La parole de l’enfant victime de violences sexuelles : Une enquête au sein de tribunaux correctionnels français en 2010

La parole de l’enfant victime est particulièrement délicate dans les affaires de violences sexuelles. La peur de ne pas être cru, l’absence de témoin direct, la honte de parler des faits subis sont autant de freins au dévoilement. Cette parole a d’autant plus d’importance que dans ces affaires, il existe un vaste enjeu autour de la preuve : absence de témoin direct, absence de violence ou de trace physique, faits dénoncés tardivement, parole de l’un contre parole de l’autre… Aussi, à partir d’un corpus d’affaires de violences sexuelles jugées au sein de tribunaux correctionnels français au cours de l’année 2010, l’article examine les implications judiciaires liées à la libération de la parole de l’enfant victime (du temps du silence, au dévoilement, à sa révélation en justice). Il montre d’une part que, cette parole dévoilée en justice est complexe et jamais neutre, en particulier dans le cas des violences sexuelles intrafamiliales ; d’autre part, qu’elle peut avoir un impact important en matière de preuve, surtout lorsque les faits sont contestés par le mis en cause.

Pour lire l’intégralité de l’article sur le site de https://journals.openedition.org/criminocorpus/7177



Citer ce billet
Philippe Poisson (2020, 12 octobre). La parole de l’enfant victime de violences sexuelles : Une enquête au sein de tribunaux correctionnels français en 2010. Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndo3

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search