Graffiti à Gaillon, la colonie pénitentiaire publique des Douaires

vimont-douaires[…] La colonie publique des Douaires fut d’abord une excroissance de la maison centrale de Gaillon, puisqu’une ferme, aménagée en 1862, précéda la construction des bâtiments inaugurés en le 25 septembre 1868. La loi de 1850 avait favorisé le développement d’établissements privés, notamment les Bons Pasteurs pour jeunes filles. L’Administration pénitentiaire décida au milieu du Second Empire de se doter de colonies publiques. C’était la première fois que ’on construisait en France un aussi vaste ensemble architectural destiné aux mineurs de justice. Situés au milieu d’un domaine de deux cents hectares, quatre vastes bâtiments à un étage ; de 100 mètres de long et de 10 mètres de large étaient disposés sur deux lignes parallèles, distantes de 60 mètres, de part et d’autre d’une allée centrale qui menait de l’entrée de la colonie à la chapelle, imposante construction prévue pour 600 colons […]

Lire la suite de cet article de Jean-Claude Vimont sur Criminocorpus

Voir également sur ce carnet la rubrique du GRHIS-Justice qui vient d’être enrichie d’un article sur Charles Lucas et de plusieurs résumés de travaux d’étudiants réalisés à l’Université de Rouen.


Vous aimerez aussi...