Veilleur : Recherche / GRHIS / Journée d’étude / 23 mai 2007

JOURNÉE D’ETUDE DU GROUPE DE RECHERCHE EN HISTOIRE (GRHIS) DE L’UNIVERSITÉ DE ROUEN.

LES DOSSIERS DE PERSONNALITÉ
Sources et objets pour l’historien

Mercredi 23 mai 2007
UFR de Lettres – Salle F311 à 9h
(Bâtiment F, 1er étage)

Organisateurs :
Ludivine Bantigny
et Jean-Claude Vimont

Cette journée d’étude prolonge la rencontre du 08 mars 2006 consacrée aux dossiers personnels : « Sous l’oeil de l’expert : observations, taxinomies et constructions identitaires ».

Les dossiers de personnalité. Sources et objets d’histoire

Cette seconde journée d’études autour des dossiers de personnalité entend une fois de plus montrer la fécondité d’une pareille source pour l’historien, tout particulièrement dans les domaines touchant à l’histoire sociale, à l’histoire de la déviance et de la délinquance, à l’histoire pénale et pénitentiaire. Source, mais
aussi objet d’étude à part entière, le dossier de personnalité est tout ensemble discours et pratique, mode de penser et d’agir, qu’il y a lieu à la fois d’isoler dans sa configuration singulière et de replacer dans les évolutions plus vastes des sciences sociales et des sciences du psychisme, de la médecine, de la justice et de la prison.

Car c’est tout spécialement dans ces champs d’étude et d’intervention que le dossier de personnalité a occupé et continue de revêtir une place déterminante, tant pour les individus que pour les institutions. Discerner et cerner une personnalité, transformer les signes en preuves, assigner, à partir de ces traces, une identité, telles sont en général les principales fonctions du dossier personnel, prototype du discours autorisé qui a autorité. C’est précisément cette influence qu’il s’agira d’étudier : comment la rédaction du dossier, ses écritures — le pluriel s’impose bel et bien quand les expertises viennent non seulement se mêler mais s’entrecroiser voire se confronter — contribuent-elles à soumettre un individu à des
catégories et par là même à le placer dans un parcours le plus souvent fléché ? La codification et ses grilles d’interprétation inhérentes sont alors plus éloquentes sur l’institution que sur la personne observée. C’est ici que le dossier de personnalité peut être érigé en véritable objet d’histoire : en tant qu’il laisse filtrer, sous
couvert d’objectivation, des préjugés, des façons de penser, tout un fonctionnement institutionnel qu’il est intéressant de considérer
comme un lieu social à part entière.

Pour autant, peut-on tirer de cette source des éléments qui tiennent à l’existence même de l’individu sujet du dossier, des morceaux de vie, des éclats de réel capables de renseigner sur la souffrance et la contrainte, mais aussi sur la résistance et, au-delà, sur des trajectoires autonomes ? Par la rencontre de l’histoire et de
la sociologie, il est sans doute possible de répondre par l’affirmative à cette interrogation. L’interdisciplinarité s’impose donc et se fait d’autant plus nécessaire que le dossier lui-même est en général un creuset d’approches scientifiques et sociales diverses, que leur nature soit médico-psychologique, juridique, sociologique ou criminologique. C’est la raison pour laquelle cette journée, organisée par des
historiens, sera placée sous le signe de la rencontre des disciplines et des pratiques. Les intervenants axeront leur communication sur l’histoire et l’historiographie, sur la conservation des archives,
mais également sur l’enquête sociologique ou encore la pratique juridique. Chercheurs, acteurs, témoins tenteront ainsi de rapprocher leurs savoirs et leur engagement, face à un objet qui, sans mot dire
malgré ses débordements discursifs, s’impose sans que l’on sache toujours ce qu’il faut lui imposer, ou lui opposer.

Matinée (9h30)

Ivan Jablonka (Université du Maine), « L’historien, exploiteur d’archives (étude menée à partir des dossiers de l’Assistance publique) »

Antoine Rivière (Université de Rennes-II), « Les dossiers des pupilles de l’Assistance publique de la Seine : les mères “abandonneuses” au miroir des dossiers de leurs enfants (des années 1880 aux années 1920) »

Mathias Gardet (Université de Paris-VIII), « Paroles de jeunes délinquants, un corpus inédit aux défis de l’histoire »

Guillaume Périssol (Université de Paris-IV), « Les inventions de John, enfant vagabond de la Libération. La construction d’un dossier du Tribunal pour enfants de la Seine (1945-1949) »

David Niget (Universités de Nantes et de Louvain), « De jeunes délinquantes sous la toise des experts. L’établissement central d’observation de Saint-Servais, en Belgique, de 1922 à 1965 »

Après-midi (14h30)

Sid Abdellaoui (Université de Rouen), « Le poids de la psychologie naïve dans la construction des dossiers pénitentiaires »

Jean-Claude Vimont (Université de Rouen), « Les dossiers de la Réforme pénitentiaire (CNO et établissements « réformés ») »

Me Étienne Noël (Barreau de Rouen), « Quitter la prison : le poids du dossier personnel dans la libération conditionnelle (à partir de quelques cas de dossiers de condamnés à perpétuité) »

François Tortosa, artiste peintre, « Témoignage personnel »

Ludivine Bantigny (Université de Rouen), Conclusions


Vous aimerez aussi...