient employés à des tâches sallisantes en particulier ceux qui fabriquaient des boutons à l’atelier d’applatissage de corne bovine.

img-1

Gravure extraite des Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1888, 3e série, n° 20, p. 223.

11705210_108590096150994_8317593198430359674_n

Un autre système de bains-douches inspiré de Merry-Delabost.

img-2

Le médecin avait publié, « Établissement de bains-douches de propreté dans la prison départementale de Rouen. Système du docteur Merry Delabost, créé en 1873 », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1888, 3e série, n° 20, p. 223.

11059907_108587872817883_7828422327812060387_n

François Merry Delabost 1836-1918, nommé au poste de médecin chef des prisons en 1872, était Professeur de pathologie externe et de médecine opératoire à l’école de médecine de Rouen.

Les plaques commémoratives

Hommage à Francis Caron

11705120_106154239727913_8596043394379031548_n

Plaque commémorative, 1992, installée dans la Cour d’honneur/ Photographie de l’Administration Pénitentiaire. Elle surmonte une stèle, un espace hommage où des gerbes sont déposées fréquemment. Le samedi 15 août 1992, vers 13 heures, Francis Caron fut agressé par un détenu à « haut risque », alors qu’il vérifiait la solidité des barreaux des cellules de son étage avec une barre métallique appelée « sondeur ». Le détenu le frappa dans le dos à maintes reprises avec un couteau artisanal puis s’empara du sondeur afin de lui porter plusieurs coups sur la nuque. Le détenu, en détention préventive, était incarcéré à Bonne-Nouvelle pour le meurtre d’un SDF perpétré en 1990 ainsi que celui d’une greffière du TGI du Havre en 1991. Dès l’annonce du décès de Francis Caron, survenu le lundi 17 août au CHU de Rouen, les surveillants déposèrent les clefs, se rassemblèrent devant la grande porte, portant brassards noirs et bannières en hommage à leur collègue. Une centaine d’établissements pénitentiaires se mirent en grève en signe de protestation. Le mouvement des surveillants dura près de trois semaines. Les revendications portaient sur l’isolement des détenus dangeureux et un augmentation des effectifs de gardiens. Ils parvinrent à obtenir la création de 230 postes supplémentaires, la mise en place d’un protocole de vérification du barreaudage des cellules rendant obligatoire la présence d’un second surveillant, le transfert d’un tiers des détenus dits dangeureux, et l’obtention d’un système d’alarme individuelle perfectionné.

Francis Caron naquit le 23 mai 1956 à Marles les Mines (62). Il était marié et père de trois enfants. Son CAP d’ajusteur mécanicien en poche, il entra dans l’administration pénitentiaire en 1977. Il commença sa carrière à la maison d’arrêt de Dieppe, et à la fermeture de celle-ci, il fut nommé surveillant principal à Bonne-Nouvelle. En 1991, il reçut une lettre de félicitations du directeur de l’administration pénitentiaire « pour avoir fait preuve de perspicacité et de conscience professionnelle » lors d’un incident en détention. Sa hiérarchie disait de lui à l’unanimité; « travail sérieux, discrétion et efficacité ». Il fut cité à l’ordre de la Nation et reçut à titre posthume les insignes de chevalier de la légion d’honneur le 18 août 1992.

Les heures sombres / Le quartier allemand pendant l’Occupation

Kammerbuch, Page de garde
Livret des stocks de matériel allemand [ Lager-Nr.3319 (Titelbogen). Verlag und Druck: Hess, Braunscweig – München-Berlin ] / Collection Maison d’arrêt de Rouen

11218484_106475993029071_7878853460314242061_n

Kammerbuch, Pages intérieures / Livret des stocks de matériel allemand / Collection Maison d’arrêt de Rouen

