Les mineurs devant le tribunal de première instance en Martinique (1937-1944) : enjeux et stratégies

Tableau 3 : Évolution du nombre de filles et de garçons déférés devant le tribunal de première instance de Fort-de-France de 1937-1944

Alors qu’en France l’historiographie sur la délinquance juvénile a connu une évolution significative, grâce aux concours de la société civile (AHES-PJM), mais également des travaux scientifiques (Henri Gaillac, 1970 ; Ludvine Bantigny, Élise Yvorel, 2007 ; Ivan Jablonka, 2009 ; Sophie Victorien, 2011 ; Jean-Jacques Yvorel, 2005, 2012), aux Antilles françaises cette question a été très peu abordée (Gaston-Jean Bouvenet, 1936)

En nous appuyant sur la définition de Jean-Jacques Yvorel qui présente la délinquance juvénile comme une construction sociale, nous examinerons un registre tenu entre avril 1937 et juillet 1944 par le Président du tribunal de première instance de Fort-de-France. Ce registre renseigne sur les enjeux socio-économiques et stratégiques autour de la gestion de la délinquance juvénile durant deux périodes successives : la période de la fin d’entre-deux-guerres (1937-1939) et la période où la Martinique est placée sous l’autorité de l’amiral Robert, représentant du régime de Vichy (1940-1943).

Il rend compte de la complexe interaction entre race, genre, classe et impératif du maintien de l’ordre dans un contexte colonial, au moment de rendre un jugement sur l’acte délictuel d’un mineur. Connaissant l’importance que revêtaient le contrôle social et le maintien de l’ordre pour les autorités coloniales, qui s’accrut sous le régime de Vichy, on peut s’interroger sur le choix du juge de paix : protéger la société ou amender et rééduquer les mineurs délinquants. English

Pour en savoir plus sur le site de https://journals.openedition.org/criminocorpus/7046

Claire Palmiste est maître de conférences à l’université de la Guyane. Après avoir soutenu sa thèse intitulée : « L’Adoption d’enfants autochtones par des familles blanches aux Etats-Unis : origines et conséquences » (thèse publiée : L’adoption d’enfants autochtones par des familles blanches aux États-Unis : un cas de génocide culturel, Paris, Publibook, 2011), ses thèmes de recherches s’articulent autour de la prise en charge d’enfants issus de minorités aux USA à travers l’adoption et le placement en foyer d’accueil et les politiques sociales à l’égard des peuples autochtones. Depuis 2016, elle s’intéresse à l’étude comparative de l’enfance inadaptée et de la délinquance juvénile aux Antilles françaises et dans la Caraïbe anglophone.

Dans l’acception moderne occidentale, l’adoption marque le passage dune situation difficile à un cadre sécurisé pour l’enfant. Or, aux États-Unis en 1968, lAssociation des affaires autochtones tira la sonnette dalarme quant au très grand nombre d’enfants natifs américains séparés de leur famille. En près de dix ans, deux rapports condamnèrent la nature de ces placements. Quels étaient les véritables enjeux de l’adoption de ces enfants par des familles blanches ? Et si celle-ci sinscrivait dans la continuité dun processus de génocide culturel pratiques impliquant l’éloignement des enfants de leurs parents, l’impossibilité de parler leur langue maternelle et la confusion identitaire enclenchée lors de la construction de la nation états-unienne ? Comment alors résister pour les communautés autochtones ? À l’intersection de problématiques telles que les politiques sociales à l’égard des minorités ethniques, la nature des rapports entre gouvernement fédéral et tribus autochtones, lidentité sociale des adoptés et le concept de génocide culturel, l’étude de Claire Palmiste lève le voile sur le sort des Native Americans et sur le mensonge du mythe du melting pot. Une approche pluridisciplinaire, aussi bien historique que sociologique et politique, un angle original et rare, et des réponses effrayantes pour un essai aussi rigoureux qu’édifiant.

  • Editeur : Publibook (3 janvier 2012)
  • Collection : Sciences Humaines et Sociales

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philippe Poisson (3 avril 2020). Les mineurs devant le tribunal de première instance en Martinique (1937-1944) : enjeux et stratégies. Criminocorpus. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndmw


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search