Musique : Bond Symphonique ou quand l’Agent 007 nous fait chanter – ŒIL EN EVEIL – REVUE CULTURELLE

 

C’est un spectacle musical hors du commun, digne des aventures de l’agent secret de sa Majesté et de la saga mythique de James Bond. Une bien originale façon de lui rendre hommage à travers la musique, ô combien célèbre, de ses génériques. Les inconditionnels de James Bond le savent, et les oreilles des autres n’ont pas pu y échapper : certains thèmes et titres sont devenus d’incontournables classiques de la musique de films des années 1960 jusqu’à aujourd’hui, grâce à une vingtaine de films tous aussi célèbres les uns que les autres.

Ils ont été interprétés par de grands artistes, Shirley Bassey, Tina Turner, Nancy Sinatra, Tom Jones, Paul McCartney, A-ha, Madonna, Duran Duran, Jack White ou Adèle (la Britannique) qui a reçu, pour la chanson Skyfall, l’Oscar de la meilleure chanson originale, un Golden Globe et un Critic’s Choice Movie Award.

C’est au Grand Rex de Paris, les 14 et 15 février dernier, qu’a eu lieu ce concert, Bond Symphonique, interprété́ par 50 musiciens des orchestres Colonne et Musidrama et par deux chanteurs, Prisca Demarez, connue pour ses prestations dans Cats et Oliver Twist-Le Musical, et Damien Sargue, remarqué et remarquable dans Roméo & Juliette ou Les Trois Mousquetaires, le tout sous la direction de Samuel Sené.

C’est un spectacle original, à travers les plus grands thèmes musicaux de 007, mélangeant des chansons célèbres, interprétées par le talentueux duo de chanteurs, Goldeneye, Diamonds Are Forever, You Only Live Twice, A View To A Kill, You Know My Name, SkyFall ou encore le célébrissime GoldFinger, et les morceaux instrumentaux plus au moins connus et surtout de savoureuses anecdotes sur les compositeurs des morceaux interprétés, distillées avec brio par le chef d’orchestre himself.

C’est ainsi que l’on a appris les relations quelques peu houleuses entre le légendaire John Barry, compositeur des onze premiers génériques de James Bond et ses successeurs ou le groupe norvégien a-ha, interprète de Tuer n’est pas jouer. Mais le chef d’orchestre a aussi expliqué les procédés ingénieux de ce même John Barry, pour créer le son reconnaissable des films de James Bonds, avec l’usage massif de trombones mélangés à des cordes, ou un rythme de

cuivres et des flûtes pour créer l’ambiance espionnage , ou bien la harpe pour évoquer l’univers spatial de You Only Live Twice.

Pour illustrer ses propos Sené a demandé aux musiciens de décomposer, à tour de rôle, le thème en question.

Et puisque l’on parle d’anecdotes : le spectacle se termine en beauté par une première interprétation instrumentale de la chanson titre du prochain James Bond No time to die, dont la sortie est prévue en avril, interprétée dans le film par Billie Eilish, dernière coqueluche du pop américain. Et c’est une première, car Billie ne l’a présentée au public que trois jours plus tard, le 18 février dernier à Londres, lors de la cérémonie de Brit Awards.

Si, vous aussi, vous voulez revivre en musique les aventures de 007, Bond Symphonique débute sa tournée en novembre prochain, jusqu’au mois de février 2021. Frissons garantis.

*****

Krystyna Kowalska : En collaboration avec Philippe Poisson, Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus.

Pour en savoir plus sur Krystyna :

 https://criminocorpus.hypotheses.org/59672

Les archives de la rubrique Oeil en éveil

ŒIL EN EVEIL – QUE DIT LA LOI


Vous aimerez aussi...