10985196_106475996362404_4982378551275309436_n

Très tôt, les autorités d’Occupation accaparèrent tout ou partie des détentions au sein des prisons françaises pour y loger prévenus et condamnés déférés devant les tribunaux militaires allemands : soldats des troupes du Reich, communistes, résistants… Ils mirent la main sur les parties les plus saines des prisons et contribuèrent à l’inflation carcérale. Les autorités de la police allemande venaient y torturer des résistants. La règle du secret y était appliquée. Ces quartiers furent l’antichambre des transferts vers les camps de concentration ou vers le stand des fusillés de Rouen ou vers le Mont-Valérien. ( Voir le livre de Pierre Pédron, La prison sous Vichy, Paris, Editions de l’Atelier, 1993, 273 pages ; voir la maîtrise de Farid Mebarki, Bonne Nouvelle, 1938-1948, sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 1999, 135 pages et annexes)

Les heures sombres / L’Epuration

Liste des personnes détenues et suspectées d’avoir collaboré, à Rouen et dans la région, avec les nazis. liste établie le 11 janvier 1945 / Collection Maison d’arrêt de Rouen.

11402738_106480716361932_6628616702858060784_n-1

Aux lendemains de la Libération, la prison de la rue de la Motte reçut deux catégories de prisonniers : des prévenus déférés devant les cours de justice et des internés administratifs sur ordre des nouvelles autorités politiques, des autorités policières et militaires. Le camp d’internement principal était situé dans les locaux de l’établissement scolaire Join-Lambert. Bonne Nouvelle n’était donc qu’une annexe de cet établissement, comme plus tard l’ancien établissement médicalisé de Grugny. (Pour plus de précisions, on peut se reporter au mémoire de maîtrise de Nicole Marty, Les camps d’internement en Seine-Inférieure à la Libération, sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2001, 134 pages et annexes)

Etiquette de la Croix-Rouge collée sur les paquets adressés aux internés administratifs. Elle décrivait le contenant du colis, contenant qui devait respecter le convention passée avec l’Administration pénitentiaire.Document datant du 27 octobre 1944. Collection Maison d’arrêt de Rouen

11052453_106482683028402_8446110933942728599_n

Les colis aux détenus fournis par les familles ou par les associations caritatives comme la Croix-Rouge ou le Secours National avaient été autorisés dès l’Occupation pour pallier les pénuries alimentaires au sein de détentions surpeuplées. Ils accompagnèrent la venue d’assistantes sociales au sein des prison, l’une des premières intrusions de personnels non pénitentiaires dans un univers qui s’entrouvrait quelque peu. C’était l’embryon des services sociaux qui devaient se développer dans tous les établissements à partir de la Réforme pénitentiaire Amor en 1945. ( Pour compléter voir les articles J-C V sur les assistantes sociales XXXXX)

Une autre organisation caritative intervint en faveur des victimes de l’Epuration, les Quakers, ces dissidents du puritanisme protestant apparus au XVIIème en Angleterre.

11143573_106484399694897_4404371518082422895_n

Note de service du 14 octobre 1944 / Collection Maison d’arrêt de Rouen

Le quartier des condamnés à mort

C’est à Rouen que fut exécuté le dernier mineur en France. Il le fut sur la place publique à proximité de la prison en 1939. Les exécutions n’étaient pas encore dissimulées sous un dais noir au sein de l’établissement dans la cour d’honneur, disposition consécutive au scandale généré par l’exécution d’Eugène Weidmann à Versailles le 17 juin 1939. André Vitel avait égorgé sa belle sœur Alice Anne âgée de vingt huit ans et étouffé son bébé de deux mois le 8 juin 1938 au Havre pour lui voler la somme de mille trois cent francs. Il fut condamné à mort par la cour d’assises de Rouen le 17 février 1939 et fut guillotiné le 02 mai suivant. Il n’avait que dix sept ans.

11222964_108619519481385_200203814868114094_n

Rare photographie d’André Vitel, ici lors d’une reconstitution de la scène du crime en 1939. Il figure au second plan,le bras levé. Cette photographie est conservée dans le dossier concernant son procès devant la cour d’Assises aux Archives départementales de Seine-Maritime. (Voir l’article de Jean-Claude Vimont, « André Vitel, le dernier mineur guillotiné en France sur une place publique, à Rouen, le 2 mai 1939.Des documents inédits » dans la rubrique « Patrimoine Carcéral Normand » de Criminocorpus. hypothèses. org)

Registre du quartier des condamnés à mort en 1963. Ce registre indiquait le roulement avec les dates et heures des prises de service des surveillants. Ils étaient étaient affectés à ce quartier 24h sur 24. les différentes tâches effectuées ( promenade, prière, jeux, etc ), les visites ( aumônier, avocat, directeur, chefs de service, etc) étaient mentionnées.

