« Son âme au diable – Jean-Marie Balestre 1940-1945 » – (Olivier Pigoreau)

Jean-Marie Balestre fut sans doute le seul Français à porter l’uniforme des Waffen-SS et à se voir attribuer la carte de déporté interné de la Résistance. Déroutante jeunesse que celle de cet homme, engagé jusqu’au point le plus ultime de la collaboration, pour finir la guerre derrière les barbelés d’un camp de concentration.

Qui fut au juste, entre 1940 et 1945, celui qui, avec son ami Robert Hersant, allait bâtir le plus grand groupe de presse français et, seul, régner pendant près de 15 ans à la tête du sport automobile mondial ? Ce livre rouvre un dossier qui, des décennies après la guerre, défraya la chronique, donna lieu à un retentissant procès et causa quelque embarras à un très haut niveau de l’État.

Au-delà du cas Balestre, sont ici mises en lumière les ambiguïtés d’une époque propice à toutes les aventures et à tous les retournements, dans un Paris sous la botte allemande où, entre collabos patentés et résistants authentiques, évoluèrent d’insaisissables aventuriers.

Olivier Pigoreau travaille depuis plus de dix ans sur l’histoire de l’Occupation et de la collaboration. Il a notamment publié Nom de code : Atlas (Nouveau-Monde éditions, 2011), Sanglante randonnée et L’Été chaud des collabos (Histoire et Collections, 2013 et 2014). Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne, Jean-Marc Berlière a publié une vingtaines de livres, dont Les policiers français sous l’Occupation (avec Laurent Chabrun, Perrin, 2001) et Polices des temps noirs (Perrin, 2018).


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search