La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880) – Historique de la répression judiciaire

 

Militant pour l’amnistie des communards, Camille Pelletan, rassemblant ses articles écrits pour la Justice sous le titre La Semaine de Mai, a dénoncé avec force les exécutions sommaires, la « boucherie », les « massacres » et les « abattoirs » de la répression militaire de la Commune de Paris pendant ce qui est resté dans l’histoire sous le nom de Semaine sanglante. À la tête de l’armée versaillaise, Mac Mahon, comme Thiers, chef du pouvoir exécutif, ont couvert les fusillades par fournées ordonnées par les cours martiales mises sur pied, entre autres, dans les gares et les casernes, au Châtelet, au parc Monceau ou au jardin du Luxembourg. Si son bilan est discuté – longtemps évalué à 30 000 victimes, on estime aujourd’hui, qu’il est plus proche de la dizaine de milliers – la répression sanglante de ce qui est pour ses auteurs « l’insurrection parisienne » a fait l’objet de nombreuses publications et travaux d’historiens [1].

Il n’en est pas de même pour la répression judiciaire qui suit, également menée par les militaires. À l’exception d’un recueil de documents sur le Procès des communards [2], de mémoires et études sur la déportation en Nouvelle-Calédonie [3], les historiens ne se sont guère penchés sur l’activité des 26 conseils de guerre chargés – de 1871 à 1879 – de juger les communards. On se contente généralement de rappeler le bilan de cette répression judiciaire en citant les chiffres donnés dans la deuxième partie du rapport Appert [4] constitué d’impressionnants tableaux statistiques sur la procédure et l’activité des conseils de guerre comme sur le profil « social » des inculpés.

Il ne saurait être question ici de proposer l’histoire de cette répression, pour laquelle cette base de données a l’ambition d’être un utile instrument de recherche. Nous évoquerons seulement son cadre, en suivant les inculpés de l’arrestation à l’exécution de leurs peines…

1. De l’arrestation aux pontons
2. Devant les conseils de guerre
3. Exécution des peines : déportations, détentions, grâces

Pour en savoir plus https://communards-1871.fr/index

Publication de la base de données : La répression – Et l’on reparle de notre ami Jean-Claude Farcy



Citer ce billet
Philippe Poisson (2020, 13 mars). La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880) – Historique de la répression judiciaire. Criminocorpus. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndmq

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search