Itinéraire d’un salaud ordinaire

Itinéraire d'un salaud ordinaire

Itinéraire d’un salaud ordinaire

Clément Duprest, brillant étudiant en droit, intègre la police nationale en 1942. Contrairement à certains de ses collègues, Duprest ne «fait pas de politique» : il va se contenter de mettre au service de ses patrons son intelligence et son sens de l’observation. Au sein de la «brigade des propos alarmistes», il est chargé de repérer et de neutraliser les individus hostiles à Vichy… Ainsi commence la longue carrière d’un fonctionnaire que certains diraient irréprochable. À travers les faits et gestes quotidiens d’un salaud tout à fait ordinaire, Didier Daeninckx nous invite à revisiter quarante ans d’histoire française, de la rafle du Vél’ d’Hiv à la candidature de Coluche à la présidentielle de 1981. Un roman psychologique noir qui révèle, avec un humour froid et une distance glaçante, les aveuglements, les égarements et les silences de l’Histoire, et interroge sur le devoir d’obéissance.

Extrait du livre : 08/01/2008

Les paulownias en fleur et le Restaurant des Intellectuels, c’est ce qui lui était venu en tête quand il s’était laissé aller aux nostalgies alors qu’on débouchait le Champagne. Clément Duprest avait fermé les yeux sur les floraisons mauves, inquiet à la seule idée d’offrir aux collègues qui l’entouraient le moindre accès à la confidence. Près de quarante années s’étaient écoulées depuis l’éclosion, et bizarrement, bien qu’il n’y ait jamais songé, c’était cela, la végétation, qui lui revenait en mémoire au moment de quitter pour toujours son bureau de la galerie nord. Quarante ans, et pourtant les images étaient intactes. Il se revoyait, jeune homme élancé vêtu de flanelle, chapeau légèrement incliné sur l’oreille droite, traversant l’allée centrale du Marché aux Fleurs, il se souvenait des odeurs. On était en mai. Quinze jours plus tôt, il avait été reçu dans les tout premiers au concours d’inspecteur de police, mettant à profit des études de droit écourtées, et l’excellence de ses résultats lui avait permis de faire des vœux, pour son affectation. Il pensait grimper les échelons dans un commissariat de quartier, mais les nouvelles missions confiées aux Renseignements généraux, rebaptisés Brigades spéciales pour l’occasion, nécessitaient des énergies, des compétences. La convocation lui demandait de se présenter sur l’île de la Cité, à onze heures, et c’est en longeant les pavillons métalliques emplis d’arbustes, de bouquets, qu’il avait remarqué les grappes lilas qui enveloppaient les branches des deux rangées d’arbres. Une femme occupée à remplir un seau à la fontaine lui avait souri. Elle portait des sabots et un tablier bleu. Il avait porté la main à son couvre-chef, puis ralenti pour écouter ce qu’elle avait à lui dire.

C’est arrivé ce matin ! Il faut en profiter, ça ne dure pas longtemps… En plus, ils ne fleurissent qu’une fois tous les cinq ans. Vous ne voulez pas des roses, elles sont toutes fraîches… Mignon comme vous êtes, vous devez savoir à qui les offrir.

Il avait baissé les yeux, ne sachant que répondre, et avait failli se cogner au socle vide sur lequel, quelques mois plus tôt, se dressait la statue de Théophraste Renaudot avant que l’alliage cuivreux de l’hommage ne serve plus utilement dans le circuit de la production industrielle ou agricole. Un convoi militaire allemand s’était immobilisé sur le boulevard tandis qu’il présentait ses papiers au gardien de faction, des soldats en armes avaient surgi de sous les bâches kaki pour prendre position devant les grilles du Palais de Justice à cent mètres de là.

– Qu’est-ce qui se passe ?

Le policier, impassible, lui avait rendu ses documents.

– Rien, c’est la relève pour le procès des terroristes… Très bien. Tout est en ordre, vous prenez l’escalier E, les bureaux de l’administration sont au deuxième étage.

Le commissaire principal Rondier dirigeait la dizaine d’hommes rattachés à la «brigade des propos alarmistes» depuis la permanence centrale, une salle en longueur dont les fenêtres hautes donnaient sur la cour intérieure de la préfecture. À l’époque, il n’avait pas encore été victime de son attaque cérébrale, et ses lèvres se tenaient droites. Il avait compulsé les papiers, à son tour, tout en tirant sur une cigarette dont les cendres maculaient son veston et les dossiers éparpillés sur le bureau.

– Vous faisiez quoi avant d’être touché par la vocation, inspecteur ?

– Des études pour être avocat, mais c’était une idée de mes parents, mon père surtout… Depuis un an, je travaillais au service juridique de la Compagnie du Métropolitain.

Le commissaire Rondier avait levé la tête…

PHOTO.P.DACASA

PHOTO.P.DACASA

Né en 1949, à Saint-Denis, Didier Daeninckx a exercé pendant une quinzaine d’années les métiers d’ouvrier imprimeur, animateur culturel et journaliste localier. En 1984, il publie Meurtres pour mémoire dans la « Série Noire » de Gallimard. Il a depuis fait paraître une trentaine de titres qui confirment une volonté d’ancrer les intrigues du roman noir dans la réalité sociale et politique.

Plusieurs de ses ouvrages ont été publiés dans des collections destinées à la jeunesse (Syros-Souris Noire, « Page Blanche » chez Gallimard, Flammarion). Il est également l’auteur de nombreuses nouvelles qui décrivent le quotidien sous un aspect tantôt tragique, tantôt ironique, et dont le lien pourrait être l’humour noir.

Il a obtenu de nombreux prix (Prix populiste, Prix Louis Guilloux, Grand prix de littérature policière, Prix Goncourt du livre de jeunesse…), et en 1994, la Société des Gens de Lettres lui a décerné le Prix Paul Féval de Littérature Populaire pour l’ensemble de son œuvre…


Vous aimerez aussi...