327 – Portrait du jour : Tom Noti, « le roman c’est l’épicentre de sa vie »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 327ème Portrait du jour – Criminocorpus  le carnet reçoit avec infiniment de plaisir Tom Noti , auteur de quatre romans

« Né en 1966 à Grenoble, Tom Noti partage son enfance entre le basket-ball et la lecture. Il devient instituteur mais n’aura de cesse d’écrire. Dans les premiers temps, il souhaite surtout faire plaisir à ses proches, sa famille, ses élèves et ses amis. Le roman n’apparaît que tardivement dans sa vie, mais, comme toutes les naissances attendues, ces désirs trop longtemps refoulés mais portés en soi, il deviendra l’épicentre de sa vie. »

Bienvenue Tom  sur le très discret carnet Criminocorpus.   Ph. P

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Si l’on devait vous présenter brièvement (5 mots), lesquels choisiriez-vous ?

Auteur – Montagnes – Famille – Amis – Basket.

Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a amené à écrire votre premier roman ?

J’ai toujours écrit, mais un roman, c’était plus qu’une montagne, c’était un Everest. Je l’ai gravi pour la première fois, sans m’en rendre compte, en prenant tout mon temps parce que j’imaginais qu’il n’y avait pas d’urgence, justement. Voilà, j’ai écrit en cheminant. Puis arrivé au sommet, il a bien fallu se retourner et constater le chemin parcouru. J’ai alors compris qu’il y avait ces thèmes forts que je charriais depuis longtemps, bien malgré moi, dont il fallait que je parle et que c’était devenu plus vital que je ne l’imaginais. Il fallait grimper, retrouver l’altitude afin de respirer à nouveau. Le chemin était un peu effrayant, couvert de ronces alors j’ai tout repris en tentant d’y ajouter de l’humour et beaucoup de cynisme afin de ne pas tomber sur les cailloux acérés de la descente.

Combien de romans avez-vous écrits et pour lequel seriez-vous tenté d’écrire une suite ?

J’ai publié quatre romans à ce jour : Souligner les fautes  (Éditions ASSYELLE) 2012, Épitaphes (Éditions ASSYELLE) 2015, Les naufragés de la salle d’attente  (Éditions Paul & Mike) 2017 et Elles m’attendaient (Éditions La Trace) 2019.

Mes personnages sont souvent en quête de quelque chose, d’eux-mêmes parfois. Et, à la fin de chaque histoire, je les laisse vivre sans avoir forcément trouvé toutes les réponses, sans forcément leur avoir donné tous les bonheurs, parce qu’il me semble que c’est comme dans nos vies, il n’y a que la mort qui scelle les destins. Alors, dans mes romans, je laisse à mes personnages le reste de leur vie irréelle pour l’infini champ des possibles et je laisse aussi, par conséquent, aux lecteurs, le choix d’imaginer ce qu’ils veulent de cette suite, ce qui leur plaît. Donc, pour répondre à la question, je serai heureux de retrouver la plupart de mes personnages. Mais il y en a aussi tellement d’autres à faire vivre !

Présentez-nous votre dernier roman ?

Elles m’attendaient raconte l’histoire d’un personnage, Max, qui travaille sur des chantiers. Il est fort physiquement mais fragile à la fois, un colosse aux pieds d’argile, en quelque sorte. Il aurait bien aimé ne pas être déstabilisé par des sentiments, par l’amour en l’occurrence. Pourtant il tombe amoureux d’Halley qui est une comme la flamme d’une bougie, vive et vacillante aussi. Alors, entraînés tous les deux dans cette vie qu’ils se sont créée, ils vont avoir un enfant. C’est l’arrivée de cette enfant qui va faire se fissurer l’équilibre précaire de Max.

Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Nous finalisons, avec mes éditeurs de La trace mon prochain roman qui sortira avant l’hiver prochain. Ce sont les étapes un peu schizophrènes où l’on est à la fois heureux de cette publication future de notre histoire mais où l’on est confronté au fait inéluctable qu’elle était aussi destinée à d’autres yeux que les nôtres. Je vais donc rapidement me tourner vers le manuscrit suivant (qui est déjà bien avancé) et surtout ce spectacle musical, sur le thème du polar, que nous avons initié, avec des amis depuis plusieurs mois déjà et qui devait être joué sur scène en 2021.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet Criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour et la prison au cinéma».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS et membre du centre Alexandre Koyré…

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.