Le roi et le déshonneur des familles – Les lettres de cachet pour affaires de famille en Franche-Comté au XVIIIe siècle

Les lettres de cachet ont été associées après 1789 aux abus de la justice royale. Jeanne-Marie Jandeaux, à travers l’exemple des dossiers francs-comtois, démontre l’implication des familles dans l’usage de ces ordres d’enfermement et retrace un pan de l’histoire judiciaire de l’Ancien Régime.

Au XVIIIe siècle, le roi reçoit des suppliques désespérées de dizaines de milliers de familles qui redoutent que le comportement déviant de l’un des leurs ne conduise au scandale d’une condamnation judiciaire. C’est un quotidien familial intime et douloureux, pris sur le vif, qu’exposent sans fard les dossiers de lettres de cachet pour affaires de famille de l’intendance de Franche-Comté. Les conséquences dangereuses des excès d’un fils cadet, de la folie d’un neveu ou de l’adultère d’une épouse amènent le monarque, père et juge suprême des sujets, à intervenir pour préserver l’honneur de la famille, en expédiant une lettre de cachet qui ordonne la détention de l’accusé. Les archives comtoises révèlent une prise en compte attentive des conflits de plus de 270 familles, principalement nobles et bourgeoises, par la monarchie absolue. Faisant des affaires de famille une affaire d’État, le roi emploie la lettre de cachet pour le règlement de différends privés, dans un subtil parallèle entre ordre familial, social et politique. Une procédure complexe, basée sur une enquête de terrain, mobilise toute la hiérarchie administrative, dévoilant une famille déchirée par des luttes de pouvoir intestines et des frustrations anciennes. Le succès des lettres de cachet de famille éclaire d’un jour nouveau le rapport unissant l’État et la famille à la fin de l’Ancien Régime et la crise profonde née de la confrontation entre l’intérêt familial et les aspirations individuelles. La cruelle destinée des correctionnaires comtois enfermés à l’hôpital de Bellevaux à Besançon, au château de Joux, à Bicêtre, ou même exilés en Nouvelle-France et aux Antilles, montre quel est le prix payé par ceux qui, rejetés par leur famille avec l’aide de l’État, commencent à apparaître à l’approche de la Révolution comme les victimes de l’arbitraire monarchique.
 
Vidéo d’appui sur le lien https://www.youtube.com/watch?v=q-kEE9Hxoes

Jeanne-Marie Jandeaux est archiviste paléographe (2008) et docteur en histoire moderne de l’École des hautes études en sciences sociales (2016). Directrice du Service commun de la documentation de l’université de Franche-Comté depuis septembre 2017, elle est également chercheur associé au laboratoire Ermes (Équipe de recherche sur les mutations de l’Europe et de ses sociétés) de l’université Nice-Sophia Antipolis où elle a exercé précédemment en tant que conservateur des bibliothèques et chargée de cours en paléographie. Ses recherches portent sur l’enfermement pour correction familiale et les conflits au sein des familles à l’époque moderne et sous la Révolution.

Date de publication : 11/12/2017
Date de modification : 19/12/201
 
 
 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.