Histoire des prisons de Metz (C. Carlier)

Carlier_metz

Christian Carlier, Histoire des Prisons de Metz, de l’Ancien Régime à nos jours, Editions Serpenoise, 2009, 156p.

Présentation de l’éditeur :

Il y a trente ans, en 1979, la prison de Metz-Queuleu accueillait ses premiers détenus. Etablissement pénitentiaire ultramoderne pour l’époque, s’y réalisait la difficile synthèse entre une sécurité maximale (nécessaire pour les quelques auteurs présumés des crimes les plus graves), le régime cellulaire, qui avait fait débat pendant tout le XIXe siècle (un seul détenu par cellule pour empêcher la récidive) et l’aménagement de grands espaces grâce auxquels les détenus puissent travailler et se livrer à des activités physiques et culturelles (en vue de ne pas s’étioler au sein de la prison, partant de se préparer à leur réinsertion). Metz-Queuleu, implantée à quelques centaines de mètres du Fort de Queuleu, de sinistre réputation, était, à l’instar de la prison de Fresnes presque un siècle plus tôt (1898), un établissement éclectique et symbolique de ce qu’une prison ne devait plus jamais être.

De la généalogie de la prison de Queuleu, complexe et objet de bien des lenteurs et des controverses, il sera question dans le dernier chapitre de cet ouvrage. Cependant, ce qui a intéressé en priorité son auteur, historien reconnu de l’enfermement, se situe en amont. Avant la prison de 1979, la ville a disposé, sur le long cours de l’histoire pénitentiaire, de prisons remarquables, dont les murs sont toujours debout aujourd’hui : celle de l’actuelle rue Maurice Barrès, constituée de la réunion d’une prisons militaire et d’une prison civile, établissement entièrement rebâti entre 1826 et 1830, puis devenu en partie cellulaire à la fin du 19e siècle, au temps de l’occupation allemande; celle ouverte en Chadellerue, la Madeleine, qui fut successivement maison de correction, maison réservée aux femmes, bien plus tard centre de semi-liberté. Barrès fonctionne toujours aujourd’hui, comme prison où sont mises en oeuve les méthodes pénitentiaires les plus en pointe. La Madeleine est malheureusement à l’abandon.

C’est de l’histoire de ces prisons de l’ancien temps dont il est beaucoup question dans ce livre. L’auteur y insiste particulièrement sur la vie matérielle et morale des occupants : les prisonniers. Mais il ne faut pas oublier ceux qui en ont la charge, le personnel des prisons, en particulier les gardiens, rebaptisés surveillants depuis 1919.

Sommaire

1. Les prisons de Metz sous l’Ancien Régime

2. Les prisons de la Révolution

3. Les prisons messines sous le Consulat et l’Empire (vers 1800-vers 1815)

4. Les prisons messines sous la Restauration et la Monarchie Parlementaire (1814-1848)

5. Les prisons de Metz, du Second Empire à la fin de la Première Guerre mondiale (vers 1850-vers 1920)

6. Les prisons de Metz, de la fin de la Première Guerre mondiale jusqu’aux années 1970.

7. Les prisons de Metz, des années 1970 à nos jours.

Page de l’ouvrage et fiche auteur sur le site de l’éditeur

Page de l’auteur et ses articles en ligne sur Criminocorpus


Vous aimerez aussi...