Charles Porte, le flic de Jean Moulin

le flic de Jean MoulinParution le 4 mai 2015 – Gérard Leray, à qui l’on doit déjà un beau livre sur la « Tondue de Chartres » (vous savez, celle de la photo de Capa, La Tondue, 1944-1947, éditions Vendémiaires, 2013) s’est intéressé à une autre figure liée à sa ville : Charles Porte, commissaire à Chartres, ami du préfet Jean Moulin. Resté à son poste sur l’injonction de son ex-préfet,« Henri » Porte adhéra au réseau « Frédéric » de Manhès et rejoignit Rex dans la Résistance après sa révocation. Chargé de la protection de la réunion constitutive du CNR, 48 rue du Four, le 27 mai 1943, il fut arrêté avec le commissaire Dubent de la PP – le créateur du groupe « Honneur de la Police »- et trois autres policiers à la brasserie Zimmer, place du Châtelet à Paris, fin 1943. Revenu en piètre état de déportation, il échappe de peu, en juin 1945, à Neuilly, à un commando chargé de son exécution. En effet, Charles Porte, commissaire de Chartres, avait participé en 1942 à l’enquête et à l’arrestation de neuf militants du PCF auteurs d’un attentat insignifiant – une vitrine brisée et un incendie mort-né – commis le 15 mars 1942 par des résistants communistes contre la librairie militaire allemande de Chartres. En avril, en représailles d’un attentat contre l’armée d’occupation en région parisienne, le commandement militaire allemand décide d’exécuter des otages. Font partie du lot quatre des hommes récemment arrêtés par Charles Porte. Le 30 avril, ils sont extraits de la prison de Chartres et fusillés dans les bois de Chavannes. Le PCF crie vengeance et Porte doit, pour échapper aux tueurs lancés à ses trousses, replonger dans la clandestinité 6 . Il n’en sortira qu’en 1951 et sera réintégré cette même dans la Police nationale et en butte aux attaques du PCF qui n’accepte pas sa réintégration et dénonce sa « grande activité dans la répression des menées patriotiques ». ( L’historien Jean-Marc Berlière dans la Lettre des amis de la police – mai 2015 ).

 « Cette nouvelle enquête historique de Gérard Leray offre un éclairage fascinant sur un proche de Jean Moulin, le commissaire Charles Porte, dont la tête avait été mise à prix par les communistes après guerre. Ceci obligea cet officier, membre de la résistance au plus haut niveau, à se réfugier dans la clandestinité après son retour de Buchenwald. Cet ouvrage est un coup de pied dans la fourmilière des comportements humains hypocrites et des récupérations politiques pendant et après la période dite « épuration sauvage ».

Il aura fallu des dizaines d’années pour que le rôle d’agent double de Charles Porte, déterminé par Jean Moulin lui-même, soit démontré et que le commissaire puisse réintégrer avec les honneurs la police. Malgré tout, l’omerta a perduré… Cet ouvrage la rompt. « 

  • Ella Éditions

Gérard Leray est professeur d’histoire au lycée Jehan de Beauce à Chartres depuis plus de vingt ans. Il a participé activement à la fondation de l’Association eurélienne d’histoire du XXe siècle. Avec Philippe Frétigné, il a réalisé l’enquête et rédigé le livre « La Tondue 1944-1947 »

Charles PorteCharles Henri Porte est né en 1906 à Villeurbanne. Ses parents, de modeste condition (père menuisier et mère accoucheuse), s’installent dans les Bouches-du-Rhône quand il est encore enfant.

A la suite de son service militaire de deux ans dans la marine, il intègre en décembre 1929 la police de Marseille comme simple gardien de la paix. A peine marié (1930) et père d’une fille (1933), il travaille d’arrache-pied à sa promotion professionnelle : inspecteur puis commissaire au concours de 1937.

La rencontre avec Jean Moulin

Après Langres, Versailles et Orly, Porte est muté à Chartres en juillet 1939 où il fait la connaissance du préfet Jean Moulin.

Une relation de confiance et d’amitié se noue entre les deux hommes, au service de la République. Ensemble, ils s’emploient à assurer la sécurité dans le département d’Eure-et-Loir, mais la débâcle du printemps 1940 a raison de tous leurs efforts.

Le régime de Vichy a tôt fait, en novembre 1940, de révoquer le préfet Moulin trop compromis avec l’ancien régime radical-socialiste. A son mentor, Charles Porte exprime sa solidarité et sa volonté de l’accompagner dans la disgrâce. Moulin parvient à l’en dissuader : il importe que le commissaire demeure en poste. De la sorte, il pourra rendre de précieux services à la Résistance naissante. Le temps du double jeu commence…

Pour lire la suite de cet article, voyez le lien suivant :

Charles Porte, un héros (presque) oublié


Vous aimerez aussi...