Baya – D’Alger à Marseille

BayaNée en 1920 à Alger, Baya est très tôt éprise de liberté – elle ne se résignera jamais à un mariage imposé par un oncle. Scolarisée grâce à la persévérance de son père, se liant d’amitié avec des Européens, elle s’engage à leurs côtés pour les droits et la dignité des Algériens. Seule femme indigène membre du Comité central du Parti communiste algérien, Baya milite sans relâche pour le droit des femmes algériennes puis pour l’Indépendance.

Devenue Secrétaire de l’Union des femmes d’Algérie, elle représente son pays lors de conférences inter-nationales de femmes (elle est ainsi la première Algérienne à se rendre en Chine en 1949). En 1956, les autorités françaises l’expulsent d’Algérie vers Marseille, qu’elle ne quittera plus (elle y mourra en 2007). Là, elle continue la lutte, organisant les actions de femmes algériennes pour l’Algérie indépendante, servant de relais et de soutien à des Français refusant cette guerre.

A partir des années 1980, elle s’engage contre le racisme sous toutes ses formes (elle deviendra responsable du MRAP) et combat le Front National. Lors de la guerre civile algérienne des années 1990, elle organise l’accueil des victimes à Marseille. L’histoire de Baya est un témoignage exemplaire pour toutes les femmes qui se battent pour la liberté, ici et là-bas.

Jean-Luc Einaudi a notamment publié Pour l’exemple. L’Affaire Fernand Iveton (L’Harmattan, 1986), La Bataille de Paris. 17 octobre 1961 (Le Seuil, 1991) et Scènes de la Guerre d’Algérie en France (Le Cherche-Midi, 2009).

  • Date de parution : 04/05/2011
  • Éditeur : Non Lieu

Vous aimerez aussi...