11216832_167023150307688_1607441088370639647_n

11245501_167404723602864_5451272295423733809_n

Guichet de surveillance d’une cellule de comdamné à mort.

11062157_107732799570057_8399946125500728503_n

Dans les combles de la maison d’arrêt

Dans les combles de la prison, une cellule dite  » aux fers » avec ses entraves. Dès 1808, le Code d’instruction criminelle prévoyait, dans l’article 614 :  » Si quelque prisonnier use de menaces, injures ou violences, soit à l’égard du gardien ou de ses préposés, soit à l’égard des autres prisonniers, il sera, sur les ordres de qui il appartiendra, resserré plus étroitement, enfermé seul, même mis aux fers en cas de fureur ou de violence grave, sans préjudice des poursuites auxquelles il pourrait avoir donné lieu. »

10986453_117211385288865_2058369474463109582_n

Après 1945, on usa massivement du DDT pour lutter contre les poux, la gale… Ce bidon date des années cinquante.

12031987_153304475012889_6686558552872268786_n

Un seau pompe pour prévenir les incendies (vers 1965).

11811291_117706965239307_3469945878949158315_n

Rondes et contrôleurs de rondes

12004718_151429991867004_8992941269025221877_n

Ce modèle « Collin – Wagner » était fabriqué à la fin du 19 siècle par l’horloger Château Frères à Paris (Maison B H Wagner Oncle fondée en 1729, puis Maison Collin ). Cette boîte en laiton était plaquée dans un support numéroté et scellé dans le mur. Chacun de ces support renfermaient un poinçon qui se terminait par une lettre différente. Ce poinçon marquait alors le cylindre de papier à l’heure pré-imprimée lors de la ronde du surveillant.

12036817_151430141866989_5804591950365557100_nCe modèle était en fonctionnement dès les premières années de fonctionnement de la maison d’arrêt vers 1860.

12049211_155532738123396_5940993236399949243_n

Contrôleur de ronde de la première moitié du 20ème siècle. Modèle « Charvet ». Ce modèle était fabriqué à la fin du 19ème siècle par l’horloger Charvet à Lyon (Maison Charvet Ainée fondée en 1852, puis Maison Charvet Delorme en 1950 ). Des clefs numérotées étaient placées dans des boîtes sur le parcours de la ronde. A chaque passage le surveillant introduisait alors la clef ; son numéro et l’heure s’imprimaient sur la bande de papier contenue à l’intérieur de la boîte.

12038332_155532734790063_8349021688780355957_n

Cylindres de papier de Contrôleur de ronde vers 1950. Modèle de cylindre utilisé dans le contrôleur de ronde «Charvet». Un poinçon marquait le cylindre de papier sur l’heure pré-imprimée.

12027568_156371904706146_7211351225454524416_n

Contrôleur de ronde vers 1970. Modèle « Compteurs Schlumberger » Detect 101. Ce modèle était fabriqué par les industries Schlumberger à Montrouge. La marque « Compteurs Schlumberger » fut créée en 1970.

12019861_155531964790140_2730078786491121640_n

Contrôleur de ronde vers 1990. Modèle « Schlumberger » Detect 102. Ce modèle était fabriqué au début des années 1990 par les industries Schlumberger à Montrouge. Ce modèle est plus beaucoup léger que le Detect 101.

