Karine Lebert : « On ne guérit jamais des maux de l’enfance, on s’en accommode »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Aujourd’hui nous revenons avec beaucoup de plaisir vers la romancière karine Lebert  , l’auteure de Les Amants de l’été 44…

Clarisse Enaudeau , directrice de la collection Terres de France aux Presses de la cité  autorise le carnet criminocorpus à publier l’entretien réalisé ci-dessous pour nos lecteurs .
 
Nous remercions infiniment notre amie Clarisse, première portraitiste du carnet de l’histoire de la justice, des crimes, pour cette délicate attention.
 
Bienvenue Karine sur le très prisé et discret carnet criminocorpus. Ph. P
 

 

Clarisse Enaudeau, directrice littéraire de la collection Terres de France aux Presses de la cité …

Karine Lebert nous parle de son nouveau roman, Les Murmures du Lac  , qui paraît aux Presses de la cité . Deux sœurs que tout oppose vont se retrouver liées. Après avoir assisté à la mort de sa sœur Lucille, Isaure décide de prendre sa place et de vivre la vie qu’elle a toujours jalousée. La chance pourrait enfin lui sourire, mais à quel prix ? Un suspense vertigineux sur le thème de l’identité et de la gémellité. Rencontre.

Les Murmures du lac est un véritable roman à suspense. Pourtant vos précédents livres, comme Les Amants de l’été 44 ou encore Les Demoiselles de Beaune , ne s’inscrivent pas du tout dans le même genre, pourquoi ce changement total de direction ?

Cela fait quelques années que j’ai envie d’écrire un thriller psychologique. Avec Les Saisons du mensonge (Presses de la Cité, 2016), un roman contemporain à suspense, j’ai franchi une étape. Je ne veux surtout pas être cataloguée dans une catégorie, un style, avoir une étiquette. Si j’ai débuté avec des romans de terroir, j’en suis loin maintenant. Il y a désormais toujours une partie contemporaine dans mes livres, c’est le cas pour ma saga des war bridesLes Amants de l’été 44 et Pour l’amour de Lauren. Disons que j’écris à présent des romans à la fois historiques et contemporains puisque je fais des allers et retours entre passé et présent. Là, j’ai surenchéri avec une histoire qui s’apparente en effet à un thriller. J’espère qu’il plaira au lectorat qui me suit depuis mes débuts, mais aussi à de nouveaux lecteurs amateurs de ce genre de littérature.

L’usurpation d’identité est un thème fort et encore plus grave au sein d’une même famille. Isaure vole la vie de sa sœur sans trop d’hésitations, comment cela vous est-il venu ? Comment avez-vous abordé ce sujet délicat ?

C’est en effet un sujet délicat car il ne faut pas qu’il sombre dans l’invraisemblance la plus totale. Et je crois avoir évité cet écueil. Ce sujet n’est pas nouveau, néanmoins il peut être abordé de différentes façons. Là, j’ai privilégié un suspense presque à huis clos, Isaure s’enfermant au début dans la maison d’Yeu avec le bébé de sa sœur, Noé, ce qui lui permet par une forme de déni (ne répondant pas au téléphone, n’ouvrant pas le courrier) de se faire oublier. Puis elle est bien forcée de sortir, et c’est là que les choses se compliquent… À chaque minute de sa vie, elle risque d’être démasquée.

Isaure est certes le vilain petit canard de l’histoire, mais elle devient au fur et à mesure le personnage favori du lecteur, comment avez-vous construit ce personnage au passé compliqué ?

J’ai beaucoup d’empathie pour Isaure, la jumelle mal-aimée. On ne guérit jamais des maux de l’enfance, on s’en accommode, on les apprivoise. Le passé tragique de mon héroïne en a fait une jeune femme peu sûre d’elle, qui multiplie les échecs. Quand elle prend la place de sa sœur, une femme qui est son opposé, elle endosse aussi sa personnalité et devient à son tour brillante, tout en gardant l’humanité qui faisait défaut à Lucille. Si Isaure peut sembler distante, froide, au début du livre, quand on lève le voile sur son passé, on comprend mieux ce qui a pu la rendre si méfiante et renfermée. Elle évolue tout au long des pages, passant de la tristesse à la peur, de la confiance au bonheur, puis rechute dans la peur… jusqu’au dénouement dont, bien sûr, je ne vous dirai rien !

Vous nous avez habitués à planter vos décors en Normandie et, cette fois, nous sommes dans les îles de Vendée, votre intrigue s’y adaptait mieux ?

Tout d’abord, le choix de la Vendée est dû au fait que mes parents y vivent depuis plus de vingt ans. C’est donc un département que je connais bien, où je vais souvent, et que j’aime beaucoup. C’est un cadeau offert à mes parents et aux Vendéens. J’apprécie tout particulièrement en Vendée les îles d’Yeu et de Noirmoutier. De plus, en prenant la place de sa sœur, Isaure se retrouve « prisonnière » sur l’île d’Yeu. L’île est par définition un lieu confiné, où tout le monde se connaît, oppressant pour certains, et où les secrets sont difficiles à garder. Le combat pour devenir Lucille est d’autant plus ardu pour Isaure qui capitule et décide de déménager à Noirmoutier. Noirmoutier n’est pas vraiment une île puisqu’on peut y accéder par un pont ou, à marée basse, par le passage du Gois. Isaure s’y sent donc plus libre. Tous ces endroits sont pour moi très inspirants. J’ai aussi intégré dans le livre un passage à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, où habitent mes parents, ainsi que dans le marais poitevin, à Coulon, dans les Deux-Sèvres, lieu que je chéris également. Loin des îles où Isaure a souffert, ce sera son petit paradis… du moins le croit-elle…

Allez-vous continuer d’écrire des romans dans la même veine que celui-ci ? L’écriture à suspense est-elle addictive ?

Oh oui, j’en ai très envie ! J’ai d’ailleurs déjà une idée pour un prochain dans le même style. Néanmoins, mon roman pour 2021 est déjà écrit et celui pour 2022 est sur le point d’être finalisé. Ils s’orientent tous les deux vers des sujets historiques et contemporains à la fois… avec toujours du suspense et donc des héroïnes d’hier et d’aujourd’hui.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Ressources complémentaires : 

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour et la prison au cinéma».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS et membre du centre Alexandre Koyré…

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.

 


Vous aimerez aussi...