Continuités et divergences dans la presse clandestine de résistants allemands et autrichiens en France pendant la Seconde Guerre mondiale : l’exemple des réseaux du KPD, du KPÖ, des Revolutionäre Kommunisten et des trotskystes

La résistance germanophone en France demeure méconnue, souvent réduite à l’échelle individuelle ou à un simple travail de renseignements effectué au bénéfice de la résistance française. Les recherches présentées dans cette thèse ont permis de mettre au jour les identités de près de 500 résistants “allemands” et “autrichiens” – alors que leur objectif était précisément de demeurer clandestins en officiant sous de fausses identités – et de recenser 17 journaux et 192 tracts qu’ils ont produits. La démarche utilisée dans le présent travail pour analyser ces informations se situe au croisement de différentes méthodologies, oscillant entre une approche sociologique centrée sur les acteurs (la prosopographie), l’analyse des conditions concrètes et matérielles pour la production de tracts et de journaux (les periodical studies) et l’analyse du discours.

Contrairement à ce qu’affirmait l’historiographie est-allemande depuis les années 1970, l’étude de la presse clandestine et de ses auteurs révèle que cette résistance n’est pas uniquement l’œuvre de militants des partis communistes. Trois types de réseaux sont actifs : les organisations émanant des partis communistes alignées sur la ligne de Moscou – comme le Travail Allemand (TA) ou le Comité Allemagne libre pour l’Ouest (CALPO) pour ne citer que les plus connues –, les Revolutionäre Kommunisten (RK) et les trotskystes. Cette thèse présente les rapports et les relations de ces groupes avec les réseaux français. Elle réévalue notamment le rôle particulier des ressortissants autrichiens et des groupes de gauche non alignés sur la politique de la IIIe Internationale…

Thèse de doctorat en études germaniques à l’Université Bordeaux Montaigne soutenue le 10 décembre 2018 sous la direction de Hélène Camarade

Pour lire l’intégralité l’ article de Cécile Denis sur le site de

https://journals.openedition.org


Vous aimerez aussi...