12004127_157759457900724_3812085140994764273_n

 

Contrôleur de ronde vers 1990, modèle « Roda ». Ce modèle est apparu à la fin des années 1990. Cet appareil dans son boîtier métallique anti-choc était destiné à saisir des numéros inscrits électroniquement dans la mémoire d’une puce de 1 gramme. Ces puces étaient prévues pour l’identification des surveillants, des sites ( rond-point, division, étages, miradors, etc). Au début de la ronde, le surveillant devait effectuer 2 pointages : la puce du site du point de départ, et son badge personnel d’identification. En fin de service, il lui suffisait de relier le lecteur à un ordinateur pour obtenir le rapport de la ronde.

12063362_166388767037793_3868400201592284447_n

DATI ( Dispositif d’aide au travailleur isolé )(1992 – 2002) : Dispositif qui inclut toutes les fonctions essentielles de la protection du travailleur isolé (Parfois appelée ASTI : Alarme spécifique travailleur isolé). Alarme manuelle ou volontaire par appui sur le bouton rouge. Alarmes automatiques : Perte de verticalité, immobilité, arrachement. Signal sonore de localisation en cas d’alarme. Localisation sur plan par balise de localisation. Sécurité positive (contrôle permanent du bon fonctionnement de l’installation)

Ce dispositif a été mis en place suite à l’agression mortelle du surveillant principal Francis Caron au sein de la maison d’arrêt de Rouen en août 1992. Dispositif obligatoire pour chaque agent en service de jour comme de nuit et dans tous les établissements pénitentiaires.

12002876_157089161301087_4925175403522839676_n

Pratiques professionnelles des surveillants

Christian Carlier dans deux ouvrages essentiels a offert une histoire du personnel pénitentiaire et du syndicalisme au sein de cette profession : Les surveillants au parloir, Paris, les Éd. de l’Atelier, 1996, 191 p. et Histoire du personnel des prisons françaises du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Éditions ouvrières, 1997, 261 p.

Registre des mouvements (1952 – 1954). Ce registre ( grand modèle – imprimerie de Melun ) se trouvait au « Rond-Point » de la maison d’arrêt qui avait la forme de kiosque en Bois. Un surveillant avait la charge de faire accéder le personnel et les intervenants dans chaque aile de l’établissement. Il fut remplacé dès 1992 par un SAS sécurisé ou PCI . Il avait également la charge de remplir le cahier des divers mouvements de détenus dans l’établissements avec les effectifs, les noms, etc. A cette époque les traits de séparation, les traits de colonne, les titres de colonne et les dates étaient inscrits par un détenu effectuant sa peine comme « objecteur de conscience « . Ces cahiers ont disparu de l’univers carcéral au profit d’une gestion informatisée , GIDE dès 1996, puis GENESIS depuis 2015

12111910_164172013926135_6574220562842536420_n

 

12141558_164172027259467_5295654455431295422_n

Carnet de service d’un surveillant principal en 1987.

12063759_158742447802425_7220863861384159967_n

Le taux de syndicalisation du personnel pénitentiaire a toujours été important. Carte d’adhérent au Syndicat SNAPP 1983 – 1986.

12109105_165705580439445_5573902372276545385_n

Les costumes pénitentiaires

En 1948, on attribua aux nouveaux surveillants une veste croisée et un pantalon en toile de couleur kaki). Ces couleurs étaient plutôt en usage dans les établissements d’Outre-Mer. C’était peut-être le témoignage des pénuries de l’après guerre où l’administration devait pallier de nombreux dysfonctionnements. Les surveillants entrés avant 1948 portaient une tenue de couleur bleu marine. Les tenues furent remplacées en 1952 par une tenue en serge de laine bleu marine.

12122640_168295376847132_7894252026636983286_n

Uniforme de Premier surveillant 1984 – 1998. Une note de 1984 relative à la présentation des nouveaux manteaux et surtout à la création d’un nouveau blouson pour les hommes avec des poches latérales. Les surveillantes sont dotées d’un tailleur avec jupe droite ou jupe culotte. En 1990 la coupe du blouson homme est modifiée avec l’ajout de deux soufflets d’aisance dans le dos, et le tissu est modifié également. Les chemises bleu ciel manches courtes pour l’été sont en dotation, la coupe du pantalon est modernisée avec l’ajout de pinces. La casquette forme marine bleue foncée sous officier avec l’étoile et fausse jugulaire fait son apparition en 1948. Le port est obligatoire pendant le service jusqu’en février 1984 qui devient désormais facultatif, elle sera en dotation jusque dans les années 2000. Il est laissé aux surveillants le choix entre la cravate montée sur élastique ou à nouer. L’ Insigne pénitentiaire montée sur support en cuir est portée à gauche.

