Pont-L’Evêque, prison de philanthropes (Jean-Claude Vimont)

pontleveque” C’est un décret impérial du 15 mai 1811 qui ordonna sa construction auprès du tribunal de première instance. Elle fut édifiée sur les plans de l’architecte Harou-Romain de 1823 à 1828. Ces dates sont essentielles pour comprendre l’organisation intérieure de la détention. A la fin du Premier Empire, peu après la promulgation du Code Pénal, la loi de finances du 22 septembre 1810 affecta onze millions de francs à la restauration des prisons. il était question de faire disparaître quelques geôles insalubres et vétustes de l’Ancien Régime que les Départements n’entretenaient guère. Les fonds furent absorbés par la campagne de Russie ce qui empêcha toute concrétisation dans l’immédiat. Le décret impérial s’inscrit donc dans cette dynamique réformatrice, puisque Pont l’Evêque ne disposait que d’une geôle fort étroite où les détenus s’entassaient tant bien que mal, les sexes y étant confondus, les différentes catégories de prisonniers également. Cette maison malsaine ne pouvait accueillir d’ateliers de travail et les détenus y demeuraient oisifs et dans une grande promiscuité. L’ordonnance royale du 9 septembre 1814 reprit l’idée d’une réforme des prisons en indiquant qu’il fallait y établir un régime propre à corriger les criminels, grâce au secours du travail obligatoire et de la religion. En novembre 1818, Lainé, ministre secrétaire d’Etat à l’Intérieur, remit un Rapport au roi sur la situation des hospices, des enfants trouvés, des aliénés, de la mendicité et des prisons. L’année suivante, plusieurs ordonnances, circulaires et arrêtés montrèrent que la situation dans les prisons et la nécessité de leur réforme n’étaient pas seulement une préoccupation des cercles philanthropiques mais aussi une priorité gouvernementale […]

Un nouvel article de Jean-Claude Vimont dans l’espace chercheurs de criminocorpus (GRHIS-Justice).

Lire la suite de l’article sur criminocorpus



Vous aimerez aussi...