Marthe Richard, de la petite à la grande vertu

Marthe Richard : De la petite à la grande vertu

Marthe Richard : De la petite à la grande vertu

Parution 5 avril 2006Marthe Richard est associée à la fermeture des maisons closes. Une vie qui mérite le détour!

A quoi tient la renommée? Les bordels ont fait celle de Marthe Richard puisque c’est à la loi qui les ferme en 1946 que son nom est attaché. Voilà qui est d’ailleurs assez fort si l’on s’avise, avec Elizabeth Coquart, dans un livre alerte, que la loi n’est pas sa loi et que le nom qu’elle porte n’est pas le sien!

Marthe Richard, née Betenfeld, en 1889, dans une petite ville de Lorraine, et morte à Paris en 1982 en vieille dame fort digne, est un personnage insolite de notre petite histoire. Dès avant 1914, elle est une personnalité notoire. Tout au long de son existence, elle retiendra l’attention des gazettes, défrayera les chroniques mondaine, politique, policière, judiciaire, littéraire même si l’on veut bien y inclure les livres qu’elle commet sur sa propre vie, bref, on dirait aujourd’hui de Marthe Richard qu’elle est un people, c’est-à-dire quelqu’un qui non seulement est connu mais qui réussit à faire profession de l’être. La jeune Marthe aura eu bien du mérite pour parvenir à ce résultat.

Milieu modeste, sinon pauvre, pas d’études, exode vers la ville où elle officie comme prostituée – en 1946, ses adversaires se régaleront de l’exhumation de ses débuts dans la vie active – et puis cocotte, prince charmant, beau mariage, il y avait, en ce temps-là, d’autres moyens que l’école pour faire fonctionner l’ascenseur social! Voilà donc Marthe, épouse Richer, qui sort de l’anonymat en devenant, en 1913, une des toutes premières femmes détentrices du brevet de pilote d’avion. A ce premier registre de notoriété, elle ajoute celui de l’espionnage. Devenue veuve, on la retrouve pendant la Première Guerre mondiale agent double à Madrid, attirant dans ses rets l’attaché militaire allemand. Elle échappe au sort funeste d’une Mata Hari et l’entre-deux-guerres la voit décorée de la Légion d’honneur, remariée richement, puis à nouveau aviatrice et à nouveau veuve tandis que sa notoriété s’entretient désormais de la mise en valeur dans la presse d’une vie à l’intérêt limité mais dont, par chance, quelques plumitifs lui font l’avantage de discuter l’authenticité.

Tout cela n’aurait cependant pas suffi si Marthe, devenue Richard et conseillère de Paris à la Libération, ne se trouvait associée à la discussion sur la fermeture des maisons dites de tolérance. C’est l’Assemblée constituante, dont elle n’est pas, qui adopte la mesure, mais son nom s’y trouvant attaché, la voilà repartie pour la gloire. On peut la lui souhaiter éternelle, ne serait-ce que par la grâce de l’immortel calembour qu’elle aura inspiré à Antoine Blondin: «Marthe Richard, la veuve qui clôt» ! – (Un destin hors du commun par Marc Riglet – Lire, mai 2006)

Elizabeth-Coquart :  journaliste de formation

Elizabeth-Coquart : journaliste de formation

Biographie de l’auteure :  Élisabeth Coquart est journaliste de formation et réside au nord du Cotentin. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont des biographies : “Bourvil ou la tendresse du rire”, “Mistinguett, la Reine”.

Dans “Marthe Richard, de la petite à la grande vertu” (Éditions Payot, 2006), Elizabeth Coquart revient sur le parcours de celle qui donna son nom à la loi sur la fermeture des maisons closes. En 2010, elle publie “La Frondeuse”, une biographie de Marguerite Durand, fondatrice de “La Fronde”, un journal entièrement écrit et fabriqué par des femmes.

  • Éditeur : Payot (5 avril 2006)
  • Collection : PAYOT GD FORMAT

 


Vous aimerez aussi...