12112149_165085733834763_4986999411967287631_n-1

Écusson de la maison d’arrêt de Rouen, 2014. Le projet d’un écusson a germé en 2009 dans l’esprit des surveillants de la maison d’arrêt et cette idée a été du même coup proposée au Directeur. Un concours a donc été ouvert en 2010 auprès de tous les personnels. Six projets ont été remis à Monsieur Gely, Directeur de la prison. Dans un premier temps, la Direction de la maison d’arrêt a fait réaliser un blason en bois peint. Celui-ci est visible par tous les visiteurs au sein du Mess Francis Caron, du nom du surveillant tué par un détenu en 1992. Puis elle a proposé le projet d’un écusson brodé auprès de la commission d’habillement de l’administration pénitentiaire en avril 2014. Cette commission a validé officiellement le port de l’écusson sur toutes les tenues des surveillants, gradés et officiers de la maison d’arrêt de Rouen. Une entente entre le Directeur de la maison d’arrêt et le Président de l’Association du Mess a permis son financement. L’écusson a donc vu le jour en juin 2014.

11659555_106145846395419_2670923983244284616_n

Eléments sur la vie quotidienne des détenus.

Une Paillasse tressée première moitié du 20ème siècle. Cette paillasse de chanvre tressée fut largement utilisée jusqu’après la seconde guerre mondiale. Elle était généralement posée sur un sommier en bois. Elle fut remplacée par un sac en drap rempli de petits morceaux de mousse dans les années 50, puis par un matelas de mousse dès les années 70.

1236790_158277824515554_6872963035162474333_n

La pratique des cultes. Livret de prière de 1947. Il était prêté aux détenus participant au culte catholique. Carnet numéroté et tamponné par la maison d’arrêt de Rouen.

12036721_161803994162937_1160296591661551296_n

Le travail des détenus : fabrication de sonnettes de bicyclette en aluminium vers 1970. Ces sonnettes en aluminium étaient assemblées et conditionnées par les détenus classés aux ateliers.

12027668_161326087544061_5560476466606063184_n

Petite fouille de détenu en 1953. On nomme petite fouille l’ensemble des objets personnels d’un détenu n’ayant pas de valeur pécuniaire. Elle contient généralement les papiers d’identité, le porte-feuille, le porte-monnaie, la ceinture, les objets prohibés ( parfum, alcool, etc ) et divers papiers. Les bijoux, l’argent et les objets de valeurs sont placés dans un coffre fort au greffe judiciaire. Cette fouille est gardée par l’administration pendant l’incarcération du détenu. Cette petite fouille est rendue à la libération. Cette fouille a été retrouvée dans les archives de la maison d’arrêt de Rouen en juin 2014. Cette fouille n’a donc pas été rendue au détenu probablement parce qu’il s’est évadé, s’est suicidé, ou encore est décédé naturellement et que cette fouille n’a pas été réclamée par les proches du détenu.

12074567_163748167301853_5365070942458320858_n12108931_162313400778663_1072251471476142687_n

Rasoir  » modèle torche  » à pile ( 1960 – 1965) . Rasoir fabriqué par la société Wonder. Ce modèle de rasoir électrique était mis à disposition des détenus placés au quartier disciplinaire. Le rasoir mécanique était interdit pour prévenir des auto-mutilations et des suicides.

12115756_166082393735097_8548050107106737177_n

12106798_166082387068431_4338873239005738329_nRevue « Les temps rouges » n°2, réalisée en 1978, par les détenus. Impression des pages intérieures par stencil, couverture couleur – offset.

12046785_159689371041066_8204529430998776508_n

12063787_159689364374400_619355980665046220_n


Vous aimerez aussi...