La condition inhumaine du Goulag : série Le système concentrationnaire soviétique épisode 1

Prisonniers du camp Perm 35, le “dernier Goulag” en 1989 © Getty / Pierre Perrin

 

Le Goulag était un état dans le pays. C’était un réseau mouvant de camps de travail qui, bien souvent, étaient seulement désignés par un numéro et qui pouvaient migrer en fonction des objectifs de l’économie et de la colonisation du pays.

  Mais le Goulag était aussi constitué de prisons de transit, de villages de déplacés, de colonies d’enfants. S’il faut chercher un point commun entre ces innombrables endroits de malédiction, c’est qu’ils relevaient d’une administration à part qui échappait au régime commun. Ceux qui instruisaient les affaires des prévenus n’étaient pas nécessairement des magistrats et les prévenus étaient déjà constitués en coupables avant même l’instruction de leur dossier. Quant aux gardes, ils n’étaient généralement pas les meilleurs camarades du Partis qui soient. D’ailleurs beaucoup d’entre eux pouvaient se retrouver zeks – c’est-à-dire détenus. Et vice-versa. C’étaient en réalité les truands et les criminels de droit commun qui donnaient le « la » dans les camps. Les détenus politiques qui étaient accusés de manquer de conscience de classe étaient livrés à des truands qui, eux,  en avaient une, fortement constituées par les rapports de violence qu’ils entretenaient entre eux et avec les autres.

 Les premiers camps sont apparus dès les années 1920, dans des endroits-laboratoires comme les Solovki au large de Leningrad. Dans les années 30, le système prit son envol. Avec des moments-clés : la dékoulakisation, les grandes purges dans les rangs communistes, les premières déportations de groupes ethniques entiers…

Bibliographie :

  • Goulag. Une histoire soviétique de Nicolas Werth, François Aymé, Patrick Rotman (Seuil/Arte Editions).
  • Les grandes famines soviétiques de Nicolas Werth (Que sais-je ?).
  • La route de la Kolyma. Voyage sur les traces du goulag de Nicolas Werth (Belin).
  • Le goulag. Témoignages et archives de Luba Jurgenson, Nicolas Werth / Collectif (Robert Laffont).
  • Goulag de Anne Applebaum (Grasset).
  • Les services compétents de Iegor Gran (POL).
  • Les ténèbres de Volkov Oleg (Lattès).

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de France inter

LA MARCHE DE L’HISTOIRE du Lundi 10 février 2020 par Jean Lebrun


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.