Octobre 1961. Un massacre à Paris

octobre 1961Il y a dix ans, Jean-Luc Einaudi publiait un livre dont le retentissement allait être considérable : la Bataille de Paris racontait, contre la version officielle, comment, dans la nuit du 17 octobre 1961, la police parisienne avait fusillé, noyé, massacré à coups de crosse des Algériens désarmés qui manifestaient pacifiquement à l’appel du FLN contre le couvre-feu. Cette nouvelle enquête précise et consolide par la preuve la connaissance que nous avons des événements, après l’ouverture des archives officielles à laquelle Jean-Luc Einaudi a pris une large part : son témoignage lors du procès Papon, dans le cadre de l’examen de carrière de celui qui avait également été préfet de police à Paris en octobre 1961, contribua à porter l’affaire à la connaissance du grand public. Début 1999, dans le cadre du procès en diffamation que lui avait intenté Maurice Papon, et à l’issue duquel celui-ci fut débouté de ses demandes, le Parquet de Paris reconnut la réalité du massacre. Alors s’entrouvrirent les premières portes… Jean-Luc Einaudi a ainsi pu consulter les archives du ministère de la Justice, du Parquet de Paris, des Hôpitaux de Paris, de la Gendarmerie, de la Préfecture de Police, et a recueilli de nouveaux témoignages. Ce qui lui permet d’affirmer et de démontrer que la répression policière fit environ 200 morts, et que le 17 octobre 1961 et les jours suivants, en plein cœur de Paris, la police massacra au faciès au vu et au su des plus hautes autorités gouvernementales.

Outre La Bataille de Paris. 17 octobre 1961 (Seuil, 1991), Jean-Luc Einaudi est notamment l’auteur de Pour l’exemple. L’affaire Fernand Iveton (1986), Les mineurs délinquants (1995), Vietnam ! – La guerre d’Indochine (2001).

  • Date de parution : 02/10/2001
  • Éditeur : Fayard

Rappel des faits :

A cinq mois de la fin de la guerre d’Algérie, le 17 octobre 1961, Paris a été le lieu d’un des plus grands massacres de gens du peuple de l’histoire contemporaine de l’Europe occidentale. Ce jour-là, des dizaines de milliers d’Algériens manifestent pacifiquement contre le couvre-feu qui les vise depuis le 5 octobre et la répression organisée par le préfet de police de la Seine, Maurice Papon. La réponse policière sera terrible. Des dizaines d’Algériens, peut-être entre 150 et 200, sont exécutés. Certains corps sont retrouvés dans la Seine. Pendant plusieurs décennies, la mémoire de ce épisode majeur de la guerre d’Algérie sera occultée.

L’historien Gilles Manceron, auteur de La Triple Occultation d’un massacre (publié avec Le 17 octobre des Algériens, de Maurice et Paulette Péju, éd. La Découverte), explique les mécanismes qui ont contribué à cette amnésie organisée.

>> Portfolio sonore : Les photos inédites du 17 octobre

>> Chronologie : La “bataille de Paris” racontée par les archives du “Monde”

Liens utiles sur le blog :

Meurtres pour mémoire

1961, l’étrange victoire – FLN, terrorisme et instrumentalisation mémorielle

Les calots bleus et la bataille de Paris – Une force de police auxiliaire pendant la guerre d’Algérie

17 octobre 1961 : La bataille de Paris

 


Vous aimerez aussi...