L’affaire Chapelant, l’autre vérité

Affaire ChapelantChristian Rollat, un historien amateur, a réussi à inaugurer une stèle en l’honneur du sous-lieutenant Chapelant, fusillé pour l’exemple en 1914, à Beuvraignes (près de Roye, dans la Somme). C’était le 11 octobre 2014, aux Bois des Loges.

Un peu moins d’un an après, l’historien amateur sort un livre «  révélations  » sur ce qu’il n’hésite pas à appeler «  l’affaire Chapelant  ». Ce livre, L’affaire Chapelant, l’autre vérité, sort officiellement samedi 3 octobre. Il sera accessible en librairie, notamment dans le magasin d’une grande chaîne située sur la zone de Venette (Oise), mardi 6 octobre.

L’auteur y explique l’injustice de cette exécution et l’aveuglement volontaire de l’armée depuis maintenant plus de 100 ans. Ceci, dans l’espoir de voir un jour Jean-Julien Chapelant réhabilité.

Christian Rollat (Auteur) –  Serge Barcellini (Préface)

Résumé sur le livre L’Affaire Chapelant l’autre vérité – Communication de Christian Rollat

Christian RollatAprès 9 ans d’enquêtes parsemées de résultats concrets comme la seule reconnaissance de Mort pour la France pour un fusillé pour l’exemple depuis  1934 le  9 novembre 2012, lui avoir obtenu l’élévation d’une stèle à Beuvraignes (80) sur le lieu de son martyr, je viens de publier cet ouvrage de 320 pages afin de démontrer de façon imparable son innocence, afin de démontrer que les procès le concernant ont tous été viciés à la base… Né à Ampuis dans la vallée du Rhône à quelques encablures de chez moi en aval de Lyon, Chapelant fait partie de 700 fusillés pour l’exemple dont la France devrait s’appesantir sur leur cas, sur le désarroi qui perdure encore dans ces familles marquées dans leur chair. Le cas du sous-lieutenant est unique, l’auteur démontre allégrement qu’aucun code de justice militaire ne pouvait s’appliquer au regard des faits, de son grade : pas d’abandon de poste, pas de capitulation ni désertion… Chapelant ne devait pas être fusillé, mieux il aurait dû être décoré pour fait de guerre ! Oui mais voilà, il sortait lui du rang, non de Saint-Cyr comme son bourreau … Chapelant aurait dû faire partie de cette poignée de fusillés réhabilités entre 1917 et 1934, ces quelques 43, tels Blanchard, Bersot, Herduin, Millant, Laurent, Lechat, Girard, Lefoulon, Maupas, etc.

L’attribution de Mort pour la France en  2012 décerné par le secrétaire d’État aux anciens combattants pour Chapelant est une étape importante, la seconde, la stèle élevée en 2014 dans la Somme est un devoir de mémoire concret, restait en ce qui me concerne la troisième étape: la publication de cet ouvrage préfacé par monsieur Serge BARCELLINI contrôleur général des Armées et Président général du Souvenir Français en  2015. La conclusion ne laisse planer aucun doute : si la levée d’une condamnation à titre posthume n’existe pas en droit français, l’effacement de la condamnation relève d’une procédure de réhabilitation, d’amnistie ou de révision. Si entre les deux guerres un blanchiment judiciaire a permis d’innocenter une quarantaine de fusillés dont Chapelant aurait dû faire partie si ses procès n’avaient pas été vicié (preuve à l’appui) par Mornet. Comme le le doute doit bénéficier à l’accusé 101 ans après, je démontre en 2015, qu’il n’y a plus de doute. Dans ce créneau, nous pouvons, nous devons envisager d’un point de vue symbolique sa réhabilitation officielle par les plus hautes autorités de l’État, en l’occurrence celle du Président de la République lui-même le 11 novembre prochain.

Je vous joins en P.J les éléments vous permettant d’apprécier monsieur la justesse de ma démarche que Eric Viot connaît bien.

Cordialement, je reste à votre disposition – Christian Rollat (16 octobre 2015).


Vous aimerez aussi...