326 – Portrait du jour : Bruno Jacquin – « Quand hurlent les hyènes » 

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 326ème Portrait du jour – Criminocorpus  le carnet reçoit avec infiniment de plaisir Bruno Jacquin qui  publie en mai 2020, son troisième roman, Quand hurlent les hyènes  (Ed. Cairn).

Journaliste de presse écrite (quotidiens, hebdos, mensuels puis agence) jusqu’en 2002, Bruno Jacquin embrasse ensuite une carrière dans la presse institutionnelle pour le compte d’un service public.

Ressentant un grand besoin d’air, il quitte ce dernier pour assouvir sa passion de l’écriture.

Féru de littérature noire et policière ainsi que d’histoire contemporaine et de politique, il mélange habilement les genres.

Dans son écriture, son passé le rattrape régulièrement. Ainsi ses personnages principaux sont-ils souvent des journalistes et non des policiers comme dans la plupart des polars. Il n’épargne pourtant pas son ancienne profession (lire ici ce qu’il en disait dans une interview pour un hebdomadaire politique lors de la sortie de son premier roman).

La politique, au sens noble du terme, est nécessaire et l’engagement est louable. Mais tout le monde n’en a pas la même vision.

Manipulations, manigances, luttes de pouvoir, conflit d’intérêt, fric, profits… la politique recèle aussi des scories qui alimentent sans fin, pages de journaux, films et livres, notamment des polars.

C’est cet angle là que Bruno Jacquin, s’inspirant de faits réels ou à peine inventés, a choisi d’aborder dans ses polars pour des suspenses haletants garantis.

Découvrez-les en regardant les petits clips ci-dessous. S’ils vous intriguent, n’hésitez pas à naviguer ensuite dans le menu, notamment dans l’onglet « Livres et critiques ». À bientôt. https://les2pol.wixsite.com/brunojacquin

Bienvenue Bruno sur le blog des “aficionados du crime”. Ph. P

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Sur fond de conflit israélo-palestinien, Quand hurlent les hyènes aborde les ressorts médiatico-politiques qui conduisent à jeter l’opprobre sur le suspect d’un assassinat avant même la fin de l’enquête judiciaire. Certes, tout l’accuse et le meurtre est commis en plein été, traditionnelle période de creux en événements médiatiques. Or, il faut bien alimenter la machine…

Un vieillard est assassiné à Bayonne, par une belle nuit d’été. Le tragique mais banal fait divers vire à l’affaire d’État. La victime est juive et dans un contexte de tension au Proche-Orient et de montée de l’antisémitisme, le crime est ultramédiatisé. Il prend des proportions gigantesques lorsqu’un jeune toulousain d’origine maghrébine est suspecté. Les politiques et les médias s’emballent, tandis que les banlieues s’embrasent… Policiers et juge ont pourtant des doutes. Leïla Laoudi, journaliste, va mener l’enquête dans une atmosphère délétère.

Nombre de pages 256
Date de parution mai 2020

https://www.editions-cairn.fr/

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet Criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS et membre du centre Alexandre Koyré.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.


Vous aimerez aussi...