« Les besoins avant les actes » Le Children’s Hearing écossais et l’héritage durable de Lord Kilbrandon

La salle d’audience de Bellshill
Crédits Scottish Children’s Reporters Administration

 

Charles James Dalrymple Shaw, Baron Kilbrandon by Walter Bird (28 November 1965) – Crédits© National Portrait Gallery, London

En raison de préoccupations politiques concernant l’augmentation de la délinquance juvénile, le Bureau écossais d’Edimbourg a créé en 1961 une commission d’enquête chargée d’examiner les systèmes et procédures applicables aux enfants comparaissant devant les tribunaux écossais. Le comité dirigé par le juge Lord James Kilbrandon a présenté son rapport en 1964. Kilbrandon a conclu que les causes sous-jacente de la délinquance juvénile n’étaient pas dissociables de celles des enfants en carence de soin et de protection. Dans les deux cas, les besoins de l’enfant n’avaient pas été satisfaits par les adultes, responsables de leur éducation. Kilbrandon a proposé un nouveau système basé sur les besoins de l’enfant, le rôle central de la famille dans la satisfaction des dits besoins et l’adoption d’une approche préventive et éducative des enfants en difficulté. Le Children’s Hearing écossais, un tribunal juridique officiellement constitué mais informel dans son fonctionnement, a été créé par la loi de 1968 sur le travail social (Social Work (Scotland) Act). Cinquante ans plus tard, elle a résisté à l’épreuve du temps et continue de fonctionner comme Kilbrandon l’avait envisagé en 1964. Selon Bottoms (2002,154), « le Children’s Hearing est un exemple relativement rare d’un système à part entière, axé sur le bien-être, et une évaluation de son fonctionnement contemporain est d’un grand intérêt théorique ». L’héritage de Kilbrandon s’étend au-delà du Children’s Hearing. Sa vision d’une responsabilité partagée de la communauté pour le bien-être des enfants et sa croyance en un impact durable des événements traumatiques de l’enfance constitue un élément essentiel de la politique publique écossaise en faveur des enfants, de la santé publique et de la justice.

John Sturgeon est enseignant en travail social à The University of the West of Scotland, à Dumfries. Il a acquis une l’expérience de « Children’s Hearings » tout au long de sa carrière en travail social. En tant qu’universitaire, il s’intéresse aux reformes et aux pratiques de la probation française, le travail social en milieu rural et les besoins des anciens combattants âgés. Il a contribué à l’apprentissage de la probation à l’Université de Champagne-Ardenne à Reims, à l’École nationale d’administration pénitentiaire, à l’Université de Bordeaux et au sein d’équipes de probation en France.

Elodie Leygue-Eurieult est étudiante en travail social à l’Institut de Formation Social des Yvelines en vue de devenir Assistante de Service Sociale. Elle a choisi d’effectuer son stage de deuxième année en protection de l’enfance en Ecosse. Elle a entrepris d’écrire son mémoire de fin d’étude sur la protection de l’enfance en comparant les pratiques françaises et les pratiques écossaises.

Pour lire l’intégralité de l’article sur le site de  :

https://journals.openedition.org/criminocorpus/7152


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search