“Bataille d’Alger, bataille de l’homme” par Jacques de Bollardière

Avant-propos de Jean Marie Müller

Textes complémentaires du général de Bollardière et de Jean Marie Müller

Préfacé par Claude Liauzu

Jacques Pâris de Bollardière, issu d’une famille de militaires, sorti sergent de Saint-Cyr en 1930, a été officier pendant la guerre de 39-45 – d’abord dans l’armée française puis du côté des Alliés et de la Résistance –, la guerre d’Indochine, et la guerre d’Algérie.

Déjà condamné à mort par le gouvernement de Vichy, il est condamné à soixante jours de forteresse par un tribunal militaire en 1957, après avoir pris publiquement position sur l’intervention française de «pacification» et le recours à la torture en Algérie. Après le putsch d’Alger en avril 1961, il quitte l’Armée et devient formateur pour adultes.

Bataille d’Alger, bataille de l’homme, publié en 1972 aux éditions Desclée de Brouwer, répond à La vraie Bataille d’Alger du général Massu. Le général de Bollardière y relate sa prise de conscience progressive de la monstruosité de la guerre, qui va trop souvent à l’encontre de la dignité humaine. Ses réflexions éclairent l’enchaînement des différentes guerres auxquelles il a participé, dont l’aboutissement a été cette « guerre sans nom » qui a marqué la fin de sa carrière militaire.

«La guerre n’est que la pitoyable réalité des relations entre les hommes, le signe meurtrier et fracassant de leur impuissance, l’expression aberrante de leur misère.»

Editeur : Editions Bouchène (1 janvier 2003)

Général de Bollardière : non à la torture

Jacques Pâris de Bollardière : le général qui a dit deux fois « non »

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.